Benjamin Griveaux candidat de la République en Marche à Paris

Sans surprise, le député de Paris Benjamin Griveaux portera les couleurs de la République en marche dans la capitale. Plus tôt dans la soirée, son rival Cédric Villani avait annoncé qu'il n'était pas investi.
César Armand

3 mn

(Crédits : Compte Twitter de Benjamin Griveaux)

C'est désormais officiel : le député Benjamin Griveaux a été désigné candidat de la République en marche pour la ville de Paris.

"Lors de son audition, Benjamin Griveaux est celui qui a le plus convaincu" a communiqué la commission nationale d'investiture, faisant état d'un "diagnostic étoffé des attentes des Parisiens et Parisiennes, réalisé sur la base de rencontres et d'échanges avec plus de 1 000 personnes, conformément à l'ADN d'En marche et à ce que le mouvement attend de ses candidats".

Le tweet de Villani avant l'heure et la réponse de Griveaux

Plus tôt dans la soirée, dans quelques lignes publiées sur Twitter, le député de l'Essonne Cédric Villani faisait implicitement comprendre que l'ancien porte-parole du gouvernement était investi par le parti du président Macron :

"Ce qui était annoncé est désormais acquis : il est clair que je n'obtiendrai pas l'investiture de l'appareil de LREM (...) "Nous avons tendu la main en proposant une consultation et des débats pour permettre le rassemblement le plus large et le plus légitime (...) Ces appels n'ont jamais été entendus : plus que jamais, je le regrette."

Et d'annoncer, sibyllin : "Fidèle à nos valeurs, j'aurai prochainement l'occasion de m'exprimer sur les perspectives qu'il convient à présent d'ouvrir.

Sur FranceTVInfo, Benjamin Griveaux a estimé que "sans doute, [il serait] dans la même position que lui si le résultat avait été différent" ajoutant : "Je n'ai aucun doute que nous saurons trouver les voies pour se parler".

Une querelle interne et une situation qui amuse la Ville

Il y a quelques semaines, avant les entretiens individuels de 45 minutes avec la commission nationale d'investiture de la REM le 9 juillet, Cédric Villani avait en effet appelé, avec Hugues Renson, Anne Lebreton et Mounir Mahjoubi, à "un processus fait de débat serein et de consultation citoyenne" en lieu et place d'une "désignation précipitée prise entre les quatre murs d'un mouvement politique". Entre-temps, Anne Lebreton et Mounir Mahjoubi avaient rallié la candidature du député de l'Essonne et Hugues Renson avait maintenu la sienne.

Toujours sur Twitter, les proches de la maire de Paris Anne Hidalgo se sont amusés de la situation. Son premier adjoint, Emmanuel Grégoire, a ainsi jugé qu'il aurait été "plus honnête de faire l'économie de ce processus-alibi sans suspense ni sincérité". Quant à Jean-Louis Missika, chargé notamment du Grand Paris, il a fait référence au soutien du mathématicien lors de la campagne de 2014 : "Cédric, ne pleure pas, reviens à la maison, on t'aime toujours".

La main tendue de Gantzer

De son côté, le chef de file de Parisiennes, Parisiens Gaspard Gantzer a déclaré sur BFM Paris "tendre la main" à Cédric Villani et à Hugues Renson : "Les Parisiens ne sont pas condamnés à un duel factice entre Griveaux et Hidalgo. Ils peuvent choisir une troisième voie".

César Armand

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 11/07/2019 à 15:39
Signaler
Hidalgo est un vrai manager avec un programme catastrophique qui étouffe Paris. Un corps avec une insuffisance circulatoire est bien sûr voué à la mort. Griveaux, l'un des mignons du Président est chargé de dévisser la maire de Paris, sera-t-il aussi...

à écrit le 11/07/2019 à 14:46
Signaler
Honteux ! Mais entre un bon candidat et un mauvais l'oligarchie optera toujours pour le plus mauvais. Espérons du coup que c'est un autre qui va gagner hein... La Rente En Marche

à écrit le 11/07/2019 à 14:30
Signaler
Une querelle de mignons.

à écrit le 11/07/2019 à 13:26
Signaler
Nous attendons de vous, mr macron, la politique d'assainissement de vos affidés Et des éclaircissements sur le sort que vous réservez à : - > Bennalla (affaire étouffée ...) - > Balkany - > de Rugy - > Klein et consorts, dont MEDIAPART n'...

à écrit le 11/07/2019 à 11:35
Signaler
Quelle horrible peine à un homme… qui n'a que beaucoup de mérite pour toute recommandation… de venir au niveau d'un fat qui est en crédit !

à écrit le 11/07/2019 à 10:55
Signaler
Tout sauf Griveaux, et pour cela préfère l'abstention.

à écrit le 11/07/2019 à 10:46
Signaler
Pour se reconstruire LR a besoin de transfuges de LREM et devrait donc offrir l'investiture à Villani...

à écrit le 11/07/2019 à 10:43
Signaler
La dictature MACRON s'installe !!!!!ou sont les promesses de d'assainissement de la vie politique !!!!!DE RUGY,un vaillant toujours pas juge un BAYROU et ses attaches parlementaires toujours pas juge,les débordements policiers des manifs pas juges ...

à écrit le 11/07/2019 à 10:36
Signaler
Le meilleur pour perdre !

à écrit le 11/07/2019 à 10:14
Signaler
En marche certes. Mais au pas et à la baguette.

à écrit le 11/07/2019 à 9:47
Signaler
C'est pas les plus médiatisé, ceux qui compte faire carrière sans trop s'impliquer, qui réussira a motiver les français a reprendre leur destin en main! Leur carrière passe avant tout, avec tout les avantages que l'on ne peut leur refuser! Demandez l...

à écrit le 11/07/2019 à 9:35
Signaler
Villani devrait obtenir la promesse d'une compensation (ministère, Direction d'un corps d'état...) si ce n'est déjà fait. Il est urgent d'obtenir très vite son ralliement à Griveaux, sinon Hidalgo conservera la mairie de Paris, ce n'est pas plus comp...

le 11/07/2019 à 11:40
Signaler
à moins que macron ne décide d envoyer Philippe au charbon.....parceque Griveaux....si ça fait comme Loiseau..... parceque à lire son CV sur WIKI.....hormi d avoir créer un cabinet de recrutement.... il a toujours été deuxième couteau partout

à écrit le 11/07/2019 à 6:36
Signaler
Rien d’étonnant Avec la commission d’investiture le nouveau monde est pire que l’ancien monde

le 11/07/2019 à 10:07
Signaler
Il faut bien départager les candidats, vous n'allez pas organiser un tournoi de boxe... Une primaire n'est vraiment pas non plus une solution, vous n'allez pas à moins d'un an des municipales faire déplacer les parisiens dans les bureaux de vote pour...

à écrit le 11/07/2019 à 3:40
Signaler
Le choix contraire était impossible. Griveaux a été la voie de son maître pendant 18 mois, bien fidèle à Macron. Macron ne pouvait que le soutenir. Il saura etre bien obéissant à son maître s'il est élu maire. Mais, bon, son arrogance et ses capacité...

le 11/07/2019 à 10:44
Signaler
L'arrogance de Griveaux a été une des causes de l'enracinement de la crise des Gilets Jaunes. Grosso modo on peut le considérer responsable (avec Castaner) du fait qu'il ait fallu in fine lâcher 17 milliards pour éteindre l'incendie. Alors que le sim...

à écrit le 11/07/2019 à 1:03
Signaler
C'est une bonne nouvelle pour Hidalgo. Villani, même s'il a un côté un peu clown,était plus dangereux pour elle. Griveaux c'est un poids plume et en plus il est arrogant.Il va susciter le rejet de pas mal de parisiens.

à écrit le 10/07/2019 à 21:47
Signaler
Hidalgo remercie LREM et sa CNI à la botte de Macron Bon nombre de parisiens ne veulent pas de Griveaux et vont donc s abstenir laissant le champs libre à la Hidalgo

à écrit le 10/07/2019 à 21:44
Signaler
Hidalgo remercie LREM et sa CNI à la botte de Macron Bon nombre de parisiens ne veulent pas de Griveaux et vont donc s abstenir laissant le champs libre à la Hidalgo

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.