Immobilier : pourquoi Tours et Orléans flambent

Les deux « capitales » du Centre-Val de Loire, ont vu le prix de l’immobilier grimper respectivement de 5% et 3% en moyenne en 2020. Cette hausse, favorisée par le Covid 19, devrait encore s’accélérer.
(Credit ADT Touraine JC Coutand ) Le centre-ville de Tours peut atteindre 4.500 euros du m2.
(Credit ADT Touraine JC Coutand ) Le centre-ville de Tours peut atteindre 4.500 euros du m2. (Crédits : Reuters)

Plus de 3.000 euros du mètre carré en moyenne dans l'habitat ancien pour un particulier tourangeau, la maison locale type, et 2.650 euros pour un appartement. L'année dernière, les prix de l'immobilier à Tours intra-muros ont cru de 5% après une hausse ininterrompue depuis 2016. Et encore, ces chiffres cachent de fortes disparités. « Les tarifs des logements anciens peuvent atteindre 4.500 euros dans l'hypercentre résidentiel comme les quartiers des Prébendes et de la cathédrale, explique Vincent Briand, président délégué de la FNAIM en Indre et Loire. « Dans le neuf, cela peut même grimper jusqu'à 5.000 euros ».

En attestent les trois programmes majeurs de promotion immobilières actuellement en cours dans le centre-ville de Tours, rue nationale, rue Emile Zola et rue Berthelot dans les anciens locaux de la chambre de commerce et d'industrie. Les futurs appartements auraient déjà tous trouvé preneurs à ce prix, comparable à celui de résidences de bonne facture à Lyon et à Marseille.

Télétravail et valeur refuge

L'explosion des tarifs de l'immobilier à Tours est due essentiellement à la baisse récurrente des stocks de logements disponibles à la vente. La crise sanitaire, qui perdure depuis février 2020, a encore accru le déséquilibre entre l'offre et la demande. Après les trois mois du premier confinement, le marché est redevenu actif dès le troisième trimestre. « Cette tendance se confirme début 2021, remarque Vincent Briand. A la clé, la généralisation du télétravail qui fait croître la demande extérieure. En période de crise, les investisseurs et particuliers locaux plébiscitent également l'immobilier comme valeur refuge, les premiers à l'achat, les seconds à la vente ».

De leur côté, les taux bas d'emprunts et l'attractivité de la métropole de Tours, bien desservie grâce à son nœud autoroutier et au TGV - qui la situe à une heure de Paris -, sont autant d'explications structurelles à la tension actuelle du marché. « En 2021, nous nous attendons encore à une hausse de 5% à 10% dans le centre-ville. Pour trouver des tarifs encore abordables, il faut accepter de s'éloigner dans l'agglomération proche, comme La Riche assure Vincent Briand. Acheter dans le quartier ancien de Saint-Pierre-des-Corps, qui jouxte le quartier Velpeau de Tours, pourrait également s'avérer une bonne affaire à court terme ».

Rattrapage orléanais

La hausse de l'immobilier orléanais, entre 3% et 4% en 2020, répond aux mêmes causes structurelles et conjoncturelles. A la proximité de la Capitale, située à une heure par l'autoroute A10, s'ajoutent la qualité de vie et l'absence d'embouteillages à Orléans. La baisse de 10% des transactions a conjointement tendu le marché. « Mais à la différence de Tours, les prix n'avaient grosso modo pas bougé depuis la crise financière de 2.008, constate Stéphane Durand, représentant de la FNAIM dans le Loiret, en guise d'explication. « On n'en n'est donc qu'au début d'un rattrapage qui pourrait atteindre 15% sur deux ans ». L'important tissu économique d'Orléans, de nature à attirer les « expatriés » parisiens, devrait encore amplifier ce phénomène.

« Avec un prix moyen du mètre carré de 2.600 euros et des biens de qualité dès 3.000 euros le m2, la ville reste pour l'instant abordable, poursuit Stéphane Durand. Pour 600.000 euros, vous pouvez acquérir une très belle maison à Orléans pour le prix d'un deux-trois pièces à Paris ».

Plafond de verre lointain

L'augmentation des prix de l'immobilier à Tours et Orléans s'inscrit dans un contexte lui-même haussier à l'échelle de la région Centre-Val de Loire. Selon la dernière étude du réseau d'agences immobilières Century 21 sortie en janvier, les prix des appartements et des maisons y ont cru en moyenne respectivement de 6,5% et 8,5% l'année dernière. « Les métropoles ne sont plus à cet égard les seules concernées par la demande qui fait croître mécaniquement les prix, explique Vincent Briand. Sans parler d'Amboise, qui a toujours connu un marché dynamique en raison de sa situation et de son patrimoine architectural, d'autres petites villes comme Montlouis ou Mettray en Indre et Loire sont concernées par ce phénomène devenu significatif ». Avec des prix de l'immobilier qui restent malgré tout abordables compte tenu de leurs atouts, la région Centre-Val de Loire, et Tours et Orléans en particulier, sont loin d'avoir atteint le plafond de verre que connaissent actuellement Bordeaux et Nantes, notamment.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 23/02/2021 à 19:37
Signaler
vu la météo très très pluvieuse de ces villes , faut aimer se faire arroser !

le 24/02/2021 à 18:33
Signaler
On lit vraiment n'importe quoi sur internet. Orléans est une des grandes villes les moins plus pluvieuses de France. 534 mm l'an dernier par exemple. (Bordeaux 1157 mm)

le 25/02/2021 à 13:12
Signaler
Vous êtes très mal renseigné sur Orléans. Avec le pourtour méditerranéens et la région de Colmar, Orléans l'une des ville les moins pluvieuse de France que ce soit en Quantité et en nombre de jours sur une année. Orléans est protégé des fortes pluie ...

à écrit le 23/02/2021 à 18:57
Signaler
Les chiffres sont complètement faux. À orleans ont parle de 13% d'augmentation sur 2020, certe causé par une chute des produits bas de gammes et un retard orléanais sur les prix. Mais faut être honnête et dire qu'aujourd'hui il ne faut clairement pas...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.