Anne Hidalgo veut placer la transition écologique au cœur de son second mandat

 |   |  715  mots
Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la ville de Paris et directeur de campagne, vient de publier Paris n'est pas une ville, c'est un monde.
Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la ville de Paris et directeur de campagne, vient de publier Paris n'est pas une ville, c'est un monde. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
La maire de Paris doit officialiser samedi soir qu'elle sera candidate à sa réélection. Ses équipes déclarent vouloir faire de la transition environnementale le fil rouge du prochain mandat. Son premier adjoint et directeur de campagne, Emmanuel Grégoire, promet déjà des "propositions extrêmement innovantes" sur le logement et des "annonces fortes" sur la mobilité.

C'est un secret de polichinelle: Anne Hidalgo sera candidate à sa réélection. Selon nos informations, la maire de Paris devrait l'officialiser dans les colonnes du Parisien samedi soir en partie, dimanche matin en intégralité, avant une prise de parole lundi soir devant l'association acquise à sa cause "Paris en commun".

En attendant, son premier adjoint Emmanuel Grégoire, qui est officiellement directeur de campagne de la majorité sortante, vient de publier Paris n'est pas une ville, c'est un monde, un livre de 287 pages paru aux éditions Les Petits Matins.

"J'ai commencé à l'écrire dès le début du mandat, raconte l'élu local à La Tribuneavec comme fil rouge, la transition environnementale et le projet de maintenir Paris dans le peloton de tête."

Un "fil rouge" : la transition environnementale

Dans ce domaine, Emmanuel Grégoire érige trois priorités pour le prochain mandat: la réduction de la place de la voiture, le changement du modèle d'urbanisme et la promotion de la philosophie des communs.

En d'autre termes, "mettre la marche et le vélo" au cœur des mobilités, "sortir de la construction-déconstruction au profit de la rénovation-réhabilitation" en mettant l'accent sur les matériaux biosourcés, et "substituer une philosophie d'usage à une philosophie de propriété" en insistant sur le réemploi.

Pour autant, EELV, allié des socialistes depuis 2001, ne trouve pas l'exécutif actuel assez "vert" à son goût. "Comme en 2014, nous trouverons un accord qui mettra en exergue nos désaccords", réplique Emmanuel Grégoire.

Lire aussi : Municipales à Paris: les Verts surenchérissent sur la transition écologique

Des "propositions extrêmement innovantes" sur le logement

En revanche, s'il y a un chiffre sur lequel tout le monde s'accorde, c'est celui de 53.000 habitants en moins à Paris entre 2012 et 2017. "La baisse de population s'explique par la diminution du taux de naissances et l'augmentation du nombre de décès", avance le premier adjoint de la ville de Paris.

Aussi récuse-t-il une politique du logement qui ferait fuir les classes moyennes, exclues des logements sociaux car trop riches et du parc privé car trop pauvres. "L'Atelier parisien d'urbanisme (APUR) estime que Paris a perdu des dizaines de milliers de logements au profit de deux usages problématiques: les résidences secondaires, qui ne sont pas louées, et les meublés touristiques", type Airbnb, insiste-t-il.

Quand il reprend sa casquette de directeur de campagne, Emmanuel Grégoire promet qu'Anne Hidalgo "continuera à construire". "Ce sera d'ailleurs la question centrale de la campagne: stop ou encore ?", prédit-il. "Nous ferons des propositions extrêmement innovantes pour répondre à l'éviction des populations éligibles au logement social"

Des "annonces fortes" sur la mobilité

En matière de transport, sujet intrinsèquement lié à l'habitat s'il en est, la maire de Paris a déjà annoncé, la semaine dernière, la gratuité des transports pour les mineurs, alors que c'est la région qui demeure l'autorité organisatrice des transports avec son syndicat Ile-de-France Mobilités (IDFM).

Lire aussi : Municipales à Paris: Hidalgo veut la gratuité des transports pour les mineurs

"Nous avons le souci de porter un discours d'équité pour la métropole et la région", rétorque ce 10 janvier le premier adjoint d'Anne Hidalgo. "Il ne nous paraîtrait pas inutile qu'IDFM réfléchisse à cette mesure dans les autres communes et qu'il y ait des discussions qui s'ouvrent sur la base d'un financement pris en charge en partie ou totalement."

Lire aussi : Paris fait un premier pas vers la gratuité des transports

Dans son ouvrage, Emmanuel Grégoire, chargé du budget à l'Hôtel de Ville, revendique d'ailleurs le versement de 392 millions d'euros en 2019 à Ile-de-France Mobilités, "bien plus que les contributions cumulées des autres départements franciliens". Paris étant, rappelons-le, tant une ville qu'un département, de par son statut dit d'exception.

Pour le reste des idées sur cette thématique, le directeur de campagne se borne à vouloir réserver la primeur des annonces à sa candidate. Tout juste lâche-t-il qu'il y aura des "annonces fortes" sur le périphérique. Ainsi, professe-t-il que d'ici aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024, des voies pourraient être consacrées à l'autopartage, ainsi qu'aux transports en commun.

Lire aussi : Grand Paris : l'avenir des infrastructures routières s'invite aux municipales

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2020 à 20:58 :
C'est vrai qu'en photo César a l'air "tres amusé".
a écrit le 12/01/2020 à 19:00 :
Elle veut passer "la deuxième couche" escroclogique
a écrit le 12/01/2020 à 17:41 :
Réponse à "tres amusé" :
Il vous suffisait d'écrire que vous n'habitez pas à Paris.
a écrit le 12/01/2020 à 12:08 :
Je n'ai pas de sympathie particulière pour Mme Hidalgo mais je dois dire qu'en lisant le flot de haine qui se déverse sur elle, je me dis qu'elle doit être en bonne voie pour être réélue.

A évidence M Griveaux doit être bien bas dans les sondages pour que pas moins de 4 ministres soient pressentis pour renforcer les candidatures LREM à Paris, et que Villani reçoive des menaces en permanence de la part du parti gouvernemental...
Réponse de le 12/01/2020 à 15:14 :
Il aurait suffi d'écrire que vous n'habitez pas Paris.
a écrit le 12/01/2020 à 10:56 :
Vu l'état de Paris après 5 ans espérons pour tous que vous soyez pas reconduite !
a écrit le 12/01/2020 à 10:48 :
Les pistes cyclables sont en réalité le paradis des deux roues motorisés; Madame Hidalgo ne veut surtout pas engager une action répressive à l'encontre des contrevenants (mise en place de video verbalisation efficace) qui sont les petits protégés de la gauche. Même chose pour la lutte contre le bruit et les pétarades hallucinantes de ces engins qui traversent la ville en toute impunité.
a écrit le 12/01/2020 à 9:05 :
Si Hidalgo est réélue je quitte tout simplement Paris. Sa gestion de la ville est catastrophique tout a empiré en 5 ans. Même les sujets centraux de sa candidatures.

Saleté, insécurité, bordel ambiant, mobilité, végétalisation etc... Tout est pire.

Même ce dernier point, deux arbres de moins dans ma rue, la place ma mairie refaite les arbres coupées et la place est complètement bétonnée et ça fait sa maline.

Je parle pas de l’explosion de la dette, jamais connue.

Catastrophique !
Réponse de le 12/01/2020 à 12:06 :
Préparer vos valises! je ne dis pas ça en étant un fan de la maire de Paris mais je ne vois pas trop ce qui empêcherait sa réélection, tous les voyants sont en réalité au vert pour elle. Ceux qui voient du rouge sont atteints de daltonisme ou de triomphalisme aveugle.
Réponse de le 12/01/2020 à 12:30 :
Si vous quittez Paris, les services de la mairie vont dire que vous n'êtes pas né ou mieux mort!
Réponse de le 12/01/2020 à 15:24 :
Catastrophique … pour ceux qui payent la dette. C'est ça la démocratie française : il y a plus d'électeurs qui bénéficient de la dette que d'électeurs qui la payent. Pas étonnant que la dette empire, les responsables sont élus par ceux qui ne payent pas.
Macron ne fait pas mieux que Hollande sur ce plan là, l'exemple le plus clair étant la taxe d'habitation payée par ceux qui habitent le moins (résidences secondaires).
a écrit le 12/01/2020 à 8:45 :
Pauvres parisiens (!) : "Paris outragé , Paris martyrisé " QUAND Paris sera-t-il libéré ?
Réponse de le 12/01/2020 à 10:58 :
Pour une amélioration de Paris, faudrait que les grands groupes et grandes entreprises quittent enfin Paris pour que les prix baissent et que les citoyens aient une meilleur vie... Pourquoi ces entreprises ne prennent pas les devant en allant ailleurs???
Réponse de le 12/01/2020 à 13:41 :
Oui vous avez raison, pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt, le problème de Paris c'est la présence d'entreprises, on serait tellement entre rentiers bobos pour faire l'aller retour entre les galeries d'art et les salles de spectacle.
a écrit le 11/01/2020 à 23:05 :
pour tous ces partis qui se prétendent démocratiques, on attend des référendums locaux sur chacun des sujets notables.
Dans le RGPD, le consentement doit être libre, spécifique et informé. Le minimum serait qu'il en aille de même pour le choix des projets dits d'intérêt public. Avec un consentement à la majorité bien entendu (mais bien spécifique et informé pour chaque sujet différent).
a écrit le 11/01/2020 à 23:02 :
Grace à vous Paris est invivable. Des chantiers par milliers toujours vides, Des saletés partout avec du personnel qui se balade en poussant sa poubelle roulante, les Vélib, Autolib enterrés, des pistes cyclables qui font honte (Lecourbe, Garibaldi) quand on connait celle des Pays Bas, Du déficit qui augmente. on construit des HLM partout et même dans les quartiers les plus chers de Paris, Stationnement hors de prix surveillé par Big Brother, La police municipale aux abonnés absent depuis 5 ans; Un insécurité (vécu et pas ressenti), au quotidien. Des mendiants, SDF, migrants espérant tournant en rond, mais de l' aquaponie à Grenelle (dézingué sur France Culture !!); Projet d' immeuble 6 étages de Foyer dans le square Desnouettes. JO en 2024 que personne ne veut. Je cherche un seul sujet de satisfaction , je n' en trouve pas. Et si on compare Paris a Berlin, Madrid, Londres, Amsterdam, même Bruxelles, on se dit heureusement qu' il y a eu Haussmann au moins lui a laisser quelque chose.
Réponse de le 12/01/2020 à 11:00 :
Pour Vlib et autolib je ne peux pas vous laisser dire ça... Le projet n'est pas entérré car il est toujours en cours de paiement, certe il y a plus ni de vélo ni de voiture, mais vous le financé toujours !!!
a écrit le 11/01/2020 à 17:25 :
Et Barcelone ça ne l'interesse pas ? Ce serait mieux pour les parisiens ......
a écrit le 11/01/2020 à 16:20 :
S'il suffisait de mettre tout le monde à pieds ou en vélo pour vivre en harmonie avec mère nature ça serait le bonheur, ces bavardages de nos chères autorités mondialisées contournent les contraintes, je me demande parfois dans quel monde elles vivent. Je viens de signer une pétition contre la folie des locations du type Airbnb qui fleurissent dans les grandes villes au détriment des logements stratégiques et nécessaires pour les gens qui y travaillent. Il est patent que cette fabuleuse ville musée est un enfer pour les personnes qui doivent prendre des transports pour bosser. En outre, la prise en compte des pollutions que nous générons est noyée dans la nébuleuse de la transition climatique. Et si tout simplement nous retrouvions les saines idées relatives à l'aménagement du territoire avec des commerces dans les villes, des logements qui ne seraient pas des valeurs spéculatives, des transports en commun adaptés, une proximité pour les biens de consommation et alimentaires et un tourisme autre que de masse.. Il y a du boulot.
a écrit le 11/01/2020 à 11:49 :
Nous sommes tous responsables indirectement par notre bulletin de vote...
Que les parisiens ne viennent pas se plaindre en cas de nouvelle victoire d'hidalgo pour sa gestion calamiteuse.
Si tout le monde est content alors passons notre chemin tels les chiens qui aboient et la caravane qui passe.
a écrit le 11/01/2020 à 11:31 :
Elle sait remarquablement cerner les eujeux de demain ainsi que les attentes des citoyennes et des citoyens.Elle sera réélue!
a écrit le 11/01/2020 à 10:42 :
"Substituer une philosophie d'usage à une philosophie de propriété?"
Le Velib? En moyenne 100 à 300 vélos disparaissent totalement de la circulation chaque semaine à Paris, sans compet les dégradations. Ou sinon cela signifie HLMser la ville?
La Seine-st.Denis est donc le modèle pour Paris?
Hidalgo ne tient pas compte de la réalité, le manque de civilité de son territoire devrait la faire revenir sur terre: quand on a faire à une population aussi inéduquée il n'y a au contraire rien de mieux que la proprieté pour créer plus de respect.
a écrit le 11/01/2020 à 9:47 :
Hidalgo a voté pour le replacement de Velib : TOUTES les stations Velib et les vélos qui vont avec ont dû être mis à la poubelles pour être remplacés par un système qui ne fonctionne mal.
Quel est le bilan carbone de tout ce bazar ?
a écrit le 11/01/2020 à 9:30 :
Répugnant personnage politique qui se sert de la religion écolo pour draguer le naïf.
Réponse de le 11/01/2020 à 10:22 :
Il n'y a pas assez d'adjectifs pour qualifier cette sinistre politicienne. Abject me revient le plus souvent.
Une véritable caricature de profiteuse du système (ancienne parasite communiste inspectrice du travail en retraite à 55 ans) cumulant retraite de la fonction publique, grasse rémunération de maire de Paris et tous les avantages en nature et prébendes qui vont avec, qui passe son temps à donner des leçons gauchistes à la planète.
Et le pire, elle va être réélue dans un fauteuil grâce à la bêtise crasse de ses adversaires. Les parisiens ont et auront ce qu'ils méritent.
a écrit le 11/01/2020 à 9:28 :
En parlant de Paris:

Peut-on se faire élire au sein d’un exécutif local tout en restant au gouvernement ? Pour la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, la réponse est oui. Dans un entretien au Parisien, jeudi 9 janvier, elle a annoncé sa présence sur une liste de soutien au candidat LREM à la mairie de Paris.“Par ailleurs, je reste au gouvernement avec l'accord plein et entier du président et du Premier ministre. Cela reste ma priorité”, a-t-elle tenu à préciser.Une “priorité” forcément chronophage. Au point de faire douter les électeurs parisiens de son investissement local, en cas d’élection au mois de mars ?
Il faudra juger cet engagement sur pièces. Et pour cause : nommée au gouvernement en mai 2017, la secrétaire d’Etat n’a pas fait montre d’une grande assiduité au sein des conseils municipaux et communautaires du Mans, les deux instances locales au sein desquelles elle avait été élue, en 2014 puis 2015.Un simple coup d’oeil sur les extraits du registre des délibérations municipales permet de constater que Marlène Schiappa n’a participé à aucune des neuf réunions du conseil municipal du Mans, en 2019. Depuis le début du quinquennat, elle s’y est rendue à deux reprises seulement : le 28 juin 2017 et le 14 juin 2018, votant tout de même par procuration lors d’une partie des séances manquées. Le constat est le même en ce qui concerne le conseil communautaire de la métropole du Mans, où elle est rarement présente depuis le deuxième semestre de l'année 2017.
a écrit le 11/01/2020 à 8:29 :
Vous avez dit socialiste ? A 10000 € le mètre carré ! Du coup Macron en comparaison est un dangereux gauchiste.
a écrit le 10/01/2020 à 22:12 :
Apparemment, Hidalgo va transformer en compost la poubelle à ciel ouvert qu'est devenu Paris.
a écrit le 10/01/2020 à 19:59 :
L'écologie, le nouveau thème qu'ont trouvé certains politiques pour détourner la conversation des graves problèmes de société qui secouent la ville de Paris et la région parisienne.
a écrit le 10/01/2020 à 18:35 :
Cela promet un festival d'imbécilités tordues bobo, et de délires hors de prix pour n'aboutir à rien comme d'habitude. Hidalgo est une croute opportuniste, démago, et malhonnête, elle ruine Paris pour ses gitons, l'appauvrit, la saccage, la bloque, et rend ridicule la Capitale de la France, par sa saleté, sa pollution aux embouteillages, et ses interdits généralisés.
a écrit le 10/01/2020 à 18:32 :
Comme d'habitude, la démocratie abdique devant la minorité qui lui permet d'être élue.
C'est la stratégie écolo : coutisés par la droite comme par la gauche, ils sont sûrs de rester au pouvoir et d'exercer une influence disproportionnée sur la grande majorité des électeurs.
Comme d'autres minorités abusives avant eux, c'est au capitalisme qu'ils doivent leur audience. L'écologie ou "Comment faire du bénéfice en imposant des produits inadaptés et des services non désirés en paternalisant les électeurs".
a écrit le 10/01/2020 à 17:38 :
Madame Hidalgo a fait exploser la dette de Paris, la ville est sale , on peut espérer un changement de Maire en Mars prochain.
Réponse de le 12/01/2020 à 8:48 :
.....pour QUI ? : la peste , le choléra ......le cancer peut - etre ,
a écrit le 10/01/2020 à 17:27 :
j'aime la propagande a la con
a titre perso, je connais effectivement des gens qui habitent paris, gagnent leur vie correctement, mais ne sont ni assez niches pour pouvoir tout se payer, ni assez pauvres pour etre public prioritaire ou tout est gratuit, a commencer par le logement ' social solidaire et tolerant'
he oui, tout le monde ne s'appelle pas simmonet, ne gagne pas 4500 euros nets par mois ( ca fait 6000 euros bruts, soit 72000 euros par an pour une creve la faim sociale, c'est pas mal du tout) pour se voir attribuer un 80m2 par ian brossat ' en toute transparence de gauche' comme ca a si bien ete rappele par la pravda............
quand on n'a pas la carte independante du bon parti transparent, on doit aller se loger extra muros
a écrit le 10/01/2020 à 16:25 :
Paris, ville devenue sale, chère, endettée, invivable, déclassée, etc. Merci Hidalgo! Quel toupet de se représenter avec un tel bilan catastrophique.
Réponse de le 11/01/2020 à 10:28 :
Elle aurait bien tort de ne pas le faire ! Puisque le système va lui permettre d'être réélue dans un fauteuil grâce à la stupidité de ses adversaires qui d'ailleurs reconnaissent tous qu'hidalgo sera réélue...
Réponse de le 12/01/2020 à 8:50 :
.....et se presenter avec un tel bilan ........mais des chances d'etre élue : ça n'interpelle pas ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :