Macron abandonne Europacity en rase campagne au nom de l'écologie

 |   |  1005  mots
Le projet Europacity ne verra finalement jamais le jour.
Le projet Europacity ne verra finalement jamais le jour. (Crédits : Reuters)
L'Elysée a annoncé ce jeudi 7 novembre l'abandon du complexe touristique de 250.000 mètres carrés d'activités et de loisirs. Si les commerçants de proximité se disent "satisfaits", le maire de Gonesse est "en colère". D'aucuns redoutent en outre l'abandon de la gare de la ligne 17 du Grand Paris Express, mais déjà les écologistes se félicitent de cette "très bonne nouvelle".

Les élus locaux et les acteurs du territoire redoutaient cette nouvelle depuis quelques semaines. L'Elysée l'a annoncé ce jeudi 7 novembre à l'occasion du Conseil de défense écologique : le projet Europacity est officiellement abandonné.

"Nous avons eu du mal à arrimer la promesse écologique de l'acte II du quinquennat par des décisions concrètes", fait savoir l'Elysée au journal Le Monde. "Cette fois, nous avons une masse critique qui nous permet d'afficher la couleur verte."

250.000 mètres carrés d'activités et de loisirs

Depuis sa nomination à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne avait reçu les élus du Val-d'Oise, partisans de ce projet qui prévoyait d'édifier 250.000 mètres carrés d'activités et de loisirs sur le triangle de Gonesse, ainsi que le collectif "Europas du tout" qui redoutait la suppression de 8.000 emplois dans les commerces de proximité. Ce dernier "se félicite de cette décision qui préserve le territoire d'un véritable tsunami économique".

"Le président de la République a décidé de ne pas poursuivre le projet Europacity", a confirmé l'entourage du chef de l'Etat à l'AFP, estimant que le projet "ne correspond plus aux aspirations de nos concitoyens". "Plus question de créer un grand pôle de commerces et de loisirs où viendraient des consommateurs de toute l'Île-de-France qui repartent ensuite, créant un pic de consommation et de mobilité, au détriment des commerces alentours."

Des commerçants "satisfaits" face à un maire "en colère"

Aussitôt annoncé, le président de la confédération des commerçants de France, Francis Palombi, s'est déclaré "vraiment satisfait" : "La CDF a démontré inlassablement la dangerosité de ce projet pharaonique de centre commercial et de loisirs, qui plus est, sur un territoire concerné par le dispositif Action Cœur de ville". Ce dispositif gouvernemental place en effet la commune de Gonesse sur la liste de 222 centres-villes à revitaliser depuis mars 2018.

Lire aussi : Revitalisation des centres-villes ; beaucoup de sous pour pas grand-chose ?

 A contrario, le maire (PS) de cette commune, qui a toujours soutenu l'implantation de ce complexe touristique, se dit aujourd'hui "en colère" contre "une décision incompréhensible et inacceptable".

"Nous ne pouvons répondre à l'urgence écologique sur le dos des populations défavorisées et des classes moyennes ! Manifestement Emmanuel Macron n'a pas compris l'avertissement de son peuple par la voix des Gilets Jaunes", considère Jean-Pierre Blazy dans une déclaration transmise à la presse. "C'est une exécution en règle sans autre forme de procès au détriment d'une population que le Président abandonne."

Lire aussi : Pourquoi EuropaCity fait débat

La gare de la ligne 17 du Grand Paris Express remise en cause ?

De son côté, Valérie Pécresse, qui espérait, elle aussi, la création de 10.000 emplois localisés pendant les phases de construction et d'exploitation, en appelle "solennellement" au gouvernement pour définir "un plan d'urgence pour le Val-d'Oise".

Lire aussi : Europacity espère recruter localement près de 10.000 personnes

"Le département payera le plus lourd tribut suite à l'abandon du projet", estime dans un communiqué la présidente du conseil régional d'Île-de-France. Et d'exiger de l'Etat "la sanctuarisation de la ligne 17 du Grand Paris, seul projet de transport structurant concernant le Val-d'Oise, le reliant à l'aéroport de Roissy, au parc des expositions de Villepinte et à la Seine-et-Marne, indispensable pour assurer le désenclavement de ces territoires."

Selon nos informations, il semblerait, au contraire, que la demande présidentielle d'élaborer "un projet alternatif plus mixte, plus moderne sans créer un pôle démesuré de consommation, de loisirs et d'objets" ne menace en rien la construction de cette gare du Grand Paris Express. Le chef de l'Etat a en effet confié à Francis Rol-Tanguy, ancien directeur de l'Atelier parisien d'urbanisme (APUR) "la mission de travailler avec les élus à l'élaboration d'un nouveau projet".

Une "très bonne nouvelle" pour les écologistes, toutefois surprenante

Adversaires historiques du projet, les écologistes applaudissent cette décision. Sur Twitter, le directeur général de Greenpeace salue "une très bonne nouvelle".

"Ce projet était absurde à l'heure de la transition écologique", écrit Jean-François Julliard. "Il faut maintenant s'assurer de la préservation de ces terres agricoles, devenues si rares à proximité de Paris."

"Enfin ! Des années de lutte, de résistance, de mobilisation et surtout de pédagogie et de construction d'un projet d'agriculture paysanne alternatif sont récompensées !", a également réagi sur le réseau social Yannick Jadot, le leader d'Europe-Ecologie Les Verts.

Il faut toutefois reconnaître que l'arbitrage élyséen a de quoi surprendre après les trois jours de visite officielle en Chine du président Macron. Avec la filiale immobilière du groupe Auchan, Ceetrus, c'est un groupe chinois, Wanda, qui investit, à part égales, dans le projet, pour un montant total de 3,1 milliards d'euros.

De même, renseignement pris auprès d'un cadre d'Europacity, le cabinet du Premier ministre avait reçu l'équipe permanente à Matignon ce mardi 5 novembre pour évoquer l'artificialisation des sols. Le directeur général Benoît Chang avait en effet annoncé début octobre que les 80 hectares de terres agricoles seraient compensés par la création de 80 hectares de parcs en Île-de-France et la plantation de 4.000 arbres sur le site.

Lire aussi : Gare du Nord et Europacity : Ceetrus pris dans le tourbillon des municipales

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2019 à 16:55 :
Il y a amazon pas besoin de ce centre commercial...

Pas de circulation, pas besoin de prendre la voiture oiur aller faire les courses...
Livre a domicile qu il pleuve ou qu il vente donc moins d accidents, moins de consommation de carburant...

Que des avantages pour la livraison amazon :-)
Réponse de le 09/11/2019 à 8:28 :
Et les giga-entrepôts d'Amazon, ils ne consomment pas de la terre agricole, peut-être ? Les livraisons ne génèrent pas du trafic automobile ? Et enfin si on ne veut pas être coincé chez soi à attendre les livraisons d'Amazon, il faut aussi prendre sa voiture pour aller les récupérer au point de livraison...
a écrit le 08/11/2019 à 14:47 :
Créer des mégas centres commerciaux où on ne vend que des trucs qui ne sont pas fabriqués en France, soi-disant pour revitaliser l'économie, c'est peut-être trop facile, finalement.
Et, là aussi, la fête est finie : le gouvernement Macron ne gère apparemment pas l'économie à la va-vite, comme ses prédécesseurs le faisaient si bien.
Tant pis pour ceux qui sont pas contents.
Et les boulets jaunes, dans tout ça ?
Réponse de le 09/11/2019 à 8:31 :
Même si par miracle (très improbable vu les coûts salariaux délirants...il faudrait qu'ils baissent de 25 à 30%) on parvenait à revitaliser le made in France (et de persuader les consommateurs français d'en payer le prix malgré des revenus amputés pour rétablir la compétitivité... pas gagné) il faudrait quand même des centres commerciaux pour le distribuer.
a écrit le 08/11/2019 à 14:00 :
Le bétonnage de terres agricoles est une folie. L'avenir n'est plus à ce types d'énormes centres à shopping !
a écrit le 08/11/2019 à 13:29 :
Macron n'est que de passage...Le monde continuera de tourner après lui et sans lui !
Réponse de le 08/11/2019 à 19:05 :
Oui mais toutes les décisions regrettables qu'il a prises (NDDL, Europacity...) auront du mal à être annulées. Ce qu'il faudrait ce serait prévoir une disposition législative qui permettrait exceptionnellement de relancer ces projets sans avoir besoin de repartir de zéro (c'est à dire au minimum en reprendre pour une décennie avant le premier coup de pioche).
a écrit le 08/11/2019 à 12:55 :
une population satisfaite contre l'insatisfaction du représentant de cette même population... Je ne comprends pas la position du maire, ou alors qu'a-t-il perdu exactement ? Des liens étroits avec ce projet ? Pourtant il sait comment fonctionne ces pôles économiques : emploi captif donc pression à la baisse sur les salaires et les revendications sociales, au final on a des travailleurs pauvres qu'il faut subventionner et soutenir par de la redistribution. Le syndrome GJ, c'est exactement cela. Le capitaliste a tout compris, le politicien, lui, n'a toujours pas mis son logiciel à jour...il serait temps de passer à l'économie 4.0 (et encore, je ne parle pas des fonds d’investissement qui sont capables de maitriser tout un secteur économique au détriment de tous les autres acteurs économiques - Etats, citoyens, PME, etc.)
Réponse de le 08/11/2019 à 15:27 :
L'élu travaille dans un environnement de chômage important, de population vivant de la redistribution nationale, de pauvreté. Dans un territoire peu engageant, dévitalisé, en mal d'attractivité. Finalement, il fait face à une incapacité budgétaire de renverser sa situation car la création d'emploi publics à une limite. Un promoteur arrive avec un projet privé, financé par le privé, pour construire un parc commercial et d'attraction qui vise à attirer dans son territoire une population venant de l'extérieur. Maintenant que le projet tombe à l'eau, il ne lui reste plus qu'à retourner à ses demandes de financement pour soutenir des emplois jeunes à durée déterminé dans le but d'animer l'été prochain une bibliothèque dont il n'a pas le budget de rénovation. Je comprends son blues !
Réponse de le 08/11/2019 à 23:45 :
Je ne comprends toujours pas la situation, désolé : quand on a grandi dans un endroit ou il n'y a pas de boulot, on se bouge pour trouver du travail dans une autre région qui est en tension... Et en IDF, ce n'est pas le travail qui manque, alors certes il ne suffit peut être pas de traverser la rue pour trouver un autre job, mais ça se fait en quelques semaines/mois. Le blues du maire, non je ne comprends pas : ce n'est ni aux représentants locaux, ni à l'Etat de trouver du travail pour ceux qui n'en ont pas... Ceux qui ne veulent pas bouger, bah qu'ils restent dans leur misère, la France ce n'est pas les USA, déménager de 1000 bornes pour avoir un travail, ce n'est pas la mort, surtout que cela peut être pris en charge. Et je ne parle même pas des expatriés....Faut arrêter l'assistanat.
a écrit le 08/11/2019 à 12:46 :
Bravo. Marre de ces centres commerciaux souvent à somme nulle en termes d'emplois où de magasins: nouveaux emplois lä = emplois détruits ailleurs... Que les grandes enseignes rétribuent mieux nos agriculteurs!
a écrit le 08/11/2019 à 11:35 :
enfin une bonne nouvelle !
a écrit le 08/11/2019 à 10:52 :
Décision sage les parcs d'activités de commerces et loisirs business on a déjà beaucoup donné. Cette région mérite mieux , un vrai parc de biodiversité arboré avec agriculture
raisonnable et bio serait vraiment plus souhaitable.
a écrit le 08/11/2019 à 10:22 :
Quel interet de construire encore un centre commercial geant ? il y en a plein et de toute facon d ici 10 ans Amazon aura liquidé de type de business. Donc decision intelligente
Réponse de le 08/11/2019 à 13:28 :
L'emprise au sol d'un entrepôt Amazon n'a rien à envier à celle d'Europacity. Pour vous donner une idée allez jeter un oeil (même virtuel avec Google earth) à celui monstrueux qu'Amazon a construit près de Senlis (à 100m de l'un des ronds-points GJ les plus irréductibles) : il fait plus de 8ha... sans compter l'hôtel qui a été construit juste à côté... là aussi édifié sur de bonnes terres agricoles (mais aussi très bien desservi par l'A1)... et celui de Brétigny fait 14,2ha.
a écrit le 08/11/2019 à 9:55 :
Qu'a a voir l'état dans ce projet .......privé ?
a écrit le 08/11/2019 à 9:54 :
Qu'a a voir l'état dans ce projet .......privé ?
a écrit le 08/11/2019 à 9:39 :
Tout ne sera pas perdu pour tout le monde.
Le président souhaite un projet alternatif et dans quelques temps on vous servira un nouveau projet en jurant qu'il est labélisé écolo et en jurant que les nouveaux investisseurs n'ont aucune accointance avec le gouvernement.
Quant aux écolos, je pense que la balle est dans leur camps. Ils étaient contre ce projet: Une position facile et égoïste si elle n'est pas accompagnée d'une contreproposition sérieuse pour l'avenir des populations locales. L'aternative, mûrie pendant des années selon Mr Jadot, c'est un projet d'agriculture paysanne... C'est vrai que le terme de "ferme pédagogique" est tellement galvaudé!
Réponse de le 08/11/2019 à 15:36 :
Bonne idée. Une ferme pédagogique biologique sous un des plus grands aéroports du monde. C'est sur que ça va être vendeur sur les étalages la tomate labellisée "Production sans pesticides dans une petite ferme coincée entre les combustions de kérosène des aéroports de Charles de Gaulle et du Bourget''
a écrit le 08/11/2019 à 9:36 :
Projet privé sur des terrains privés financé par de l'argent privé. Mais de quoi Jupiter et l'état se mêlent-ils ?
a écrit le 08/11/2019 à 9:10 :
Remarquons que M.Macron rentre de Chine, et qu'il envoie un clair signal en ce qui concerne les investissements chinois en France (et bien sûr, ce projet anti-environnement n'avait plus sa place)..On ne saurait discuter des décennies des contrats sans recevoir des engagements fermes en retour.
a écrit le 08/11/2019 à 9:06 :
Au moins, on évitera que 80 hectares de terres agricoles ne soient transformés en une immense dalle de béton et de bitume. Stop à la destruction de la nature.
Réponse de le 08/11/2019 à 15:38 :
Une nature coincée entre deux aéroports. C'est sur que c'est mieux de la protéger et d'orienter les projets ailleurs.
a écrit le 08/11/2019 à 8:51 :
L'homme a besoin de vert, de calme, et retrouver le rythme de la nature, et non pas de beton, d'enfermement, de polution sonore et visuelle en resume tout ce qui le rend associable et dependant de choses artificielles. Il vit deja assez bien d'ecran, de bureau, de route... Pourquoi pas un zone protegee dediee a la biodiversite et a un retour auw sources a la nature ? la meilleure facon de lutter de contre le stress et les maladies incurables liees a la pollution de notre environnemt et de notre mode de vie consumeriste.
Réponse de le 09/11/2019 à 8:37 :
L'homme qui a besoin de vert, de calme, et retrouver le rythme de la nature ira les chercher dans le Perche, en Sologne ou dans la Brenne, pas en Ile de France entre les pistes de Roissy et celles du Bourget, le long d'une route 2*2 voies (la D317, ex N17) très fréquentée.
a écrit le 08/11/2019 à 8:44 :
Sans doute dommage pour le tourisme, un des rares secteurs à peu près viable en France...
Réponse de le 08/11/2019 à 19:09 :
Pas si viable que ça... les chiffres touristiques sont certes flatteurs mais on oublie qu'un touriste d'Europe du Nord (un belge ou un allemand) se rendant en vacances en Espagne ou au Portugal par la route "visite" la France 2 fois. Il en résulte un CA touristique, malgré un nombre de visiteurs plus élevé, que la France dégage un CA touristique inférieur à celui de l'Espagne...
a écrit le 08/11/2019 à 8:11 :
Créer des emplois, peut être, mais combien de licenciements dans les centres commerciaux aux alentours, il y en a plein !
Faire du shopping, bouffer des burgers et trembler dans les montagnes russes n'est pas franchement un loisir sain pour les enfants des familles, ceux qui iront tous les weekends finiront névrosés...
On est pas obligé de tomber dans les travers de la société américaine à deux pas de Paris.
Réponse de le 09/11/2019 à 8:46 :
Europacity n'était pas un simple centre commercial comme il y en a tant et peut être trop, mais quelque chose comparable au West Edmonton Mall, regroupant sous un même toit plusieurs parcs de loisirs, cinémas, hôtels, bibliothèque, des dizaines de restaurants de toutes sortes et bien entendu des commerces. Parfaitement adapté au climat de l'Alberta, c'est devenu la principale attraction touristique d'Edmonton (35 millions de visiteurs par an). Si on y réfléchit le climat francilien n'est franchement pas beaucoup plus engageant (torride occasionnellement, pluvieux et frais la plupart du temps). Des malls regroupant commerces et équipements de loisirs et de culture paraissent pertinents. Et puisque le projet Europacity est abandonné du fait du prince, le mieux serait de les implanter par restructuration-extension de centres commerciaux existants.
a écrit le 08/11/2019 à 6:14 :
Peut-on encore parler de démocratie dans ce pays ?

Je ne suis pas pour ce projet mais je conteste fortement la méthode que nos institutions semblent autoriser, que mes concitoyens ne semblent pas contester, que les journalistes semblent applaudir.

Ce monsieur qui paraît décider de tout et n’importe quoi n’en a pas le mandat.
a écrit le 07/11/2019 à 22:16 :
Dans une région au climat ingrat, peu ensoleillé, pluvieux et frais comme l'est le climat francilien, la constitution de grands malls (à l'image du West Edmonton Mall en Alberta au Canada) couplant parcs de loisirs y compris aquatique, cinémas, salles de spectacles, commerces en grand nombre, hôtels... sous un même toit, le tout accompagné de vastes parkings et accessible par les transports en commun permet de créer de véritables attractions touristiques. Le West Edmonton Mall reçoit 32 millions de visiteurs par an et a 24000 employés. L'abandon du projet Europacity est donc très dommageable surtout dans cette zone plutôt défavorisée économiquement et socialement, actuellement très peu attractive.
Réponse de le 08/11/2019 à 13:11 :
Sauf que la configuration géographique de la France n'a rien à voir avec celle des grands espaces canadien ou américain ! Ici on commence à manquer un peu de place et c'est pas le moment d'en rajouter.
Réponse de le 08/11/2019 à 13:29 :
par rapport à ses voisins européens la France est un désert.
a écrit le 07/11/2019 à 20:34 :
C'est dans les abandons des projets pharaoniques que Macron est le plus pertinent.

Il y a des gros centres commerciaux tous les 10km dans le Val d'Oise et les études économiques démontrent qu'ils se cannibalisent entre eux sans apporter significativement plus de clients. La demande est totalement saturée par une offre pléthorique.

L'abandon d'Europacity est une excellente idée d'autant plus qu'il allait amputer encore plus les terrains agricoles autour de Paris.
Réponse de le 08/11/2019 à 6:40 :
Moi je trouve ce fait du prince catastrophique. Ce quinquennat n'était déjà pas brillant, là la coupe déborde.
a écrit le 07/11/2019 à 20:08 :
Aller Emmanuel, encore un effort, faut aussi annuler les autorisations pour la construction du port de bretignolles-sur-mer qui va détruire l'écologie d'une très belle baie vendéenne.
Réponse de le 09/11/2019 à 8:56 :
Ce se discute... mais la Vendée étant une terre de plaisance, y compris avec une activité très dynamique de construction de bateaux de plaisance, et la demande d'anneaux y étant très forte (d'où ce projet), il faut proposer une solution alternative, par exemple une extension des autres ports de plaisance vendéens, notamment St Gilles, Port Olona, Port Bourgenay à hauteur d'un millier d'anneaux (ce qui était envisagé à Brétignolles). S'agit pas de faire comme à NDDL, abandonner un projet sans aucune vraie solution alternative pour répondre au besoin identifié.
a écrit le 07/11/2019 à 20:05 :
Et après on dit que la France est libérale ? LOL. Les consommateurs ont le droit de décider où ils vont faire leur course
a écrit le 07/11/2019 à 19:55 :
Une excellente décision de la part de notre président pour un projet qui était mort né. L'heure n'est plus à la croissance effrénée, mais au contraire à la décroissance.
a écrit le 07/11/2019 à 19:48 :
"le dispositif Action Cœur de ville". Ce dispositif gouvernemental place en effet la commune de Gonesse sur la liste de 222 centres-villes à revitaliser depuis mars 2018".

C'est, si j'observe ce qui se passe, le mot revitaliser, comme si les pauvres étaient des objets absent, et qui me rappelle aussi les films type coloniaux sur france 0.

Les populations qui y vivent, la multiculturalité en fait, sur des question d'un centre commercial qui du coup, rassemble tous vers ........(ce qui cache en fait plusieurs dimensions, autrement dit, le recul des précaires vers la grande ceinture).

Car a l'évidence du développement du grand Pariis, si j'observe la dimension "ethnique" de la ville car face a Gonesse, disons que jusqu’à présent, je compare Montreuil a ce qu'il était, je compare St Denis, des zones inhumaines faites de groupes économiques, je prends Bagnolet, la aussi.

Bref, parfois les mots font aussi comprendre l'impact économique, mais la dimension du discours politique, me permet de voir en cela quelque chose qui avait la dimension du type de ce que vous pourrez voir a Créteil. IL n'y a pas encore de parc, quoi que le lac est la.

Je vous rappelle aussi Pour le cinéma, avec version française des films en banlieue, version étrangères a Paris. (cela ne coûte rien )!

Si l'on prend la proximité ensuite économique, disons que la se pose la question.....
Mais pas que. Dés fois, il faut apprendre a peu dire ou faire sachant que la question est moins dans l'objet, que dans ce qui étrange raisonnement "au nom de l'écologie", ce qui est la plus grosse violence entendue.

Et pendant ce temps, Gérard Longuet et Eric Zemour parlent dans le petit écran.

Alors étant donné le basculement étrange de la société, le marché est sa famille, il n'est a n'en pas douter, le choix est le choix.

Et la méta politique consistant a inventer des mots "au nom de l'écologie" heuuuuuu
Réponse de le 07/11/2019 à 20:14 :
votre commentaire est à l'image du projet... incompréhensible
Réponse de le 07/11/2019 à 22:53 :
pas faire n'est pas faire ! c'est plus simple?!!

Les systèmes de gentrification exercer ou vous avez des gens qui touchent 800 a 1000 euros qui doivent vivre avec les mêmes moyens que ceux qui en touche 2500....

Cette décorrélation du réel par les exemples de ce qu'un projet qui bon ou pas, passe du temps pour que rien ne se passe.

Du coup rien faire n'est pas faire......

Ce n'est pas de l'écologie, c'est de la politique !
a écrit le 07/11/2019 à 19:11 :
Une belle connerie de plus après NDDL. Cette plaine du triangle de Gonesse est une morne plaine particulièrement moche et désolés (c'est là que le Concorde s'est crashé), inhabitable en raison du bruit des pistes de CDG. Et qu'on ne vienne pas parler de bonnes terres, elles n'ont rien d'exceptionnel, les terres roumaines et ukrainiennes sont bien meilleures et bénéficient d'un climat bien moins aléatoire. Bon, c'était encore pire à NDDL où il n'y avait même pas de terres agricoles ayant le moindre intérêt à préserver. On marche sur la tête...,Au moins les investisseurs et les aménageurs auront compris qu'il n'y a plus rien de faisable en France et qu'il vaut mieux regarder du côté de pays d'avenir comme l'Espagne ou l'Europe de l'Est.
Réponse de le 07/11/2019 à 20:18 :
c'est vrai que c'est connu que les climats continentaux de roumanie et d'ukraine sont bien meilleurs que nos climats tempérés...
C'est aussi vrai que les terres du bassin parisien sont très moyennes...et particulièrement au nord...
;-)
quand on y connait rien, on évite d'affirmer n'importe quoi
Réponse de le 08/11/2019 à 5:58 :
Du blé Ukrainien de Tchernobyl?Beurk!On a déja les brocolis chinois et les abricots séchés Turcs pleins de pesticides,alors non merci:continuons de cultiver en France.Nous n'avons pas besoin de tous ces centres commerciaux,il faut désintoxiquer les français du shopping compulsif qui est mauvais pour la planète.
Réponse de le 08/11/2019 à 6:46 :
Europa City c'était la version européenne du West Edmonton Mall au Canada qui est L' attraction touristique d'Edmonton (pas un simple centre commercial). Vraiment même en cherchant bien je ne vois pas ce qu'il y avait à préserver au triangle de Gonesse.
Réponse de le 08/11/2019 à 6:53 :
Grâce à d'excellentes terres et, effectivement, un climat bien plus régulier ( plus doux en moyenne et plus ensoleillé) que celui qui sévit en Ile de France, la Roumanie débarrassée du communisme est redevenue une puissance agricole majeure en Europe, avec des rendements excellents. Quant à l'Ukraine, elle a toujours, même à l'époque soviétique, été le grenier à blé de l'Europe, les retombées de Tchernobyl ayant bien plus concerné la Biélorussie que l'Ukraine. Alors les quelques hectares du triangle de Gonesse, entre la D317 et les pistes de Roissy...
a écrit le 07/11/2019 à 19:02 :
On a un dragon .On déplace des monuments .on est dans la misère. On n'a plus de médecin .On fait les poubelles à la fin des marchés. On vat mettre le FN au pouvoir
Réponse de le 07/11/2019 à 20:11 :
Avec le RN vous serez dans les 1ères victimes.
Réponse de le 07/11/2019 à 22:22 :
n'étant pas du tout rn c'est donc avec le plus d'objectivité que je vous répondrez que avec macron, nous sommes déjà victimes du plus grand prédateur et fossoyeur que la France a eu depuis bien longtemps, rn = lrem, tous deux pires que toute l'opposition possible.
a écrit le 07/11/2019 à 18:57 :
Jean-Pierre Blazy : un nom à ajouter à la liste de ceux pour lesquels l'avenir de nos enfants est sacrifiable. Quant au DG Benoît Chang, si on remplace les choux et les carottes de son alimentation par de l'herbe et de l'écorce, je ne suis pas sûr qu'il apprécie la "compensation".
Réponse de le 08/11/2019 à 9:41 :
L'avenir de nos enfants est bien plus mis en danger par un pays qui se racornit et renonce à tous les projets structurants, autrement dit en voie de sous-développement économique, que par le fait d'artificialiser quelques dizaines d'hectares de terre agricole. De toutes façons de la terre agricole il y en a trop en France puisque beaucoup de paysans n'arrivent pas à vivre de son produit (on produit trop->les prix agricoles sont trop bas).
a écrit le 07/11/2019 à 18:39 :
Les tensions locales deviennent très fortes, les gens sur le plan national sont complètement soumis du fait des médias de masse mais quand ça les touche directement peuvent devenir de véritables fauves enragés, l'instinct de survie contre lequel aucune propagande de ne peut avoir d'effet. Par ailleurs avec une gendarmerie qui n'a plus assez d'essence pour terminer l'année et tout ces services publics sacrifiés au nom de l'intérêt des financiers c'était le plus raisonnable. La colère populaire n'a jamais été autant palpable les gens sont particulièrement tendus et même Macron selon ses dernières paroles sur l'Europe et l'o.t.a.n ne croit pas en ce qu'il fait. Il doit commencer à sentir qu'on la envoyé la pour le sacrifier toujours au nom des actionnaires. Sage décision espérons que ce ne soit pas la première que ce soit le début du réveil.
Réponse de le 08/11/2019 à 16:32 :
@ multipseudos:

Dis moi tu as toujours besoin d'opposer un phénomène à un autre ? T'as pas l'impression que ça te mène nulle part dans ton raisonnement quand même un peu là ?

Signalé, ce serait bien que tu avances au moins d'un pas dans ton trollage binaire, au moins un pas, un petit pas même rien que ça... TU es épuisant et le pire c'est que tu insistes avec moi qui t'es mit cette aberration sous ton nez dès ton premier trollage... -_-

Ça n'a aucun sens.
a écrit le 07/11/2019 à 18:24 :
On voit bien que les projets immobiliers sont bloqués à l'approche des élections. Les élus n'ont pas pris suffisamment part aux spéculations et ne souhaitent pas prendre de risque électoral inconsidérés. Et l'on veut faire croire au peuple que la pénurie de logements et de locaux d'activité vient de la spéculation immobilière des propriétaires!
Réponse de le 07/11/2019 à 22:26 :
On est toujours à l'approche d'une élection... Autant dire qu'on ne peut plus rien faire en France. Gonesse et l'est du Val d'Oise est une zone économiquement et socialement défavorisée, et plombée dans son développement par la présence de Charles de Gaulle à proximité immédiate. Franchement il n'y avait pas grand chose à y préserver... comme à Notre Dame des Landes ou à Roybon d'ailleurs. On se demande combien de projets structurants et pleinement justifiés cet exécutif va encore sacrifier. Espérons que d'autres pays voisins sauront tirer profit du racornissement de la France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :