Île-de-France  : Valérie Pécresse révise à la baisse ses promesses budgétaires

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse avait promis durant sa campagne 400 millions d'euros d'économies par an. Mais en 2016, la réduction du train de vie de la région atteindra 120 millions d'euros.
Mathias Thépot
Valérie Pécresse a annoncé 120 millions d'euros d'économies pour la région Île-de-France en 2016.
Valérie Pécresse a annoncé 120 millions d'euros d'économies pour la région Île-de-France en 2016. (Crédits : Région Ile-de-France)

Pour obtenir la présidence de la région Île-de-France en décembre dernier, Valérie Pécresse (LR) a fait campagne contre « le train de vie luxueux » de la mandature précédente de gauche, dirigée par Jean-Paul Huchon. Elle avait ainsi présenté un plan anti-gaspillage visant à générer 400 millions d'euros d'économies par an - dont les trois quart étaient minutieusement détaillés dans son programme - par rapport au budget 2015 de 4,9 milliards d'euros. Ayant particulièrement insisté sur ce point durant sa campagne, la présidente de la région est très attendue sur le terrain des économies. La présentation cette semaine des orientations budgétaires pour 2016 au Conseil régional francilien permettra donc d'y voir un peu plus clair sur sa capacité à respecter ses promesses de campagne.

120 millions d'euros économies...

Une chose est, du reste, certaine : les économies pour 2016 seront bien loin d'atteindre 400 millions d'euros, puisque Valérie Pécresse a d'ores et déjà annoncé une réduction de 120 millions d'euros des dépenses de la région. Certes, pour une première année de mandat, ce n'est pas une surprise car une bonne part des 400 millions d'euros d'économies étaient impossibles à réaliser en 2016.

Dans son programme, Valérie Pécresse avait ainsi détaillé ses économies annuelles de la sorte : près de 75 millions d'euros en réduisant les subventions aux associations qui ne relèvent pas des compétences de la région ; 45 millions d'euros en regroupant les organismes associés à la région en pôles ; près de 50 millions d'euros de réduction des coûts de maintenance du réseau ferroviaire ; 50 millions d'euros grâce aux économies d'énergies dans les lycées et à une meilleure gestion de l'entretien et des cantines ; 17 millions par le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, hors personnel de lycées ; 24 millions grâce à une gestion plus motivante des effectifs de la fonction publique régionale ; 24,5 millions d'euros de baisse de loyers grâce au déménagement du siège de la région, ainsi qu'un montant non déterminé résultant de la cession du patrimoine de la région.

Pas de financement du Pass Navigo

Enfin, Valérie Pécresse avait promis d'engager 100 millions d'euros d'économies par an « en ciblant mieux les politiques régionales, en les évaluant et en subordonnant les aides à l'atteinte de résultats ». Une notion bien imprécise.

Si certaines des proposions de la présidente de région sont difficiles à mettre en oeuvre à court terme, on peut tout de même s'interroger sur le caractère réalisable des 400 millions d'euros d'économies promises durant une campagne que Valérie Pécresse a menée très à droite.

D'autant que sur les 120 millions d'euros d'économies prévues pour 2016 par rapport à 2015, le refus de financer le Pass Navigo à 70 euros - instauré le 1er septembre dernier - pèse pour 50 millions d'euros, indique un proche de Valérie Pécresse. Cette économie exceptionnelle peut, certes, être introduite dans la promesse très floue du « meilleur ciblage des politiques régionales ». Mais force est de constater que la présidente de région pour l'instant manie les chiffres comme elle l'entend pour justifier ses promesses.

Vente du patrimoine immobilier

Dans le détail, dès 2016, la région capitale devrait couper 22 millions d'euros de subventions aux associations qui ne respectent pas leurs obligations légales, et 10 % du budget des organismes associés à la région, soit environ 11 millions d'euros. Par ailleurs, l'ancienne ministre du Budget assure qu'elle optimisera la vente du patrimoine de la région. Elle a notamment repéré un hôtel particulier situé dans le 17e arrondissement estimé à entre 9 et 11 millions d'euros. Aussi, dans l'attente d'une réorganisation des services de la région - qui ne devrait pas être opérationnelle avant la mi-mandat - ni les CDD, ni les départs en retraite au siège de la région ne seront remplacés.

Enfin, dans une interview au Figaro, Valérie Pécresse a annoncé de petites mesures d'économie comme le dispositif « très coûteux et inefficace » "Jeunes violence Ecoute" qui coûte « 1 million d'euros par an pour dix appels par jour ». Le parc automobile de la région sera aussi divisé par trois, et Valérie Pécresse va « arrêter de financer ce qui n'a aucune retombée pour l'Île-de-France, à l'image de cette subvention de 100.000 euros au peuple de Sarayaku (Amazonie Equatorienne ndlr) », a-t-elle indiqué.

Il n'y a pas de petites économies, dira la majorité régionale. Mais l'importante cure de rigueur que souhaite appliquer Valérie Pécresse à la région Île-de-France sera certainement difficile à appliquer.

Mathias Thépot

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 16/03/2016 à 18:32
Signaler
Bravo Mme Pecresse , si tous les politiques en faisait autant , on commencerait à espérer.Monsieur le journaliste vous êtes d'une mauvaise foie évidente , vous n'aimez pas la droite , mais les électeurs vont vous faire mal bientôt quand on va vous su...

le 16/03/2016 à 23:21
Signaler
Mais tous les politiques en font autant ! Ils promettent et il n'appliquent pas leurs promesses. Comme d'habitude on promet des économies ! Et on ne respecte pas ses promesses ! Et je ne parle même pas d'une diminution des dépenses ! ! Bravo au journ...

à écrit le 16/03/2016 à 17:34
Signaler
il y a tellement de fonctionnaires à graisser !!!

à écrit le 16/03/2016 à 17:12
Signaler
depuis quand les politiques sont ils tenus de respecter leurs promesses ? pour toutes les élections , la démarche est la même, on attire le gogo et ensuite on trouve mille et une raisons pour ne pas les tenir. C'est de bonne guerre et les gogos ont s...

à écrit le 16/03/2016 à 15:39
Signaler
120 millions: pas mal pour une première année! Après, les années suivantes, les économies ne feront qu'augmenter.

le 16/03/2016 à 16:41
Signaler
Atteindre 30 % de l'objectif que l'on a soi-même fixé : c'est au contraire un échec cuisant qui montre que l'on ne doit pas juger sur les discours démagogique mais sur les actes.

à écrit le 16/03/2016 à 14:50
Signaler
J'espère que les votants avaient bien compris que les promesses ne seraient jamais tenues sauf à la marge comme la gauche ou autres maléfiques partis politiques . Je félicite ceux qui se sont abstenus d'être les gogos du vote, il faut être un benêt ...

à écrit le 16/03/2016 à 14:45
Signaler
Il faudra portant bien les réaliser ces économies, sinon ce sera la poubelle, comme les autres.

à écrit le 16/03/2016 à 14:38
Signaler
Comme les Autres; Encore des promesses en l'air,mais cela n'est pas surprenant,quand on sait que son principal soutien J.Chartier,donne à une ONG qui opère en Mongolie ,sa dotation parlementaire,alors que son département 95,est classé GUEUX,derrière...

à écrit le 16/03/2016 à 13:58
Signaler
Personne ne s’opposera aux économies de fonctionnement relevant de la gabegie….Mais en profiter pour saper les associations utiles aux actions sociales, anti discriminations et apolitiques, luttant pour l’Egalité, par simples représailles idéologiqu...

à écrit le 16/03/2016 à 13:32
Signaler
Le non remplacement d'un fonctionnaire sur 2 est devenu une formule magique, un peu comme le déficit à 3%. On ne sait pas d'où ça sort mais à force de le répéter tout le monde est convaincu que c'est LA règle qui doit s'appliquer. Désolé mais non, la...

à écrit le 16/03/2016 à 12:26
Signaler
Bref, comme tous les gens qui ont de super idées, quel qu'en soit le bord, arrivée au pouvoir Mme Pecresse se rend compte qu'on ne peut gouverner qu'en fonction des réalités!

à écrit le 16/03/2016 à 12:24
Signaler
C'est bien la droite qui nous promet de faire des milliards ou des millions d'économie sans vraiment se poser la question comment et où ?

à écrit le 16/03/2016 à 12:18
Signaler
La réduction des dépenses est significative Ne vous en déplaise

le 16/03/2016 à 16:44
Signaler
Il me semble, ne vous en déplaise, que seuls 30 % de l'objectif est atteint. Or pour financer le sublime programme il faudra bien multiplier les efforts par trois !!!!!! Vous pourrez alors dire que l'effort est significatif quand il sera atteint.

à écrit le 16/03/2016 à 11:12
Signaler
Je préfère un élu qui tente comme il peut de réduire les dépenses, même si ce n'est pas révolutionnaire, plutôt que ceux qui préfèrent augmenter en permanence leur budget et les impôts...

le 16/03/2016 à 23:22
Signaler
Il n'y a aucune réduction des dépenses ! Il y a seulement des économies : ce n'est pas exactement la même chose !!!

à écrit le 16/03/2016 à 11:09
Signaler
Les promesses pour se faire élire et une fois sur le trône... On connait la chanson. Le plus étrange, c'est qu'il y a encore des gogos pour croire au Père Noël.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.