CDG Express et RER B : Pécresse restera "inflexible" sur sa position

 |   |  525  mots
(Crédits : DR)
La patronne (LR) du conseil régional francilien a profité le 21 janvier de ses vœux de présidente d’Île-de-France Mobilités pour réaffirmer sa position sur sa ligne directe entre l'aéroport Charles-de-Gaulle et la gare de l'Est.

Depuis 48 heures, il ne se passe pas un jour sans que le CDG Express s'invite dans les débats franciliens. Le 20 janvier, le préfet de Paris, préfet d'Île-de-France, Michel Cadot, estime, dans Le Parisien, que la future ligne directe entre l'aéroport Charles-de-Gaulle et la gare de l'Est est « hautement souhaitable » si « Roissy veut rester dans les 10 premiers et continuer de faire de Paris le moteur du développement du pays ».

Dans cet entretien, le représentant de l'État à l'échelle francilienne assure aussi « qu'on peut toujours l'arrêter » :

« La mission dont j'ai été chargé éclairera ses modalités de réalisation en préservant nécessairement les transports du quotidien, notamment le RER B. » Le préfet Cadot y déclare également que « sur les 2,1 milliards d'euros du projet, environ 530 millions sont aussi dédiés à améliorer le tronçon commun RER B/ligne K. C'était une exigence qu'Île-de-France Mobilités a négociée et obtenue lorsqu'elle a adopté le CDG Express. »

"Nous avons besoin de cette liaison directe ! (Pécresse)

Dans ses vœux prononcés dans la soirée du 21 janvier, la présidente de l'autorité organisatrice de transports Île-de-France Mobilités (IDFM, ex-STIF) réaffirme son attachement à cet axe de 32 kilomètres : « Oui, nous avons besoin de cette liaison directe ! Elle est complémentaire du RER B et nous permettra de le désaturer car une personne avec des valises prend la place de trois. » Valérie Pécresse ajoute : « En termes d'attractivité, c'est capital ! 50 millions de touristes chaque année, cela nécessité qu'on les accueille dignement. »
Puis, conformément à ses déclarations de la mi-décembre, la présidente du conseil régional francilien appelle l'État à ne pas oublier les 900.000 voyageurs quotidiens du RER B.

« Nous voulons que les travaux soient réalisés sans dégrader la qualité du service. J'attends les conclusions du préfet Cadot pour avril [mais] je resterai inflexible sur cette position », a conclu Valérie Pécresse.

Fin décembre, son vice-président aux Transports Stéphane Beaudet avait déjà assuré à La Tribune que « si nous [n'avions] pas l'assurance d'une livraison dans les délais de 2024, nous [demanderions] un décalage du chantier. »

"Les impacts sur les RER sont en tout point contraires" (collectif)

La prise de parole de la patronne de la région a été suivie ce mardi 22 janvier d'un courrier adressé au préfet de Paris, préfet d'Île-de-France. Selon l'agence de presse Reuters, des députés, des sénateurs, plusieurs dizaines d'élus municipaux, dont les maires d'Aubervilliers et de Saint-Denis, ainsi que des syndicalistes et des représentants d'associations d'usagers ont en effet demandé au représentant de l'État « d'abandonner au plus vite le CDG Express. »

« Les impacts sur les RER sont en tout point contraires à la politique annoncée par l'exécutif de donner la priorité aux transports du quotidien », écrivent-ils.

Selon les estimations officielles, le projet doit coûter 2,1 milliards d'euros, dont 400 millions provenant des actionnaires du gestionnaire d'infrastructure (Groupe ADP, SNCF Réseau et la Caisse des dépôts et consignations).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2019 à 12:06 :
A 25 euros le trajet, il est plus intéressant de prendre un taxi dès lors que l'on est deux ou plus, et puis ce dernier vous dépose directement au lieu où vous allez.
Réponse de le 25/01/2019 à 16:48 :
Vue la saturation permanente de l A1, il est très périlleux de prendre à taxi dans le sens Paris -> CDG pour un départ (sauf avec une marge de sécurité énorme).
Dans le sens CDG -> Paris, vous pouvez essayer : si pouvez attendre 20 minutes un taxi, si vous accepter faire parfois une heure de queue sur l A1 et vous ne vous faites pas attaquer dans un tunnel.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :