Des travaux, encore des travaux : Paris livré aux pelleteuses pour la cause verte

 |   |  642  mots
Le nombre absolu de chantiers - 6.079 dénombrés fin mars - est à peu près stable par rapport à 2017 et 2018, selon Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l'urbanisme de la maire PS Anne Hidalgo.
Le nombre absolu de chantiers - 6.079 dénombrés fin mars - est à peu près stable par rapport à 2017 et 2018, selon Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l'urbanisme de la maire PS Anne Hidalgo. (Crédits : Benoit Tessier)
Plus de 6.000 chantiers sont en cours dans la capitale, posant d'importants problèmes de circulation.

Des palissades partout dans les rues, sur les trottoirs et sur les places: plus de 6.000 chantiers sont en cours à Paris, dont certains de très grande ampleur, suscitant de nombreux grincements, tandis que la municipalité plaide l'application de son programme de verdissement. La circulation sur les grands axes de la capitale vire quotidiennement au cauchemar: exemple parmi d'autres, la rue Lafayette qui relie l'Opéra (centre) à la gare du Nord (première gare d'Europe en nombre de passagers) est régulièrement saturée. Non loin, le boulevard périphérique tourne au ralenti tout comme le trafic sur les trajets qui relient le sud au nord de Paris.

"On ne peut plus circuler", se lamente auprès de l'AFP Philippe, 59 ans, dont 30 passés au volant de son taxi. Il affirme avoir "perdu 30% de son chiffre d'affaires ces derniers mois parce qu'(il) préfère rentrer chez (lui) que de travailler, quand il y a trop de monde sur les routes".

Le nombre absolu de chantiers - 6.079 dénombrés fin mars - est à peu près stable par rapport à 2017 et 2018, fait pourtant valoir Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l'urbanisme de la maire PS Anne Hidalgo. Et la ville plaide que seuls 7% de ces chantiers (454) relèvent d'elle... sauf que nombre de ces travaux concernent des projets municipaux d'envergure, tels que la création de pistes cyclables, la végétalisation de pas moins de sept places, et la création d'axes piétons à Nation, Bastille, Concorde, etc.

"L'histoire sans fin"

La mairie de Paris mène des "travaux (qui) semblent se poursuivre comme l'histoire sans fin, souvent pour n'aboutir qu'à des changements cosmétiques", ironise la maire d'opposition (LR) du Ve arrondissement, Florence Berthout, dans une tribune publiée mardi sur Atlantico.

Et d'enfoncer le clou: les "chantiers dont la mairie est responsable" sont "les plus lourds et les plus pénalisants", assure l'élue qui dénonce les "séances imposées de gymkhana sur les trottoirs, des bruits de chantier incessants, sans compter les répercussions sur la circulation, et par là même, la pollution". Et "la situation est paradoxale: malgré cette multiplicité de chantiers, les rues de Paris n'ont jamais été en si mauvais état", assure-t-elle.

Le délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, Pierre Chasseray, déplore lui un "périphérique saturé, des axes routiers et ronds-points encore en travaux".

Un Paris plus vert

"On est en train de réaliser le mandat", réplique sobrement David Belliard, le chef de file des écologistes membres de la majorité au Conseil de Paris.

"La création des pistes cyclables et la rénovation des places étaient dans notre programme de 2014", rappelle l'élu, qui estime que tous ces travaux sont faits pour "aller vers une ville plus verte". En réalité, estime-t-il, "ce qui serait risqué c'est qu'on ne fasse pas ce pour quoi on a été élu". En attendant, "ce n'est qu'un mauvais moment à passer".

De quelle durée ? "Je vois les JO de 2024 arriver, et je me dis que le modèle qu'on a vendu c'est pas celui d'une ville embouteillée", s'étrangle déjà Pierre Chasseray.

Mais bien avant les jeux Olympiques, l'entourage de la maire de Paris se concentre surtout sur "la livraison de tous les chantiers d'ici 2020" et les élections municipales.

Le reste des travaux sont des chantiers de bâtiments privés qui nécessitent une emprise sur la rue (3.461, soit 57%), et d'autres relevant des concessionnaires de chauffage, gaz, électricité, transports... (2.164, soit 36%).

Depuis l'explosion de gaz qui a fait quatre morts le 12 janvier rue de Trévise, "la mairie a demandé d'intensifier les travaux de gaz", admet auprès de l'AFP Jean-Louis Missika. L'adjoint fustige au passage ceux qui "veulent que ce soit rénové, mais ne veulent pas des travaux de rénovation."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2019 à 11:51 :
La politique du trou! Ils creusent, rebouchent et, une semaine après, recommencent. Vivre à Paris est devenu impossible; bruit, poussière, ballets des pelleteuses et autres engins de chantier devant nos fenêtres du rdc.
On vit dans un chantier. Pas de fenêtre sur cour, impossible donc d'aérer sur rue, ça creuse! Des travaux commencés début juillet, avec les risques de canicule, pendant les vacances des fonctionnaires chéris de la Mairie ( on soigne son électorat de base ) qui, nous dit-on, devraient être terminés à la fin de l'été.
Chouette, les profs auront eu de belles vacances! Quant aux autres, les gueux, les pauvres et autres "affreux", qu'ils en prennent plein les poumons et les esgourdes, c'est pas grave! Si vous êtes pas contents, déménagez!
Politique de Paris: des arbres pour les riches et de l'oxygène... Du béton et des trous, pour les manants.
Elle est pas chouette, la vie ?
Il y a un autre trou... où les bulletins de vote tomberont; ben là, foi de tête de chien, faudra surtout pas se gourer.
Une parisienne ulcérée!
a écrit le 30/04/2019 à 11:42 :
hidalgo = agent de destruction
a écrit le 29/04/2019 à 18:11 :
La duègne recueille le maximum d'enveloppes multi-sources pour ses "bonnes œuvres", on ne sait jamais . . .
a écrit le 29/04/2019 à 12:38 :
Article de propagande "café du commerce" qui débouche sur des échanges de "café des sports"!
a écrit le 29/04/2019 à 11:26 :
L' objectfi de Mme Hidalgo et ses adjoints communiste (on est dans le dernier pays du monde a avoir encore des communistes au pouvoir; à part Cuba, le Vénézuela et la Chine...) ou ceux se prétendant écolos, est de densifier au maximun Paris avec un électorat favorableà leurs idées (faire payer les riches). La mairie s' accapare du moindre logement ou terrain pour construire des logements dits sociaux. Elle organise la pénurie et déclenche des travaux en cascade pour ces nouveaux logements. Les structures (batiments, routes, transport) et les flux (eau, gas, chaleur..) sont impactés car ils ne sont pas adaptés à cette surdensification, ce qui conduit à des travaux en pagaille.
Voilaà, comment une ville invivibable (sauf pour la nomenclatura),
a écrit le 29/04/2019 à 11:11 :
la campagne ça existe pour ceux qui ne supportent pas, plus, les pelleteuses, Paris ça fait 100 ans qu'il y a du bruit et de la gène partout ! Merci Mm hidalgo de préparer Paris aux générations futures !
a écrit le 29/04/2019 à 9:57 :
Mme Hidlgo est la cause directe de la mise au chômage de nombreuses personnes, artisans qui ne peuvent plus circuler, taxis, boutiques fermées, industries automobiles, etc..
Quant aux piétons cela n'est guère mieux : trottinettes aussi bien électriques et autres, vélos, vespas, motos tous cela circuler les trottoirs
Tables de bistro sur les trottoirs. PEUT ON DEMANDER A LA MAIRE OU SE TROUVE LA PLACE DU PIETON A MOINS QU'ELLE VEUILLE AUSSISUPPRIMER LES PIETONS DANS PARIS
a écrit le 29/04/2019 à 9:47 :
"Paris livré aux pelleteuses"

Depuis que les pelleteuses existent Paris est livré aux pelleteuses les gars, ce serait bien de prendre un minimum de recul svp, merci.

JE recommande à tous d'ailleurs la lecture des "idées noires" de Franklin dans lesquelles tant de thèmes actuels au final sont imagés dont celui représenté par des grues en forme de dinosaures hantant la ville...
Réponse de le 29/04/2019 à 18:20 :
Du fond de sa province, citoyen blasé devrait venir faire un tour à Paris pour se rendre compte de visu, et pas sur ses souvenirs de 50 ans, de l état de la capitale. Saleté repoussante partout, clochardisation avancée, chantiers permanents, densification à l extrême, circulation délirante et anarchique. Pourtant quand on vit à Paris, on se rend compte qu' il y a énormement de monde qui vient tous les jours à Paris pour travailler et qui font des heures de transport pour y arriver. Madame Hidalgo dans sa logique , construit pour eux des logements dits sociaux sur le moindre espace libre. Elle ferait mieux d encourager les entreprises à s installer hors Paris.plus proche des salariés, comme le conseil régional de Mme Pécresse parti à Saint Ouen.
a écrit le 29/04/2019 à 9:37 :
"ces travaux concernent des projets municipaux d'envergure, tels que la création de pistes cyclables,".
Quelle est l'utilité de ces pistes cyclables ? Puisque les deux roues ne circulent plus que sur les trottoirs??
A oui j'oubliais, le bobo en deux roues c'est la clientèle d'hidalgope.
a écrit le 29/04/2019 à 9:16 :
Paris est engorgé, ultra pollué, sale, énervé, épuisé et les travaux n’en finissent plus de croître en d’embellir à l’inverse des parisiens. Hidalgo et toute sa clique et celui aussi avant elle ont décidé je ne sais pas quel ego démesuré de pourrir littéralement la vie des personnes qui habitent Paris )sauf quelques exceptions avantagées) et aussi et surtout de ceux qui y travaillent !!! je pense à certains commerçants dont la vie professionnelle ressemble à un enfer pour se déplacer. se garer. échapper aux PV des sociétés privées qui verbalisent les livreurs sans parler des électrons libres et inconscients que sont les piétons les vélos les trottinettes et autres roues zigzaguants. Franchement je ne sais pas à quoi ressemble la vie de ces (hélas) élu(e)s mais sûrement pas à celle que nous vivons à Paris et en région
parisienne tous les jours. de la colère et de l’épuisement, voilà ce que leur lointaine et hautaine autorité produit.
a écrit le 29/04/2019 à 8:49 :
Ayant quitté Paris il y a 10 ans, j’y suis retourné récemment et quel choc ! Cette ville est devenue une déchèterie à ciel ouvert !
En effet, des travaux partout (sans ouvriers...), des trottoirs dans un état catastrophique, des migrants sous tentes comme dans les favélas, de la crasse comme il n’y en a jamais eu. Et que dire du matériel urbain (arrêts de bus, poubelles etc.) ? C’est gris, c’est triste et ça fait délabré. Bref, nos bobos nagent dans une pollution protéiforme et ne s’en rendent même plus compte.
Réponse de le 29/04/2019 à 10:01 :
C'est exact. Paris est une poubelle, d'une crasse, d'une puanteur, et avec tous ces trous dans Paris, et aussi des chantiers qui n'en sont pas, près de la Tour Eiffel un chantier depuis plus de 3 ans et vous ne voyez jamais personne y travailler...
Cette femme est terrifiante
a écrit le 29/04/2019 à 1:24 :
Elle est Inspecteur du Travail : va t-elle déclencher ou suggérer des Controles par milliers, elle et ses Adjoints P.C.F, par ses Caramades : Filoche etc.... ?

Toutes les machines ECOLO ont évidemment pour carburant l'eau de la Seine : les Adjoints Verts-Rouges y veillent.
a écrit le 28/04/2019 à 17:19 :
Beaucoup de chantier ouverts et qui durent. Peu de travailleurs sur les chantiers. Y-t-il une prime pour les élus à ouvrir des chantiers? Le prochain vote municipal le dira.
a écrit le 28/04/2019 à 17:17 :
De retour du Japon et Pékin, je voudrais dire ma honte devant la crasse à Paris. L'autoroute Roissy à Paris an passant par l'est, Bagnolet et Vincennes est jonchée de détritus, les rues entre Gare de Lyon et Montparnasse sont Sales, les trottoirs défoncés... Paris Ville Lumière ? Que font les élus ? En prenant le bus direct on croise bien des employés de Paris Ville Propre mais ils Passent leur temps sur leurs smartphones...mon dieu, quelle claque nos chers touristes prennent en atterrissant à Roissy.
a écrit le 28/04/2019 à 16:45 :
Et malgré la flambée des Impots, des dépenses de FONCTIONNEMENT, et d'une GRAVE DETTE, elle va repasser.

Dati est sa parfaite jumelle : dominatrice, autoritaire, cassante, intraitable, hystérique.

Que va proposer Grivaux pour SEDUIRE : De Toute évidence, TOUT ET TOUT par Encore plus !!!!!
d'Impots ET D ENDETTEMENT.

Chirac-Tibéri-Juppé : détournements vers le R.P.R. mais si peu d'impots, pas d'endettement, peu de dépenses de fonctionnement, et propreté partout : saleté 1er grief des touristes avec ces Socialistes, Delanoé-Hidalgo.
a écrit le 28/04/2019 à 13:37 :
Ouaip sur mais moi j'ai zéro pb de circulation dans Paris....


J'ai mis ma bagnole à la casse.

Ces travaux sont impératifs et il est temps que cette ville de 15km de diamètre vire les bagnoles
a écrit le 28/04/2019 à 13:18 :
Bravo pour cet article, c'est tellement juste. Des travaux, des travaux, encore plus de travaux à Paris, ça n'arrête jamais. Tout cela financé par de la dette. Incroyable de voir comment cette ville est gérée. Ça fait longtemps que je le remarque dans cette ville.
a écrit le 28/04/2019 à 12:22 :
Curieux qu’il faille attendre la dernière année du mandat pour faire des travaux annoncés dans le programme de la mandature !!! Serait-ce pour créer un effet « waouhhh » et influencer l’electeur futur ???
a écrit le 28/04/2019 à 12:07 :
Des chantiers qui durent un temps infini et une fois terminés, personne ne perçoit la différence avec l'état précédent, l'intérêt et l'utilité, à l'exception peut être des entreprises qui les ont réalisés.
a écrit le 28/04/2019 à 10:55 :
Paris est sale, en travaux de rafistolage en permanence, la signalisation est inexistante (l'excuse du GPS ?), envahie de rats... C'est indigne de la capitale de la France : Paris est à l'image de Notre-Dame incendiée : une vieille dame malade... Vivement un nouvel Haussmann pour reconstruire tous ces débris du passé. Non pas qu'il faille faire table rase, mais là on atteint le niveau "Algéco" de l'urbanisme et de l'aménagement urbains. L'ancienne ville lumière manque singulièrement de peps désormais...
a écrit le 28/04/2019 à 10:37 :
Problème de circulation dû aux travaux ? Et la fermeture des berges n'y est pour rien ?
a écrit le 28/04/2019 à 10:22 :
Bonjour, pourquoi avoir des informations locales à La Tribune ?
Quand allez-vous comprendre dans votre logique égocentrique parisienne que ce type d’information n’intéresse pas les 90% de vos lecteurs.

Bonne journée

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :