Vestas conforte sa place de leader mondial

 |  | 499 mots
Crédit photo : Vestas
Crédit photo : Vestas
En dépit d'un marché difficile pour les professionnels de l'éolien, Vestas, groupe danois, dont le siège français est basé à Pérols, maintient sa position de numéro un. Mais il s'attelle à un vaste plan d'économies qui s'accompagnera de 2.300 licenciements en 2012.

Alors que le groupe danois Vestas, dont le siège social français est basé à Pérols (34), avait commencé l'année 2012 en annonçant un vaste plan de licenciements - 2.300 à l'échelle mondiale - , les dernières études de marché effectuées par des groupes de recherche spécialisés dans l'industrie éolienne (BTM Consult et MAKE) confirment Vestas comme le leader mondial de l'éolien pour l'année 2011. L'entreprise a accru sa part de marché globale sur ses concurrents, hissée à 12,9 % pour les installations d'éoliennes en 2011. Les organismes d'études placent Vestas parmi les trois premiers acteurs dans au moins la moitié des dix marchés éoliens majeurs en 2011. « Le résultat est calculé sur le nombre d'éoliennes installées, versus les autres compétiteurs, explique Nicolas Wolff, directeur général de Vestas France et Président de France Énergie Éolienne. En 2011, nous avons enregistré une prise de commandes record de 7.300 MW fermes, contre 6.500 en 2010. » Mais même s'il affiche un carnet de commande bien garni, le groupe évolue sur un marché de plus en plus concurrentiel. « Nos difficultés sont surtout liés à deux marchés : les USA et la Chine, ajoute Nicolas Wolff. On s'attendait à une forte croissance aux USA mais la crise est passée par là. Les trois usines qu'on a créées là-bas tournent en deçà de leur capacité. Quant à la Chine, le marché croît mais la concurrence aussi. On a compté 60 concurrents créés en deux ans. » Les licenciements annoncés concerneront surtout le Nord de l'Europe avec la fermeture de certains sites. « La France n'est pas concernée, rassure Nicolas Wolff. Même si elle participe à "l'effort de guerre" en appliquant le plan d'économie mis en ?uvre, qui porte sur 150 M?. » Par ailleurs, une réorganisation du groupe est entreprise à différents échelons (production, développement des machines et unités de vente), qui ne touchera pas la structure languedocienne.

L'industrie éolienne est-elle dans la tempête ?

« C'est une industrie qui connaît une forte croissance, avec de gros potentiel, mais qui est freinée par la crise financière et soumise à d'importantes contraintes financières et réglementaires, déclare Nicolas Wolff. En 2011, 875 MW ont été installés en France, tous constructeurs confondus, soit une baisse de 30 %. C'est très symptomatique de ce qui se passe. » Le groupe a déclaré un chiffre d'affaires de 5,8 Mds? en 2011 (avec des pertes nettes de 166 M?), et ambitionne 6,5 Mds? en 2012. Une année qui a bien commencé, avec une commande record de 396 MW de Mareña Renovables au Mexique. Vestas emploie 21 000 personnes dans le monde, dont 230 en France et une centaine en Languedoc-Roussillon. Le groupe a installé quelque 46 000 éoliennes dans 70 pays, dont 650 en France (1 350 MW). « Le Languedoc-Roussillon est en 5e position française, rappelle Nicolas Wolff. La région a perdu sa position de n° 1, ce qui est dommage car il y a un incroyable potentiel. »

Retrouvez toute l'actualité de la région Languedoc-Rousillon avec Objectif Languedoc-Rousillon

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :