"Station F sera le plus grand campus de startups au monde" Roxanne Varza

 |   |  1917  mots
Roxanne Varza, directrice de Station F.
Roxanne Varza, directrice de Station F. (Crédits : La Tribune Toulouse)
Début avril, Station F, l'incubateur géant de Xavier Niel, ouvrira ses portes dans le XIIIe arrondissement de Paris. Roxanne Varza, sa directrice, a souhaité réunir en un même lieu, ouvert et facilitant la collaboration, tous les acteurs du public et du privé nécessaires aux startups. Pour La Tribune, elle lève le voile sur ce projet à 250 millions d'euros.

LA TRIBUNE - Station F va ouvrir ses portes le 1er avril. Quelles sont les missions du « plus grand incubateur du monde » ?

ROXANNE VARZA - Ce sera plutôt le plus grand campus de startups au monde. L'idée, c'est de créer un écosystème à l'intérieur de l'écosystème. Station F sera un endroit où les startups pourront trouver tout ce dont elles ont besoin : un programme d'incubation bien sûr, mais aussi des bureaux, du conseil, un réseau d'entrepreneurs, des experts, l'accès à des investisseurs, à la French Tech, à la BPI...

Comme un campus à l'américaine, ce sera un lieu de vie et de travail. Il y aura aussi un restaurant, un fab lab pour expérimenter, des salles de réunion et différents services. Au total, Station F s'étale sur 34.000 mètres carrés. L'an prochain, nous ouvrirons notre première extension, à Ivry-sur-Seine, pour les startuppers qui auraient des difficultés à accéder au logement. Nous proposerons donc 100 appartements, qui pourront accueillir 600 entrepreneurs, soit six personnes par appartement.

Pourquoi vous installer dans l'ancienne Halle Freyssinet, dans le XIIIe arrondissement de Paris ?

Nous avions besoin d'un endroit à la fois grand, inoccupé et situé dans la ville : pas facile ! La Halle Freyssinet s'est très vite imposée, car il s'agissait d'une gare de fret à l'abandon dans un magnifique monument historique. La Mairie de Paris était ravie, car nous l'avons sauvé. Au début, le projet devait s'appeler Halle Freyssinet, mais les étrangers n'arrivaient pas à le prononcer ! C'est pourquoi on a tranché pour Station F, qui fait référence à l'ancienne gare et se comprend à la fois en français et en anglais. Le F renvoie à Freyssinet, mais aussi à France pour ceux qui ne sont pas familiers avec le lieu.

Comment s'organise Station F ?

L'espace se divise en trois parties. La plus importante est l'espace startups. Situé au centre, il comprend 3.000 postes de travail et va héberger dix programmes internationaux. Il y a le nôtre, bien sûr. Mais Facebook, Vente-privee.com ou encore HEC auront aussi leurs propres incubateurs. La deuxième partie est l'espace événementiel, qui comprend un auditorium de 360 places, un fab lab, des salles de réunion et des bureaux privés. Le dernier espace est consacré au réseau, avec un restaurant d'environ 1.000 places, ouvert 24 heures sur 24 et doté de quatre cuisines et d'un bar. Le restaurant et le bar seront ouverts à tous, chacun pourra venir prendre un café ou travailler avec son ordinateur. Il était important pour nous que Station F ne soit pas une bulle fermée.

Quelles sont les influences de Station F ?

Nous nous sommes inspirés de nombreuses initiatives étrangères. Des incubateurs que j'ai visités à San Francisco, à Londres... J'ai beaucoup observé le Google Campus. À Berlin, l'exemple de la Factory m'a aussi inspiré. Mais la plupart de ces acteurs ne font pas la moitié de notre taille et ne créent pas tout un écosystème sous le même toit. C'est notre principale innovation.

Il y aura dix programmes d'incubation différents dans l'espace startups, dont le vôtre. Quelles sont ses particularités ?

Chaque programme est indépendant et gère ses startups lui-même. Dans le nôtre, nous en accueillerons au minimum 100, avec environ trois postes de travail par startup. Il s'agit d'un programme en amorçage, pour les startups qui ont déjà un prototype ou une « proof of concept » [démonstration de faisabilité, ndlr]. Notre spécificité est d'être très généraliste et de proposer un conseil personnalisé. Il n'y aura pas de séances de mentoring obligatoire, qui sont parfois vécues comme une contrainte dans d'autres incubateurs. Ce sera du surmesure. Les outils que nous proposerons (conseil juridique, stratégique, formations) nous ont été conseillés par d'autres startups, qui sont passées par là et qui ont fait part de ce qui leur avait manqué ou de ce qu'elles avaient apprécié dans leur programme d'incubation.

Nous partons aussi du constat que 90% des problèmes que les startups rencontrent peuvent être résolus par d'autres entrepreneurs. Donc l'idée est vraiment de fédérer toutes les jeunes pousses et de proposer un programme souple. Si une startup a besoin de rester trois mois, une autre six mois et encore une autre un ou deux ans, ce n'est pas un problème. Elles peuvent rester jusqu'à leur première levée de fonds institutionnelle.

Avez-vous trouvé toutes les startups de votre programme et combien devront-elles payer ?

L'appel à candidature est toujours ouvert, mais nous avons déjà reçu énormément de dossiers. Nous en avions plusieurs centaines dans les premières 24 heures. La plupart des entrepreneurs souhaitent rester environ un an. Ils devront payer 195 euros par poste et par mois, soit un prix avantageux par rapport au marché. Je précise que nous n'entrons pas dans leur capital en contrepartie. Nous les aidons simplement à se lancer.

Quels sont les neuf autres programmes ?

Comme je l'ai mentionné, Facebook, Vente-privee.com et HEC ont déjà annoncé leur venue à Station F. Je ne peux pas parler des autres car c'est encore en cours, mais tous les programmes seront attribués. Vente-privee.com lance un accélérateur dans la « fashion tech », par exemple. Ils ont pris 80 postes de travail, soit environ 15 startups. L'idée, c'est que chaque programme soit sinon complémentaire, au moins différent. Chacun aura ses spécificités, ses verticales, sauf le nôtre qui est généraliste.

Il y a déjà beaucoup de structures d'incubation et d'accélération à Paris. Si bien que certains craignent que Station F « aspire » tout l'écosystème d'innovation parisien...

Cela n'a jamais été notre stratégie, mais cette perception est sûrement due au fait que nous n'avons pas beaucoup communiqué pour expliquer notre projet et notre philosophie jusqu'à présent. Il n'y a aucun risque de « dépeupler » les concurrents, car la demande est très forte, il y a de la place pour tout le monde.

De plus, la plupart des programmes que nous accueillerons n'existaient pas avant, à quelques exceptions près comme HEC qui va simplement déménager son incubateur dans Station F. Facebook, par exemple, a choisi notre campus pour son premier programme d'incubation mondial. Aujourd'hui, de plus en plus d'acteurs, notamment des grandes entreprises, veulent développer leurs relations avec les startups.

Même des acteurs qui ne sont pas aujourd'hui vraiment impliqués dans l'entrepreneuriat ou les startups s'y intéressent avec Station F. La Bibliothèque Nationale de France nous a par exemple proposé de lancer des projets d'open data pour nos startups. Cela m'a étonnée, mais il peut y avoir des synergies de ce type à Station F.

Il y aura aussi des fonds d'investissement et la puissance publique...

Oui, nous avons annoncé l'installation de trois fonds d'investissement : Ventech, Daphni [le nouveau fonds co-créé par Marie Ekeland], et Kima Ventures [qui appartient à Xavier Niel]. L'État, la Mairie de Paris et la Mairie du XIIIe arrondissement nous ont beaucoup soutenus. Station F sera vraiment le lieu de rencontre de tout l'écosystème d'innovation.

Quel sera votre partenariat avec l'État ?

L'idée est d'avoir un espace dédié aux services pour les startups : la French Tech, la Banque publique d'investissement (Bpifrance) seront présents. Il pourrait aussi y avoir des interlocuteurs pour tous les services publics liés à l'administration et des conseils juridiques pour répondre au mieux aux problématiques des startups.

Vous dites vouloir « combler les trous » de l'écosystème parisien. Il manque justement d'incubateurs pour accueillir des startups étrangères, la France étant très centrée sur elle-même. Est-ce une préoccupation de Station F ?

Absolument. L'angle international est au coeur de ce projet. Pour parler clairement, nous prendrons un maximum de startups étrangères dans notre programme. Nous aimerions qu'environ 20 % de nos startups soient étrangères. Nous ciblons des entrepreneurs qui souhaitent s'installer en France, des startups qui ont une activité à l'international... Nous croyons fermement que les startups françaises doivent penser à leur développement à l'international dès le début. Un certain nombre de nos partenaires partagent cette philosophie. En outre, l'ampleur de Station F fait que nous sommes déjà très connus en dehors de la France.

Combien a coûté le chantier et qui finance Station F ?

Le chantier a débuté en octobre 2014. Le coût est de 250 millions d'euros, en comptant le site d'Ivry-sur-Seine qui ouvrira en 2018. L'incubateur Station F est financé par NJJ, la holding de Xavier Niel, dont nous faisons partie. C'est la maison mère de tous les projets de Xavier Niel dans l'innovation, dont l'École 42 et le fonds Kima Ventures.

Vous n'avez pas eu recours à des financements publics ?

Non, tout est financé à 100 % par NJJ.

Quelle est l'implication de Xavier Niel, également à la tête de Free, dans Station F ?

Xavier Niel est une figure tutélaire bienveillante, il est très impliqué mais à titre personnel. Station F n'a rien à voir avec Free. Je suis la directrice de la structure, je pilote une équipe de 15 personnes. Depuis le début, Xavier a les grandes lignes du projet en tête. Certains sujets, comme le programme ou le chantier, l'intéressent beaucoup. Il se rend sur le chantier plusieurs fois par mois pour voir l'avancement. Il est très disponible. Nous communiquons par e-mail, il est hyperréactif, il répond dans les cinq minutes.

A-t-il son mot à dire sur la sélection des startups dans votre programme ?

Oui, il va certainement voir les finalistes.

L'École 42 vise à former les entrepreneurs et Kima Ventures veut financer des projets innovants. Station F, c'est l'étape qu'il manquait à Xavier Niel pour relier les deux ?

Lorsqu'un étudiant qui sortira de l'École 42 voudra monter sa startup, il pensera forcément à Station F pour l'héberger. Mais il n'aura aucun accès privilégié, aucune passerelle. Toutes les startups doivent postuler et paient pour avoir une place chez nous. Quant à l'activité de Kima Ventures dans l'investissement, elle est aussi totalement indépendante de Station F et de l'École 42.

Station F sera tout de même une énorme machine capable de détecter des startups prometteuses. Vous en discuterez avec Xavier Niel en lui disant « celle-ci, il faut miser dessus » ?

Naturellement, il y aura des startups à financer. Et des choses pourront éventuellement voir le jour entre l'École 42 et Station F, mais cela se fera dans un second temps. Aujourd'hui, le sujet n'est pas du tout sur la table. Enfin, et cela est peut-être difficile à croire, mais je pense que Xavier Niel finance Station F avant tout pour aider l'écosystème. Il ne gagne pas d'argent avec ce projet, parce qu'il n'y a pas d'objectif de rentabilité, juste d'autofinancement.

Tous les grands patrons des télécoms cherchent à soigner leurs relations avec l'État pour favoriser leurs affaires. À cet égard, Station F va donner un poids politique certain à Xavier Niel, par ailleurs copropriétaire du « Monde »... Est-ce l'un de ses objectifs officieux ?

C'est possible. Mais très sincèrement, je ne le vois pas comme ça. Encore une fois, son objectif est d'aider l'écosystème. Il adore les startups, il adore l'innovation, il adore les jeunes. Penser qu'il a permis aux étudiants de l'École 42 de réussir sans avoir une éducation comme les autres, vraiment, ça le fait marrer. Il adore. C'est la même chose avec Station F.

____

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2017 à 15:28 :
Xavier Niel for president!
a écrit le 03/02/2017 à 23:40 :
Il nous faudrait de nombreux X. Niels , l'un des rares vrais entrepreneurs en France. Les autres n'ayant qu'a s'installer dans le fauteuil du PDG.
a écrit le 01/02/2017 à 21:17 :
Une question : qui a acquis la propriété des locaux?
a écrit le 01/02/2017 à 19:36 :
xx
a écrit le 01/02/2017 à 19:36 :
xx
a écrit le 01/02/2017 à 19:36 :
xx
a écrit le 01/02/2017 à 19:36 :
xx
a écrit le 01/02/2017 à 19:36 :
xx
a écrit le 01/02/2017 à 19:36 :
xx
a écrit le 01/02/2017 à 19:36 :
xx
a écrit le 01/02/2017 à 10:05 :
Une nouvelle industrie est née, bravo Mr Niel.
a écrit le 01/02/2017 à 8:48 :
Et ils ont pas la 4k chez station F ?
a écrit le 01/02/2017 à 8:46 :
Xavier Niel vient d'annoncer une nouvelle école "42", cette fois ci à Lyon.
Pour enseigner aux métiers de l'informatique.
..........
"les start-ups ne trouvent pas de collaborateurs et sont bridées dans leur développement"
...........
"Xavier Niel a rappelé que l'école 42 est "gratuite, ouverte aux jeunes avec ou sans bac (et) forme à des métiers bien rémunérés (...) Le cursus s'effectue sur trois ans, mais on s'aperçoit que certains étudiants trouvent déjà du travail au cours de leurs stages. Chaque élève va à sa propre vitesse", a-t-il ajouté."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :