Patrick Rein, locomotive du numérique à Mulhouse

 |   |  721  mots
« Nous avons baptisé la friche KMØ [kilomètre zéro] en référence à la première ligne internationale de chemins de fer qui partait d’ici en 1841 », explique Patrick Rein.
« Nous avons baptisé la friche KMØ [kilomètre zéro] en référence à la première ligne internationale de chemins de fer qui partait d’ici en 1841 », explique Patrick Rein. (Crédits : Olivier Mirguet)
Devenu l’animateur d’un écosystème mulhousien consacré à la digitalisation de l’industrie, Patrick Rein a installé son projet d’incubateur en réhabilitant une friche symbole de la grandeur passée de sa ville.

Station F, le campus parisien de la Halle Freyssinet, est son modèle. « Mon idée a consisté à reprendre d'anciens locaux industriels pour développer un écosystème d'innovation porté par le secteur privé, mais aidé par le secteur public », résume Patrick Rein.

À 56 ans, ce touche-à-tout du numérique se délecte. Avec quatre associés co-investisseurs, il a redonné vie à la friche de l'ex-Société alsacienne de constructions mécaniques (SACM), un fleuron architectural de la révolution industrielle. L'usine dont il est question se situe au centre de Mulhouse. Elle a accueilli jusqu'à 7;000 salariés dans la fabrication de métiers à tisser, puis de moteurs à gaz et de moteurs diesel.

La collectivité, héritière de ce patrimoine industriel à l'abandon, a accordé à Patrick Rein et à ses associés un bail emphytéotique sur 60 ans. 11.000 mètres carrés ont été réhabilités pour 7 millions d'euros. Le lieu ressemble au paysage du nord de l'Angleterre, avec ses murs en briques rouges et ses verrières en sheds (toitures en dents de scie).

Une stratégie post-industrielle

Depuis un an, la friche rénovée accueille le plus grand incubateur privé de startups dans le Grand-Est. « Nous l'avons baptisé...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :