Après l'abandon d'Europacity, les élus du Val-d'Oise présentent leurs alternatives

 |   |  632  mots
(Crédits : Reuters)
Au haut-fonctionnaire Francis Rol-Tanguy, chargé par le chef de l'Etat de "travailler avec les élus à l'élaboration d'un nouveau projet", le conseil départemental du 95, l'agglomération Roissy Pays de France et la commune de Gonesse ont présenté, le 17 décembre, "une alternative à la décision brutale du président de la République annulant le projet Europacity".

Dès l'abandon d'Europacity en rase campagne le 7 novembre dernier, le président de la République a chargé le haut fonctionnaire Francis Rol-Tanguy d'élaborer "un projet alternatif plus mixte, plus moderne sans créer un pôle démesuré de consommation, de loisirs et d'objets", avec "la mission de travailler avec les élus".

Il se trouve que ce dernier a été reçu le 17 décembre par les trois principales collectivités concernées: le conseil départemental du Val-d'Oise, la communauté d'agglomération Roissy Pays de France et la commune de Gonesse. D'après nos informations, il serait venu sans dossier mais avec un petit carnet dans la poche, déclarant aux élus présents: "Je suis retraité, mais j'ai accepté la mission. Je viens vous écouter."

Sollicité par SMS, il confirme ses propos mais ne souhaite pas s'exprimer davantage pour le moment.

"L'urgence territoriale et sociale ne saurait être abandonnée"

Dans la note commune qui lui a été remise et que La Tribune a pu consulter, la présidente (LR) du 95 Marie-Christine Cavecchi, le président (DVD) de Roissy Pays de France Patrick Renaud et le maire (PS) de Gonesse Jean-Pierre Blazy plaident "pour une alternative à la décision brutale du président de la République annulant le projet Europacity".

"L'urgence territoriale et sociale ne saurait être abandonnée face à une urgence écologique, objet de discours plus que d'actes", écrivent les trois élus locaux. "Nous exigeons au préalable à toute réflexion commune des garanties écrites sur la réalisation de la gare de métro du triangle de Gonesse de la ligne 17 du Grand Paris Express et de celle du Mesnil-Amelot."

Ouvrir la discussion avec Alliage & Territoires

Plutôt que "rejeter en bloc tout le projet d'aménagement initial", les édiles proposent d'"ouvrir la discussion" avec le groupe Ceetrus. La filiale immobilière du groupe Auchan portait en effet le complexe de 250.000 mètres carrés à part égales avec Wanda, le leader de l'immobilier commercial chinois, via la co-entreprise Alliages & Territoires.

"Il est possible de reconfigurer et de redimensionner les programmes autour des thématiques culture, loisirs, hôtellerie avec une partie commerce réduite à définir", soulignent-ils. "Une part pourrait être maintenue: une grande halle d'exposition, une salle de concert, un cirque contemporain, un centre dédié au 7è art ou encore un centre dédié à la culture scientifique pour le jeune public."

Des décisions "fortes ayant un effet d'entraînement"

Marie-Christine Cavecchi, Patrick Renaud et Jean-Pierre Blazy invitent également l'Etat à prendre des "décisions fortes ayant un effet d'entraînement", comme délocaliser sur ce triangle de Gonesse des services du ministère de la Transition écologique et solidaire, installer l'extension d'un grand musée ou construire un lieu culturel en lien avec les opérateurs parisiens.

"Si nous sommes capables de faire le Louvre-Lens, le Pompidou-Metz ou le Pompidou-Fabrique de l'Art à Massy, le Val-d'Oise peut accueillir une telle initiative", relèvent-ils. "L'Etat doit aussi satisfaire à ses engagements et accompagner la proposition régionale de financer le Centre national des arts de la rue et de l'espace public de Garges-lès-Gonesse."

Remise du rapport dans six mois

Les trois élus locaux militent enfin pour "relever le défi de la formation", et ce via l'implantation d'un lycée international ainsi qu'un internat d'excellence. Enfin, ils appellent à "assurer le maintien de l'évolution de l'activité agricole", assurant que le conseil régional d'Île-de-France va mandater Grand Paris Aménagement pour désigner "un cabinet d'expertise indépendant pour réaliser une évaluation des sols".

Quoiqu'il en soit, Francis Rol-Tanguy a six mois pour réaliser sa "mission de haut niveau" et produire son rapport. En clair, d'ici à la mi-mai 2020. Soit deux mois après le second tour des élections municipales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2019 à 10:45 :
Il a été décidé d'abandonner le projet d'Europacity pour préserver la nature et maintenant il faut le remplacer par un nouveau projet tout autant destructeur pour le soi-disant "bien de la société"
Réponse de le 22/12/2019 à 16:44 :
D'accord avec vous, c"est grotesque, ils n'ont rien compris les élus.
a écrit le 21/12/2019 à 11:27 :
Naissances d'idées qui à long terme fera prendre conscience à tout ceux qui étaient pour ce projet stupide d'europacity que c'était une idée désastreuse.

Et allez savoir de comprendre que prendre le temps du recul et de la réflexion reposant sur une pensée à long terme est indispensable et que la vitesse et la précipitation nous ont ené au bord du gouffre, à savoir même si on est pas en train de tomber dedans...
a écrit le 20/12/2019 à 21:35 :
Décidément ce département n'a rien à gagner des présidents socialistes : Hollande avait fait annuler, sous prétexte de coût trop élevé, le projet de Centre national de conservation, de restauration et de recherches patrimoniales, où devaient être regroupées les réserves de 7 grands musées parisiens dont le Louvre, grand équipement dont l'implantation à Cergy Neuville avait été décidée par Frédéric Mitterrand pendant le précédent quinquennat. A son tour le fils spirituel de Hollande tire un trait sur Europacity, autre grand équipement cette fois-ci privé.
Réponse de le 23/12/2019 à 3:58 :
Le fils spirituel ? Vous parlez de Brutus ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :