[1/6] Municipales : Hidalgo en quête de partenaires sur son projet d'habitat abordable

La maire-candidate a annoncé sa volonté de créer une société mixte publique-privée pour « reconquérir 30 000 logements » d’ici à 2026, mais les acteurs concernés gardent le silence.
César Armand
(Crédits : Reuters)

[article initialement publié le 15 janvier, mis à jour le 23 janvier avec les réactions des professionnels]

Une société mixte publique-privée proposant de la location à des prix abordables. Ce 15 janvier 2020, Anne Hidalgo avait choisi un garage transformé en logement social dans le 9ème arrondissement pour dévoiler sa nouvelle idée pour résoudre la crise du logement dans Paris.

20 milliards d'euros pour reconquérir 30.000 logements d'ici à 2026

Aux côtés de Ian Brossat, son adjoint (PCF) au Logement, et d'Alain Dinin, président de Nexity, premier opérateur immobilier français, la maire-candidate a promis que cette future société serait dotée d'un milliard d'euros de la Ville, de deux milliards d'une institution publique type Caisse des Dépôts et de trois milliards d'acteurs privés. "Banques, assurances...", a-t-elle listé, éludant la question sur leur rendement futur: "On verra", a-t-elle simplement répondu.

Sollicitée, la Fédération bancaire française dit ne pas pouvoir s'exprimer « sur ce qui relève de la stratégie commerciale des banques ». Idem du côté de la Fédération française de l'assurance, qui renvoie à « l'engagement de certains de [ses] membres ». Silence radio du côté des institutions publiques. A contrario, la Fédération des promoteurs immobiliers appelle à « préciser le modèle économique » du projet. « Le sujet du logement abordable est central pour nous : nous pouvons faire des contrats de maîtrise d'ouvrage, mais nous n'avons pas vocation à porter des terrains », confie sa présidente, Alexandra François-Cuxac.

Au total, si elle est réélue, Anne Hidalgo souhaite lever 20 milliards d'euros pour "reconquérir 30.000 logements" sur le parc privé d'ici à la fin de la prochaine mandature. Elle a justifié cette mesure au nom des "difficultés" qu'éprouvent les classes moyennes à se loger dans la capitale, prenant l'exemple d'un couple qui démarre dans la vie active, qui a un enfant et qui souhaite en accueillir un deuxième. "Les loyers seront 20% en-dessous du prix du marché actuel", a-t-elle également annoncé.

Racheter, transformer et construire

A la question des arrondissements privilégiés, la maire-candidate a cité celui de Paris Centre, le 9ème "où il y a une gentrification contre laquelle nous pouvons lutter", ainsi que les 13ème, 18ème, 19ème et 20ème. "Il faut rééquilibrer et remettre des classes moyennes", a-t-elle insisté. Quid d'une réflexion à l'échelle métropolitaine ? "Nous le mettrons à disposition des communes du Grand Paris qui souhaitent bénéficier de cette initiative, mais je ne veux forcer personne."

Concrètement, la société mixte publique-privée pourra racheter des immeubles, en transformer d'autres ou même construire. "Il reste quelques ZAC comme Bercy-Charenton", a même déclaré Anne Hidalgo, quoiqu'en pensent Europe Ecologie-les-Verts, ses opposants d'aujourd'hui et alliés d'hier (et de demain ?).

"Il y a eu des votes majoritaires et des oppositions très conservatrices", a-t-elle balayée auprès de La Tribune. "La question de la hauteur est derrière nous", a-t-elle poursuivi en référence à la tour de 180 mètres de haut qui cristallise les critiques.

La Ville gardera la main sur les attributions

Si des acteurs privés et publics co-construisent, ensemble, cette entreprise, qui attribuera les logements ? "La Ville gardera la main sur la question des attributions en collégialité avec les entreprises privées et les institutions", a précisé la maire-candidate. Selon toute vraisemblance, son fonctionnement devrait se rapprocher de celui qui prévaut pour le logement social. En l'occurrence, sous condition de revenus et sous la forme d'un système de cotation qui fonctionne selon un nombre de points.

Toujours en matière de logement, Anne Hidalgo avait déjà annoncé, plus tôt dans la campagne, le maintien de l'encadrement des loyers et la création d'un service d'accompagnement des locataires. Elle a également promis 25% de logement social en 2025, déclinés en objectifs par arrondissement. Elle s'est en outre prononcée pour un référendum par arrondissement sur le nombre de jours de location d'un appartement via les plateformes de type Airbnb.

___

Retrouvez notre DOSSIER SPÉCIAL dans La Tribune Hebdo n°318 du 24 janvier 2019 :

  • Municipales 6/6: Rennes se transforme pour accueillir toujours plus d'habitants
  • Municipales 5/6 : à Marseille, une nouvelle politique de rénovation à concrétiser
  • Municipales 4/6: à Toulouse, le logement devient un enjeu électoral
  • Municipales 3/6: ce que proposent les rivaux d'Hidalgo sur le logement
  • Municipales 2/6: le casse-tête du logement s'invite à Paris... et ailleurs
  • Municipales 1/6: Hidalgo en quête de partenaires sur le logement abordable

- -

H318 LT2 Logement

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 03/02/2020 à 7:32
Signaler
Compte tenu du prix des loyers, avec 170.000 arbres on pourra se loger dans les branches.

à écrit le 02/02/2020 à 12:52
Signaler
Mais oui , c'est très bien, qu'elle continue, comme ça on n'investira plus à Paris et l'argent irriguera d'autres villes et territoires !

à écrit le 02/02/2020 à 11:27
Signaler
Le logement est hautement stratégique, contenir les diverses taxes pour les logements principaux et cogner durement sur tout le reste.

à écrit le 25/01/2020 à 18:11
Signaler
Avec 20 milliards, la France à son lanceur réutilisable pour aller chercher de l'hélium-3 sur la Lune! Délire Hidalgrotesque! Bruno Lalouette.

à écrit le 16/01/2020 à 16:55
Signaler
Faudra il être au parti socialiste ou être de gauche (déclaration sur l'honneur ) pour avoir un logement ?

à écrit le 16/01/2020 à 15:07
Signaler
Paris martyrisé ! Paris outragé ! Paris poubellisé ! Paris tiers-mondisé ! Paris hidalguisé ! Mais Paris libéré ! Libéré par son peuple ! Libéré par ses électeurs ! Libéré par ceux qui se lèvent et qui marchent !!!!!

à écrit le 16/01/2020 à 15:06
Signaler
En parlant de logement : Recenser les locataires mauvais payeurs. Telle est la promesse du fichier Arthel, que la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM) a l'intention de créer d'ici à l'année prochaine à destination des administrateurs de ...

à écrit le 16/01/2020 à 12:50
Signaler
La classe moyenne est déjà dans les hlm,les rachats d’immeubles vont encore raréfier le parc disponible a la vente.....en revanche électoralement elle semble avoir reçu le message concernant l’avis général quand au résultat de sa politique passée !

à écrit le 16/01/2020 à 9:18
Signaler
la boite a promesses et a démagogie est grande ouverte ! Qui l'emportera ?

à écrit le 16/01/2020 à 9:04
Signaler
On voit mal comment générer une politique de logement efficace avec un marché de l'immobilier pris en otage par la spéculation financière.

à écrit le 16/01/2020 à 8:47
Signaler
Quel culot ! Mais ça paye électoralement.

le 16/01/2020 à 9:20
Signaler
Si ça paye c'est qu'il y a une proportion inquiétante de crétins dans la capitale !

à écrit le 16/01/2020 à 8:26
Signaler
garder la main du collectivisme socialo-tripatouille !

à écrit le 16/01/2020 à 8:19
Signaler
Le probleme n est pas a resoudre au niveau de la mairie. Le prix des logement est du a la politique debile d immobilier cher fait par nos gouvernement depuis chirac (PTZ, Scellier, PInel ...) et la BCE (taux d interet negatifs). second probleme c est...

à écrit le 16/01/2020 à 5:55
Signaler
Je divisé 20 milliards par 30 000.... Hummm Y en a qui vont bien vivre parmi les entrepreneurs.... Politique du grand Paris voulant amasser les gens et créant des problèmes sans fin: logement, transport, sécurité... Le TGV avait permis de mett...

à écrit le 16/01/2020 à 4:30
Signaler
Les parigots ne meritent aucune compassion. Leur ville est une poubelle, qu'elle le reste.

à écrit le 15/01/2020 à 23:41
Signaler
Eh revoilà la gauche démago qui n'a pas levé son petit doigt pour empêcher la spéculation gangrener Paris - malgré des droits de mutation mirobolants - au point de faire vider la ville de ses classes modestes et moyennes inférieures! Après avoir nié...

le 16/01/2020 à 15:11
Signaler
Bien d'accord. Pour faire baisser les prix, on peut déjà interdire la vente à des personnes non domiciliées en France. 30 000 logements achetés sur l'argent public ne changeront rien aux grandes masses. Hors de question que je vote pour cette pers...

à écrit le 15/01/2020 à 23:04
Signaler
" la Ville gardera la main sur les attributions" cela s'appelle du clientélisme! Demandez à Mazneff comment il s'y est pris?

à écrit le 15/01/2020 à 18:51
Signaler
les classes moyennes, comme Simmonet, avec ses 4500 euros, et les 3800 de son coapin pour un 80m2 que le vulgus pecus ne peut pas se payer? ah ben oui, comme dit ian brossat ' ca a ete attribue - entre copains, donc- en toute transparence' ( oui, r...

à écrit le 15/01/2020 à 18:31
Signaler
Il y a quelques décennies la volonté affichée était ,parait il , de garder quelques modestes voir de pauvres dans cette ville. Aujourd'hui on en est à prétendre garder quelques spécimens de la classe moyenne supérieur. A la vue des moyens déployées f...

le 15/01/2020 à 18:53
Signaler
Les 1% les plus riches ne sont pas dans le rues de Paris, ce serait presque le contraire.

à écrit le 15/01/2020 à 17:52
Signaler
"La ville gardera la main sur les attributions". (non pas la ville, les services de la mairie centrale de gauche). C'est beau comme l'antique !! On imagine sans mal a qui iront ces logements avec une telle déclaration. Il faudrait une loi pour obl...

à écrit le 15/01/2020 à 17:31
Signaler
Sur le site d' un grand quotidien parisien aujourd'hui. La 1er ville de France endettée par habitant est Paris : 3030 euros par habitant 2ieme Marseille 1910 euros par habitant; Pourtant on croyait que Marseille n' était pas vraiment un exemple. Cap...

à écrit le 15/01/2020 à 17:25
Signaler
L'apparatchik adjoint au logement veut garder la main sur les attributions d'appartements afin que les heureux bénéficiaires sachent se montrer reconnaissants avec le komintern de la mairie.

à écrit le 15/01/2020 à 17:07
Signaler
Toutes ces politiques dirigistes à propos des logements parisiens sont absurdes, les logements sociaux étant la première des absurdités. La cherté des logements n'a jamais été un problème, puisqu'il y a toujours eu des gens pour payer. Cette obsessio...

à écrit le 15/01/2020 à 17:06
Signaler
César Armand se réveille et s'interesse enfin au travail de la municipalité et d'Anne Hidalgo en faveur de la limitation des loyers à Paris et du développement du logement social... Mais il se lève du pied gauche ce qui le rend légèrement agressif :...

à écrit le 15/01/2020 à 16:40
Signaler
Des immeubles neufs mais surtout pas d'appartements à vendre, les propriétaires ont tendance à mal voter.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.