Le Medef Grand Lille embraye sur les emplois de demain

 |   |  354  mots
(Crédits : Maelick / Flickr)
L'organisation patronale lance avec Opcalia un programme pour accompagner la transformation des compétences à l'heure de l'intelligence artificielle.

Qui sont les acteurs de l'intelligence artificielle en région ? Quels sont les besoins des entreprises ? Comment accompagner les dirigeants face à ce défi ? Pour répondre à ces questions, le Medef Lille Métropole (900 entreprises, 2000 établissements) lance une expérimentation originale en partenariat avec Opcalia Hauts-de-France (31 branches professionnelles, 4 500 entreprises). L'objectif est de détecter, anticiper et accompagner la transformation des compétences induites par l'intelligence artificielle.

« Nous souhaitons être au plus près des besoins des entreprises en proposant un outil opérationnel et fédérer les acteurs concernés dans une sorte de cluster», résume Frédéric Motte, président du Medef Grand Lille.

Parmi les premiers secteurs concernés, on trouve l'expertise-comptable, la banque, les études de prévoyance et les assurances, mais aussi la logistique et le transport, l'écosystème du logiciel (notamment avec Euratechnologies) sans oublier l'industrie classique.

Une délégation à Israël

Le programme comptera quatre volets : une étude exhaustive pour identifier les acteurs et les impacts, l'accompagnement d'entreprises volontaires pour détecter les stratégies à mettre en oeuvre, la formation pilote de 100 salariés, mais aussi la capitalisation sur les résultats avec la création d'un observatoire régional pour dupliquer l'expérimentation nordiste. Parmi les actions phares, une délégation d'une centaine de dirigeants s'envolera vers Israël pour rencontrer les spécialistes mondiaux de l'IA et une université d'été du Medef sera consacrée à ce thème le 4 juillet prochain.

Au total, 1,4 million d'euros seront consacrés au projet sur deux ans, grâce au financement conjoint de l'État (DGEFP et Direccte) et le conseil régional des Hauts-de-France. Ce montant reste modeste par rapport aux budgets de l'Île-de-France ou de la région toulousaine.

Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France, compte d'ailleurs s'allier avec ces deux régions pour mutualiser les actions :

« L'intérêt est de comprendre qui fait quoi pour voir ce que nous pouvons faire de différent », a-t-il annoncé. « L'intelligence artificielle va transformer et supprimer des emplois mais nous pouvons également en saisir les opportunités », espère-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2019 à 9:54 :
Avec 5 millions de chômeurs, ce serait bien que le medef s'occupe déjà des emplois d'aujourd'hui svp, merci.

La léthargie européenne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :