Innova Medical Group s'implante dans le Loiret pour se faire une place sur le marché européen des tests antigéniques

PITHIVIERS (45). Innova Medical Group, medtech californienne spécialisée dans le diagnostic médical, ouvre sa première unité de production au sein d’une usine du chimiste Axynthis à Pithiviers dans le Loiret. Cette implantation ajoute une nouvelle brique à la très prospère filière pharmaceutique en Centre-Val de Loire.

3 mn

Les salles blanches de l’ancienne usine de 3M à Pithiviers ont été maintenues en fonctionnement et serviront pour la fabrication des tests de dépistage d’Innova Medical Group.
Les salles blanches de l’ancienne usine de 3M à Pithiviers ont été maintenues en fonctionnement et serviront pour la fabrication des tests de dépistage d’Innova Medical Group. (Crédits : Reuters)

Innova Medical Group est peu connue du grand public et pourtant : lors du déconfinement partiel du Royaume-Uni en novembre 2020, l'entreprise a fourni un milliard de tests antigéniques de dépistage du virus SARS-Cov 2 (Covid-19). Un an plus tard, l'Américain s'implante dans le Loiret à Pithiviers sur le site d'Orgapharm, filiale d'Axyntis. La medtech commencera à y produire ses premières unités fin décembre.

Quels sont les enjeux de ce deal franco-américain ? D'un côté Axyntis, l'un des leaders français de la chimie fine (100 millions d'euros de de chiffre d'affaires prévisionnel en 2021), cherchait à trouver une destination pour le site loirétain de 3M, jouxtant sa filiale Orgapharm, qu'il a racheté en 2016 et resté vide depuis. De l'autre, Innova Medical Group souhaitait s'adosser à un partenaire européen afin de lancer sa production de tests antigéniques de dépistage du virus Covid-19 et ainsi croître sur ce marché.

Scellé sous la houlette du président de la région Centre-Val de Loire, François Bonneau, en fervent promoteur de l'ADN industriel de la collectivité, l'accord prévoit à terme l'installation d'une dizaine de lignes de production à Pithiviers, au sein de l'ancien bâtiment de 3M d'une surface de 5.000 m2. En vitesse de croisière, les 45 automates qui seront installés produiront en principe 1,2 million de tests de dépistage antigénique quotidiennement. « Bien qu'inoccupé, le lieu a toujours été parfaitement entretenu par Axyntis, se félicite Xavier Guérin, président Europe d'Innova Medical Group. Disposant de plusieurs milliers de mètres carrés de salles blanches, il est adapté à nos produits qui nécessitent des normes sanitaires drastiques ».

Homologation européenne préalable

Créé en mars 2020 par le fonds d'investissement Pasaca Capital et basé à Pasadena en Californie, la medtech nourrit de fortes ambitions de développement en Europe grâce à sa nouvelle implantation industrielle hexagonale. Il faudra préalablement que ses tests soient homologués par les autorités sanitaires des pays de l'Union. En France, la Haute autorité de santé (HAS) a ainsi récemment refusé le principe d'une validation du pass sanitaire à partir d'autotests. Ce revers n'effraie pas Innova Medical Group.

La société, qui emploie en propre une soixantaine de salariés aux Etats Unis, Hong Kong, Singapour et Paris, estime que ses tests de diagnostic rapide (Lateral Flow) s'inscrivent dans un contexte porteur. Ils répondraient notamment aux préconisations d'accélération de la prévention, encore récemment exprimées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Utilisés dans le cas de la pandémie de Covid 19, ils pourraient ainsi être facilement adaptés au dépistage d'autres virus ou pathologies, la grippe et l'angine notamment, selon Xavier Guérin. Face à ses méga-concurrents, comme le laboratoire suisse Roche et américain Abbott, Innova Medical Group se positionne d'ores et déjà sur le marché de la prévention épidémique tous domaines confondus, qu'il chiffre à plusieurs milliards d'euros.

Levier pour Axintys

Sous-traitant d'Innova Medical Group, Orgapharm-Axintys devrait de son côté tirer d'importants bénéfices de cette opération. La fabrication de tests de dépistages constitue une diversification à côté de son activité historique de production de molécules pour les médicaments. A ce titre, le président de la société, David Simonnet, est l'un des porte-drapeau de la relocalisation des principes actifs en France, après la pénurie constatée pendant la crise sanitaire. Le contrat avec Innova Medical Group va dans un premier temps générer le recrutement d'une trentaine de salariés sur le site d'Orgapharm à Pithiviers, qui emploie une centaine de collaborateurs. A plein régime, les onze lignes de production futures nécessiteront l'embauche de 250 salariés, selon Innova Medical Group. De quoi encore renforcer sensiblement la filière pharmaceutique en Centre-Val de Loire, troisième en France après Rhône-Alpes et la Normandie.

Lire aussi 2 mnDessia propulse l'ingénieur augmenté 4.0 en Centre-Val de Loire

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.