Tours, capitale de l’écologie sociale

En réunissant à Tours une vingtaine de maires de grandes villes écologistes et de gauche, dont Paris, Lyon, Nantes, Strasbourg et Bordeaux, Emmanuel Denis, fraîchement élu dans la capitale tourangelle, se pose en artisan d’une nouvelle dynamique nationale autour de l’écologie sociale.
Photo de famille des maires dans le cadre enchanteur des bords de Loire. Au centre Emmanuel Denis, nouveau maire de Tours entre Anne Hidalgo et Eric Piolle.
Photo de famille des maires dans le cadre enchanteur des bords de Loire. Au centre Emmanuel Denis, nouveau maire de Tours entre Anne Hidalgo et Eric Piolle. (Crédits : Reuters)

Echanger les bonnes pratiques et mettre en œuvre des synergies sur une dizaine de thématiques. Le futur réseau des villes écologiques et solidaires, constitué le 21 juillet sur les bords de la Loire, avance clairement son objectif de devenir le nouveau think tank des métropoles de gauche. La liste des sujets a ainsi été dressée lors de cette première journée inaugurale.

Au programme, notamment, l'utilité de l'implantation du futur réseau de la 5G, l'utilisation des pesticides, la place de la publicité sur le mobilier urbain, la relocalisation alimentaire dans les cantines municipales et les mobilités douces. Autant de thèmes prioritaires pour les nouveaux et anciens maires écologistes, comme le grenoblois Eric Piolle, auxquels a été ajouté l'hébergement d'urgence afin de flécher clairement la dimension sociale de la future entité.

« Au-delà de la mise en relation afin d'établir le contact, l'objectif est bien de faire bénéficier chacun des maires des retours d'expériences des autres élus, explique Emmanuel Denis. Ainsi Strasbourg sur le vélo, Grenoble concernant la publicité et Rennes pour les questions de spéculation immobilières sont très avancés sur ces questions. Le réseau permettra à chacun d'en profiter ».

Mouvement politique

Le second objectif de l'opération, largement médiatisée, est également national et politique. Il s'agit pour les maires de villes écologistes et plus généralement de gauche de capitaliser immédiatement sur la vague verte apparue au second tour des élections municipales. Et de peser sur les futures décisions tant du Parlement que du gouvernement de Jean Castex en parlant d'une seule et même voix.

Même si le fort taux d'abstention permet de relativiser le succès écologiste, le nouveau réseau compte bien notamment peser sur l'attribution de la manne de 30 milliards d'euros consentie par l'Etat pour relancer l'économie française à la rentrée. Un plan annoncé comme promoteur d'une économie verte, décentralisée et européenne.

Reste à savoir si le nouveau laboratoire d'idées et de réflexion, qui se veut informel et non structuré juridiquement, tiendra dans la durée. Emmanuel Denis a d'ores et déjà proposé une séance de revoyure en décembre dans sa ville, à l'occasion du centenaire du congrès de Tours.

« Contrairement à 1920, où socialistes et communistes ont fait scission au siècle dernier, il s'agira de démontrer symboliquement la nouvelle dynamique d'union de la gauche constituée grâce à l'écologie », explique-t-il. Pas sûr que certains élus comme Anne Hidalgo, Eric Piolle ou le lyonnais Grégory Doucet, à l'ego développé, soient sensibles à cet argument.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/07/2020 à 12:03
Signaler
Distance sociale, économie sociale, cas social, sécurité sociale, dette sociale, et bientôt gouvernement social, impôt social .. ? c'est quoi cette nouvelle mode? Un cri d'amour au Peuple?

à écrit le 23/07/2020 à 11:14
Signaler
Mais elle a été prise quand la photographie ? Juste après les élections je suppose parce que la belle Loire, oui c'est un beau fleuve, est vraiment basse actuellement dans la Nièvre, comme jamais.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.