Cloud : Castle IT investit 30 millions d'euros pour étendre son offre de data centers

INDRE-ET-LOIRE. Le data center tourangeau Castle IT compte ouvrir quatre nouveaux établissements en France à l’horizon 2025. La proximité géographique vis-à-vis de ses clients constitue l’un des atouts mis en avant par cette PME familiale face aux géants du Cloud comme le nordiste OVH.
Afin de limiter son empreinte carbone, le Data center de Castle IT à Larcay, gros consommateur électrique, utilise exclusivement de l’énergie renouvelable (biogaz, éolien, photovoltaïque) et produite en Centre Val de Loire, via son fournisseur Enercop.
Afin de limiter son empreinte carbone, le Data center de Castle IT à Larcay, gros consommateur électrique, utilise exclusivement de l’énergie renouvelable (biogaz, éolien, photovoltaïque) et produite en Centre Val de Loire, via son fournisseur Enercop. (Crédits : Reuters)

La société de cloud tourangelle Castle IT, installée à Larcay à dix kilomètres de Tours, prévoit de s'étendre au dernier trimestre 2023 à Reims dans la Marne et à Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône. A la clé, un investissement total de l'ordre de 30 millions d'euros pour construire deux bâtiments entièrement sécurisés et climatisés, destinés à stocker les données sensibles de nouveaux clients présents dans ces régions.

« L'ouverture de deux data centers dans les parties Nord-Est et Sud-Est du territoire répond à un besoin des entreprises non seulement de connaître le lieu de stockage de leurs données, mais encore de le rapprocher au maximum de leur siège, remarque Maxime Paillot, co-fondateur et directeur comptabilité finance de Castle IT. « Chez les gros acteurs du Cloud, c'est au contraire l'anonymat qui prime. Ils ne fournissent en général aucun détail, y compris à leurs clients, sur la localisation de leurs établissements ». Castle IT envisage une seconde étape pour compléter son maillage de proximité à l'horizon 2025 avec deux nouvelles ouvertures de data centers régionaux, dans le Sud-Ouest et le Nord-Ouest.

Services sur mesure

Co-fondée en 2015 par trois associés, les deux frères Louis Baptiste Paillot et Maxime Paillot, ainsi que l'ingénieur parisien Johan Thomas, Castle IT propose à ses clients un bâtiment sécurisé de quelque 1.000 m2 dont 600 sont réservés aux installations informatiques, comprenant l'hébergement de données en racks, ainsi que les serveurs virtuels ou dédiés. Le data center est presqu'exclusivement commercialisé par des intégrateurs et des « infogéreurs » à l'instar de FRP2i, d'Axians (Vinci) et de Convergence IT auprès de leurs grands comptes. Castle IT héberge, maintient et protège ainsi les données notamment d'Orpi (immobilier), de Kelly services (travail intérimaire), d'Areas (restauration collective), Wall Street Institute (formation langues étrangères), NW Groupe (transition énergétique) et Jennifer (mode pour adolescents).

Avec 2,5 millions d'euros de chiffre d'affaires réalisé en 2021 et six salariés (hors dirigeants), ses performances restent pour autant limitées, face aux géants du secteur, le nordiste OVH et les filiales françaises de Microsoft Azure, Amazon Web Services et Google Cloud. Pour gagner des parts de marché, la PME met en avant la proximité, aussi via des services sur mesure. Castle joue la carte de la différenciation en proposant notamment un accompagnement et des conseils personnalisés, assurés par du personnel ingénieur qualifié. Bénéfice pour les entreprises clientes, la maîtrise complète de leur infrastructure informatique, nonobstant leur externalisation chez un prestataire.

Grosse acquisition en 2023

A côté de la croissance organique envisagée, le changement de dimension pour Castle IT passera également par une grosse acquisition en 2023. Si l'identité de la cible reste pour l'instant confidentielle, elle emploie une centaine de salariés selon Maxime Paillot. SSF, le groupe familial opère déjà, outre Castle IT, PLT Connectic. Cette société de câblage informatique et d'installation de fibre optique à destination des entreprises a réalisé deux millions d'euros de recettes l'année dernière. L'ajout de la nouvelle structure à SFF lui permet d'escompter un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros à l'horizon 2024.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.