Dessia propulse l’ingénieur augmenté 4.0 en Centre-Val de Loire

La startup parisienne, spécialisée dans l’automatisation des tâches d’ingénierie, ouvrira un bureau à Orléans à la rentrée de septembre. Son objectif : apporter aux entreprises du territoire sa technologie d'intelligence artificielle déjà utilisée par des géants mondiaux. Un développement facilité par une levée de fonds de 5,5 millions d’euros réalisée en mai dernier.

2 mn

Les robots développés par l’équipe de Dessia réalisent le design des moteurs d’avions, des batteries électriques pour l’automobile, et de certains pans d’architecture ferroviaire.
Les robots développés par l’équipe de Dessia réalisent le design des moteurs d’avions, des batteries électriques pour l’automobile, et de certains pans d’architecture ferroviaire. (Crédits : Reuters)

Les ETI et PME du Centre-Val de Loire seront-elles bientôt logées à la même enseigne technologique que des géants mondiaux ? Oui, du moins en partie. Les logiciels d'Intelligence Artificielle (Bot), conçus par les ingénieurs de Dessia, seront adaptés courant 2022 aux entreprises du territoire. Ils permettent actuellement aux grands groupes de l'aéronautique (Safran), de l'automobile (Renault) et du ferroviaire (Alstom) de réaliser automatiquement une partie de leur design produit.

Le prochain atterrissage au Lab'O d'Orléans de la start-up d'IA, co-fondée en 2017 s'inscrit dans une logique de diversification. « Le potentiel de digitalisation des usines sur le territoire est conséquent », assure Pierre Emmanuel Dumouchel, l'un des deux cofondateurs aux côté de Steven Masfaraud,

Doubler les effectifs

Dans un contexte de pénurie d'ingénieurs développeurs en Ile-de-France, le Centre-Val de Loire est également plus propice au recrutement de ce type de profils. Ainsi, Dessia prévoit d'embaucher six personnes au démarrage à Orléans. La société doublera même son effectif total en 2021, le portant à vingt salariés à cheval entre Paris et le Loiret.

A la clé, un plan de marche ambitieux qui, outre les sociétés de taille intermédiaire, portera sur deux autres vecteurs de croissance. Dessia cible d'une part de nouveaux secteurs industriels comme le nucléaire, l'énergie et le spatial. Sa plate-forme sur le Cloud ou « Bot store » sera ainsi commercialisée auprès de ces grands acteurs. « Nos briques technologiques assument les tâches simples et répétitives en matière de design de produits, poursuit Pierre Emmanuel Dumouchel. Quelle que soit l'activité, elles donnent ainsi la possibilité aux entreprises de se concentrer sur l'innovation ».

D'autre part, l'ingénieur augmenté 4.0 par Dessia ne sera plus exclusivement français en 2022. La société envisage ainsi de se développer l'année prochaine sur les marchés industriels allemand et italien à fort potentiel industriel.

Accélération financière

Cette accélération sensible de la startup, qui n'indique pas son chiffre d'affaires, est rendue possible par une augmentation de capital de 5,5 millions d'euros réalisée en mai dernier, notamment auprès de Go Capital. La société de gestion, spécialisée dans les entreprises innovantes du Grand ouest, gère plusieurs fonds dont Loire Valley Invest, souscrit notamment par la région Centre-Val de Loire et la métropole d'Orléans.

Les fonds d'investissement français Super Nova invest et allemand B to v partner accompagnent aussi le développement de Dessia. Cette dernière vise d'ici 2025 le top 10 des startups européennes sur le créneau de l'ingénierie augmentée 4.0, lui-même largement dominé par les groupes français Dassault Systems, allemand Siemens et américain PTC.

2 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.