Comment l'incubateur The Garage compte propulser les futurs géants de la blockchain

 |   |  773  mots
L'incubateur accompagne déjà cinq pépites de la blockchain. Parmi elles, quatre sont françaises.
L'incubateur accompagne déjà cinq pépites de la blockchain. Parmi elles, quatre sont françaises. (Crédits : TheGarage)
Lancé mardi 12 novembre, The Garage réunit dans un même lieu les startups blockchain les plus prometteuses dans tous les secteurs et crée des passerelles avec certains des meilleurs ingénieurs français, le fonds spécialisé Starchain Capital et les grands groupes qui utilisent l'expertise de l'incubateur pour développer leurs propres solutions blockchain clés en main.

Lentement mais sûrement, Cyril Paglino s'impose comme un pilier du monde de la blockchain. En 2018, l'entrepreneur multirécidiviste lançait Starchain Capital, un fonds d'investissement spécialisé dans la blockchain, avec l'ambition de repérer les entrepreneurs et les standards technologiques qui permettront l'éclosion, dans quelques années, des "Google ou Airbnb de la blockchain". Désormais, il étend sa toile avec The Garage, officiellement lancé mardi 12 novembre à Paris. Cofondé avec Fabrice Le Fessant (Dune Network) et Oussama Ammar (The Family), The Garage se rêve en lieu-totem de la blockchain européenne. Un point de rencontre et d'interactions entre les meilleurs entrepreneurs, ingénieurs et investisseurs du secteur, ouvert sur les grands groupes.

Lire aussi : La galaxie Blockchain en France

Accompagnement d'une vingtaine de startups blockchain par an

Dans le détail, The Garage ambitionne de réunir dans ses locaux au design industriel du centre de Paris, la crème de la crème de la blockchain française et européenne. L'incubateur repose sur trois piliers. Le premier est l'accompagnement de startups blockchain, sur le modèle de The Family.

"Comme le fait The Family, nous prenons 5% du capital de la startup et en échange on l'aide à se développer à tous les niveaux : produit, stratégie, commercialisation, levées de fonds, grâce à une équipe de dix personnes dont des juristes, un analyste financier ou encore un design product manager", précise Damien Daube, le directeur de The Garage, également ancien patron du e-commerce chez Ikea et ami de longue date de Cyril Paglino.

L'incubateur accompagne déjà cinq pépites de la blockchain. Parmi elles, quatre sont françaises : Ticket 721 (qui réinvente la revente de tickets entre particuliers grâce à la certification blockchain), Elitechain Technologies (qui permet d'acheter des accessoires sur des plateformes de jeux vidéo en ligne pour les intégrer dans l'expérience de jeu), Ipocamp (qui réinvente la propriété intellectuelle en ligne), et Mother (tockénisation des points de fidélité). La cinquième est ChainZilla, éclatée entre l'Europe et l'Amérique centrale, qui propose des portefeuilles en ligne d'assets digitaux. "Nous voulons incuber entre 15 et 25 startups par an, ce qui est largement moins que les 100 startups qui entrent tous les ans dans The Family, mais qui est un nombre assez ambitieux pour l'écosystème naissant de la blockchain", ajoute le cofondateur, Cyril Paglino.

Lire aussi : "La Blockchain va permettre un Internet décentralisé libéré des Gafa" (Cyril Paglino, Starchain Capital)

Conseil aux grands groupes, formation des développeurs aux protocoles blockchain

The Garage ne compte pas sur l'accompagnement des startuppeurs de la blockchain pour gagner rapidement de l'argent. Le vrai business de l'incubateur est clairement le conseil aux grands groupes, y compris les grands cabinets de conseil. À la fois pour les sensibiliser aux enjeux de la blockchain, et aussi pour développer avec eux leurs propres solutions métier, clés en main. The Garage propose aussi des formations techniques à la blockchain, destinées aux développeurs, souvent en cours du soir.

Pour cela, l'incubateur s'appuie sur les équipes de Fabrice Le Fessant, le fondateur de Dune Network, un nouveau langage de programmation blockchain, à la fois concurrent du grand standard Ethereum et complémentaire sur certaines verticales métier en raison de son grand niveau de sécurité. Soutenu par Starchain Capital, Dune Network espère devenir la nouvelle plateforme de référence pour les applications distribuées sur une blockchain, notamment pour réinventer la propriété intellectuelle, le cadastre ou l'identification en ligne.

"Nous allons soutenir le développement de Dune en poussant nos startups, lorsque c'est pertinent, à développer leur application sur cette sous-couche logicielle. Nous pensons que Dune est suffisamment solide pour devenir l'un des 10-15 standards mondiaux qui s'imposeront à terme dans la blockchain, aux côtés d'Ethereum ou Komodo", précise Cyril Paglino.

Si Starchain Capital, le fonds d'investissement blockchain du fondateur du Garage, n'a aucun lien direct avec l'incubateur, il ne fait aucun doute que les passerelles seront naturelles et faciles avec Starchain Capital à la sortie de l'incubation.

"Réunir tout l'écosystème dans le même endroit, avec des investisseurs, des entrepreneurs, les meilleurs ingénieurs et des grands groupes, me semble l'une des conditions essentielles pour accélérer la blockchain en France et en Europe", milite Cyril Paglino.

Et, pourquoi pas, faire émerger des futurs champions mondiaux de la blockchain, ceux qui créeront les applications grand public qui pourront, éventuellement, casser l'hégémonie des big tech comme Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, et créer un véritable Internet décentralisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2019 à 15:43 :
Il est important de rappeler que Blockchain sans Bitcoin est un synonyme de base de données classique. Les propriétés de résistance à la censure, et l'impossibilité d'altérer les données passées n'émergent que sur Bitcoin, et seulement sur Bitcoin; car Bitcoin est un protocole neutre, et monétaire. Ces propriétés découlent des incitations économiques, et seulement des incitations économiques, et non de la base de données sous-jacente.
a écrit le 14/11/2019 à 8:31 :
La Blockchain, tout le monde en parle mais bien peu comprennent que ce n'est qu'un moyen et non un but en soi.
La blockchain ne créé pas de la valeur intrinsèquement, elle contribue par contre à la sécurisation et donc à la confiance dans un système de transaction.
Parti de ce principe elle ne peux constituer une source de revenus hormis dans le cas d'une offre de sécurisation de transaction.
Et étant donné que les banques ne sont pas prêtes à ce tsunami qui limiterait drastiquement d'une part la fraude dont certaines profitent largement, mais également d'autre part l'inventivité des financiers, ce n'est pour le moment qu'un projet embryonnaire qui se devra d'avoir un appui politique fort et indéfectible pour voir le jour de manière généralisée.
Néanmoins cette technologie ne devra pas être le prétexte pour la numérisation de la monnaie, ce qui serait une aberration juridique et une confiscation de la liberté des citoyens dans le choix de leurs moyens de transaction.
Par ailleurs faire reposer une économie uniquement sur des technologies numériques par définition faillibles et contournable est une imbécilité.
Au moins l'argent physique est palpable, stockable et transférable. Sans électricité ou sans réseau finit l'argent numérique et là c'est la ruine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :