L’accélérateur lillois TIA s'agrandit et essaime en France

 |   |  871  mots
(Crédits : Reuters)
Initié par Veolia Environnement, Orange et Rabot Dutilleul avec l’appui du réseau local J’Innove animé par la structure publique NFID, le Territorial Innovation Accelerator repose sur un partenariat privé-public unique en France. Née à Lille, cette initiative va se dupliquer en Ile de France avec la CCI de Seine Saint Denis.

Mercredi matin 15 octobre à la Tour Lille Europe, une réunion de travail a lieu entre plusieurs entreprises, l'animateur NFID du réseau local J'Innove en Nord - Pas-de-Calais, le Réseau Entreprendre Nord et les pôles de compétitivités I'Trans et Matikem. Sont présents Orange, Rabot Dutilleul, Veolia, Kingfisher, la Sncf, Total, La Poste, OVH et bien d'autres. BNP Paribas Centre d'Affaires Nord de France Entreprises leur a prêté une salle. Organisée par le TIA (Territorial Innovation Accelerator), cette réunion traite des moyens à mettre en œuvre pour aider les startups locales à croitre. C'est dans l'air du temps. Mais nulle part ailleurs en France des groupes privés travaillent ensemble sur cette question en partenariat avec des instances publiques.

Une structure unique

Le TIA est unique en son genre dans l'Hexagone. Il est né à Lille à l'initiative de François Monié, alors responsable régional innovation de Véolia Environnement. Son idée : décliner sur son territoire avec des partenaires locaux le Veolia Innovation Accelerator, un programme lancé à l'international par son groupe pour détecter les entreprises innovantes et leur offrir un accès à des marchés, des sites pilotes et des ressources en R&D. François Monié se rapproche de Charles Delobel, directeur des projets innovants à la Direction Orange Nord de France, et de Julien Barcet, chef de projet développement durable & innovations chez Rabot Dutilleul Construction. Les trois hommes contactent NFID, la structure d'accompagnement à l'innovation portée par la Région. Ils lui proposent la création d'un accélérateur privé-public territorial. C'était en 2012.

 Jean Marie Pruvot, directeur de NFID remarque :

« Notre territoire disposait de toutes les structures d'accompagnement nécessaires à l'émergence d'entreprises innovantes, depuis l'incubation jusqu'à la création. En revanche, nous manquions d'outils pour les aider à développer leur business. Or qui mieux que les grands groupes maitrisent les marchés et ont les compétences pour tester à grand échelle les offres innovantes créées par les startups »

Charles Delobel précise :

« Nos trois entreprises ont leur propre programme d'accompagnement. NFID porte la communication de l'innovation en région. Travailler ensemble nous rend plus efficaces. Notre force de frappe est plus grande. Nous avons déjà lancé trois appels à projet qui se sont concrétisés par plusieurs conventions de partenariats avec des startups locales»,

"Tout le monde est gagnant"

Le premier appel à projets s'intéressait aux bâtiments intelligents, le second aux villes de demain, le troisième aux matériaux innovants pour l'habitat et le tout dernier à la mobilité connectée. Rien que les deux premiers ont donné lieu à 15 conventions de partenariats. Le second vient juste de se conclure. Il est encore trop tôt pour en connaître les candidats. Et le troisième est à peine lancé. Camille Thiriez, président et cofondateur d'Effigénie se félicite. Son entreprise est spécialisée dans la gestion énergétique des bâtiments tertiaires et industriels.

 « Rabot Dutilleul a expérimenté notre logiciel d'optimisation de la consommation énergétique dans un de ses bâtiments en construction sur les site d'Euratechnologies. Suite à cette expérimentation, nous avons signé début 2014 un partenariat sur le long terme. Jusqu'alors nous n'adressions que le marché de la réhabilitation. Dorénavant nous sommes également sur le neuf »

 
« Nous avons signé des conventions avec Effigénie, Webinage, Espaciel et Quarnot Computing. Elles vont nous permettre d'enrichir nos offres et d'apporter à nos clients des services supplémentaires. Tout le monde est gagnant », indique Julien Barcet.

Déploiement hexagonal

Le partenariat avec Orange a permis à Ecota.co d'équiper ses véhicules de transport avec chauffeur d'un petit boitier mobile donnant accès à la 4G durant les trajets. Cette entreprise propose une application mobile pour réserver des voitures avec chauffeur.

 Alexis Quesney, cofondateur d'Ecota.co, raconte :

« Notre logiciel optimise les parcours en réduisant les trajets à vide des chauffeurs. Nous intervenons beaucoup sur les longs trajets vers les aéroports belges. Les clients sont ravis de ce service d'accès au très haut débit. Notre partenariat avec Orange nous a ouvert des marchés qui jusqu'à présent nous étaient fermés du fait de notre petite taille. Nous venons ainsi de décrocher le service porte à porte de la Sncf »

L'arrivée cet été de SNCF Développement dans le TIA a sans doute joué. Elle avait été précédée début 2014 par celle de Kingfisher. Depuis d'autres frappent à la porte.  « Le TIA sert aussi à mutualiser chacune de nos ressources dédiées à l'accompagnement des entreprises innovantes. Nous avons tout intérêt à l'ouvrir à d'autres partenaires », souligne Julien Barcet. Dans la mesure toutefois où il ne s'agit pas de concurrent direct. SFR a peu de chance d'entrer au club.

Née à Lille, le TIA intéresse d'autres régions et va bientôt faire des petits au delà du Nord - Pas-de-Calais. « Nous allons le dupliquer en Ile-de-France avec la CCI de Seine-Saint-Denis. Le lancement officiel aura lieu le 9 décembre. La région Champagne Ardennes nous a également sollicité », précise Charles Delobel.

De quoi tordre le coup au tropisme parisien qui tue souvent dans l'œuf les initiatives locales porteuses d'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :