Anne Hidalgo ferme la porte à une vente du Parc des Princes au PSG qui menace de quitter le stade

Alors que son équipe se disait jusqu’ici ouverte au dialogue, même si la vente n'était pas son « option prioritaire », la maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé dans un entretien aux lecteurs du Parisien diffusé samedi que le stade « n'est pas à vendre » et « ne sera pas vendu » au Paris Saint-Germain. « La maire force le PSG à quitter sa maison », a réagi un porte-parole du club.
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)

Article mis à jour samedi 14 janvier à 20h après la réaction du PSG

Le PSG n'achètera pas le Parc des Princes qui accueille le club parisien depuis 1974. Alors que son équipe se disait jusqu'ici ouverte au dialogue, même si la vente n'était pas son « option prioritaire », la maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé dans un entretien aux lecteurs du Parisien diffusé samedi que le stade « n'est pas à vendre » et « ne sera pas vendu » au Paris Saint-Germain. « C'est une position ferme et définitive. Il s'agit d'un patrimoine exceptionnel des Parisiens », a ajouté.

Travaux de modernisation et d'agrandissement pour 500 millions d'euros

Le PSG va-t-il quitter les lieux ? Un porte-parole du club s'est dit « déçu et surpris » que la Mairie veuille « déloger le Paris Saint-Germain et ses supporters du Parc des Princes ».

« La maire force le PSG à quitter sa maison », a-t-il regretté. Le club répète qu'il a besoin d'un stade plus grand que les 45.000 places actuelles, modeste contenance au regard de ses concurrents européens et leurs stades de propriétés entre 60.000 et 90.000 places. Les propriétaires qataris du PSG avaient déjà menacé de quitter l'enceinte historique du club si elle ne leur était pas cédée, condition selon eux pour réaliser des travaux de modernisation et d'agrandissement à hauteur de 500 millions d'euros.  Fin novembre, le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi avait déterré la hache de guerre à ce sujet. « Ils font pression pour que nous partions », avait lâché le dirigeant qatari dans une interview au vitriol contre la municipalité, rappelant avoir « investi 80 millions d'euros » (avant l'Euro 2016) dans un stade qui « n'est pas à nous ». Le club a bien formulé une offre de rachat, mais « très basse, très loin de l'estimation que nous avions », avait alors affirmé l'adjoint aux sports Pierre Rabadan.

Selon une source proche du club parisien, l'évaluation effectuée par les services de l'urbanisme de la ville était « dix fois supérieure à ce que nous avions nous comme prix ». Selon le premier adjoint Emmanuel Grégoire cité par Le Parisien, le montant proposé par le PSG était de 40 millions d'euros. « C'est moins cher que Paredes », le milieu de terrain argentin « acheté 50 millions d'euros », avait-il raillé, s'attirant les foudres de Nasser Al-Khelaïfi.

« Accompagner le PSG »

L'ex-candidate du PS à la présidentielle n'a pas évoqué l'hypothèse d'un départ du club. « Il faut accompagner le PSG dans son envie et son besoin de rénovation, d'augmentation de la capacité, de modernisation du Parc », même si « une partie du stade se trouve sur le périph, donc on ne peut pas creuser », a-t-elle dit.

Inauguré d'abord en 1897 puis en 1972 avec sa nouvelle architecture, l'ancien vélodrome, dont la capacité d'accueil est aujourd'hui fixée à 48.000 places, accueille le club parisien depuis 1974. Le bail emphytéotique actuel, entré en vigueur en 2014, court sur trente ans.

Nouvelle gouvernance à la tête du PSG

Le Paris Saint-Germain a réorganisé son équipe dirigeante après le départ du directeur général Jean-Claude Blanc, remplacé par un duo de cadres du club promus, et avec une nouvelle direction de la communication, a annoncé vendredi le club. Le secrétaire général Victoriano Melero et le directeur des recettes Marc Armstrong « prennent en charge les fonctions précédemment assurées par le directeur général adjoint délégué » Jean-Claude Blanc, parti à Nice où il sera directeur exécutif du propriétaire Ineos Sports à partir de février, a expliqué le PSG dans un communiqué.

Plus précisément, Melero « supervisera toutes les divisions support, financières et opérationnelles du club, et Armstrong dirigera la stratégie sur l'ensemble des domaines permettant de générer des revenus ».

Le président Nasser Al-Khelaïfi a également annoncé trois nouveaux changements dans l'organigramme.

Fabien Allègre, déjà directeur de la marque, devient également directeur adjoint de la Fondation Paris Saint-Germain.

Le PSG a également recruté deux nouveaux cadres à la communication. Michelle Gilbert, précédemment directrice de la communication France et Europe du Sud chez Meta, est nommée responsable de la communication institutionnelle, et Pascal Ferré, ancien rédacteur en chef de France Football, devient le nouveau directeur médias de l'équipe.

« D'autres nominations externes et internes seront annoncées en temps voulu », a ajouté le club.

« L'été dernier, le Paris Saint-Germain a entamé la deuxième phase de croissance et de développement de son projet, avec la nomination d'une nouvelle équipe de direction sportive (l'entraîneur Christophe Galtier et le conseiller football Luis Campos, NDLR) et la prolongation de joueurs de premier plan » (comme Kylian Mbappé et Neymar, NDLR), a expliqué Al-Khelaïfi dans le communiqué.

L'objectif est de poursuivre « la transformation du Paris Saint-Germain sous la direction de QSI pour devenir l'une des plus grandes franchises de football, de sport et de lifestyle au monde ».

(AFP)

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 17/01/2023 à 17:48
Signaler
A terme, il faut etre realiste, trop petit, pas de parking, ce Park des Princes n'a aucun avenir, Le stade de Saint Denis etait cense le remplacer ...

à écrit le 16/01/2023 à 10:11
Signaler
Elle a bien raison, il faut trouver un montage location ou autre qui permette au club de gérer le stade mais on voit ce qui se passe avec l'argent fou, les pétromonarchies et les chinois rachètent et ensuite les français se font saigner. La soluti...

à écrit le 15/01/2023 à 15:41
Signaler
Construire un nouveau stade partait utopique, il faut qu'il soit très proche de Paris et les terrains manquent ou sont inexistants, dans l'affirmative, c'est sans compter sur la multitude de recours qui seront déposés: On est au mieux sur une échéanc...

à écrit le 15/01/2023 à 4:44
Signaler
Je ne suis pas un fan de AH, mais sur ce sujet ja partage son avis ,si le PSG veut plus de place il n'a qu'à construire son propre stade en banlieue où il y a de la place. Je pense que les riverains du quartier apprécieront le retour d'une certaine...

à écrit le 14/01/2023 à 18:49
Signaler
"Le stade des Princes Qataris" non ça ne vous dit pas ? C'est pourtant toujours mieux que tous les noms de chaines d’hôtels et d'assurances dont ils ont affublé les salles de spectacles, c'est catastrophique même si quelque part une logique est respe...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.