Pourquoi Dunkerque a choisi les bus gratuits

 |   |  1287  mots
Le projet d'accès à la gratuité du réseau dunkerquois impressionne par son ampleur : 17 lignes de bus irriguent toute la métropole et ses 200.000 habitants.
Le projet d'accès à la gratuité du réseau dunkerquois impressionne par son ampleur : 17 lignes de bus irriguent toute la métropole et ses 200.000 habitants. (Crédits : DR)
À Dunkerque, plus besoin de payer pour monter dans le bus depuis le 1er septembre. Avec ses 200.000 habitants, la Communauté urbaine est la plus grande métropole d’Europe à choisir la gratuité pour ses transports.

« Il est temps de dépoussiérer les concepts et les pratiques : en proposant la gratuité d'accès aux transports, nous n'en devenons pas pour autant des élus mauvais gestionnaires, inconscients, insouciants », a prévenu Patrice Vergriete, maire de Dunkerque et président de la Communauté urbaine, visiblement échaudé par les remarques de ses opposants.

« J'en ai entendu des florilèges de préjugés, de dogmes et de contre-vérités », a-t-il poursuivi lors des premières rencontres des villes du transport gratuit, organisées les 3 et 4 septembre à Dunkerque pour justement « élever le débat ». La grand messe dunkerquoise a rassemblé des élus de villes françaises et européennes ayant eux aussi opté pour le transport gratuit, des chercheurs spécialisés sur la question, des techniciens mais aussi d'autres élus, curieux d'avoir des retours d'expériences.

Un projet d'ampleur

Car le projet d'accès à la gratuité du réseau dunkerquois impressionne par son ampleur et sa qualité : 17 lignes de bus irriguant toute la métropole et ses 200.000 habitants ; cinq lignes desservies toutes les dix minutes mettant 80% de la population à moins de 300 mètres d'un arrêt et à moins de 20 minutes de la gare de Dunkerque ; une plage horaire élargie de 5h30 à 22h30 ; des bus équipés de prises pour recharger les téléphones portables et du WIFI...

Maxime Huré, chercheur spécialiste de la gratuité dans les transports et président de l'association VIGS, a recensé 31 réseaux de transport gratuit en France : Dunkerque est la première grosse agglomération de cette taille à avoir franchi le pas.

Pourquoi la collectivité s'est-elle lancée dans cet ambitieux projet ? D'abord parce que ses transports en commun étaient largement sous-utilisés. À Dunkerque, en 2015, deux tiers des déplacements à l'échelle de l'agglomération s'effectuaient en voiture : avant la mise en place de la gratuité, le transport en bus ne représentait que 5% et le vélo 1%. La part de la voiture a même continué de progresser de 4% entre 2003 et 2015.

« La notion de gratuit crée un choc psychologique et frappe les esprits », concède le maire.

Des recettes qui se chiffrent à 4,5 millions d'euros

Ensuite, parce que les recettes commerciales n'étaient pas très élevées : les 4 millions et demi d'euros de recettes issues de la billettique ne pesaient que 10% des recettes globales de fonctionnement du réseau. Du coup, la suppression de la billetterie et des contrôles peut plus facilement compenser le manque à gagner sur les ventes.

Les données sont bien sûr différentes d'une ville à l'autre. À Aubagne, la billettique représentait 700.000 euros sur un coût de fonctionnement de 9 millions d'euros : le nombre de voyages annuels est passé de 1,9 million à 6 millions entre 2009 et 2017. Tandis qu'à Niort, passée à la gratuité en septembre 2017, les paiements ne couvraient que 12% des dépenses.

--

bus Dunkerque

(À Dunkerque, avant la mise en place de la gratuité, le transport en bus ne représentait que 5% et le vélo 1%. Crédits : DR)

--

Un choix politique

Dunkerque s'est aussi lancée dans la gratuité parce que la collectivité a renoncé à construire une salle de sports et de spectacles de 10.000 places, un projet de 180 millions d'euros que la nouvelle équipe en place jugeait totalement inutile.

« C'est un choix politique que nous avons fait et que nous assumons pleinement », assène Patrice Vergriete.

Le nouveau réseau de bus a nécessité un investissement de 65 millions d'euros HT pour les travaux et les études mais hors matériel, cofinancé par l'État, l'Europe, la Région et le Département. Pour ce qui est du fonctionnement, la taxe versement transport avait été augmentée il y a quelques années de 0,5% (initialement pour la fameuse Arena), ce qui a apporté 8,9 millions d'euros supplémentaires. Ces 8,9 millions d'euros financent aujourd'hui le surcoût d'exploitation, puisque le réseau propose 36% de kilomètres supplémentaires : le budget transport est passé de 35 millions à 44 millions d'euros par an. Dix millions sont pris sur le budget principal de la CUD, le reste étant financé par le versement transport.

Une refonte du service

Le réseau de bus du Dunkerquois avait de toute façon besoin d'une refonte.

« Il faut imaginer que presque rien n'avait été refait depuis 1989 et que le but était de mieux desservir la métropole afin de mieux anticiper les besoins », souligne Xavier Daraine, chef de projet DK Bus à la Communauté urbaine de Dunkerque.

En termes d'aménagement du territoire, la priorité a ainsi été donnée au développement du réseau, qui sera l'épine dorsale des urbanisations futures, dans le cadre d'un PLUI habitat et déplacement. La hausse de fréquentation entraînée par la gratuité n'aurait de toute façon pas été supportée par l'ancien réseau.

Le contexte local était donc particulièrement favorable à la mise en place de la gratuité.

« L'industrie emploie moins de personnes, ce qui induit une montée du chômage et de la précarité ; la faible culture entrepreneuriale pénalise la création d'entreprises et donc le dynamisme local ; le déséquilibre entre les modes de transport a des conséquences négatives sur le plan social et environnemental », a ajouté le maire dans son introduction.

Différentes plus-values

D'autres plus-values viennent conforter le choix de la gratuité. « La tarification sociale démarrait à 7,50 euros par mois pouvait semblait négligeable mais pour certaines familles, ce coût ne l'était pas », admet Xavier Daraine, chef de projet DK Bus.

Pour le maire, c'est « quatre millions et demi d'euros qui sont rendus aux Dunkerquois », ajoutant que la mise en place de la gratuité n'entraînerait pas d'augmentation des impôts locaux, ni pour les ménages, ni pour les entreprises.

La plus-value s'annonce également sociale : l'accès aux bus gratuits permettrait aussi de faire sauter un facteur d'exclusion. Le maire ne se prive pas de raconter qu'une dame était venue le rencontrer lors de ses permanences pour le remercier car, avec le bus gratuit, elle avait désormais les moyens de rendre visite à sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer à l'hôpital.

Parmi les autres arguments que le premier édile avance, la baisse de 60% des incivilités le week-end dans des bus plus fréquentés, les contrôleurs ayant été réaffectés à des missions de prévention et de sécurisation. Sans oublier la plus-value environnementale, puisque le bus gratuit vise à rééquilibrer les modes de transport dans une collectivité déjà polluée par la présence d'industries lourdes.

Le week-end, la fréquentation a augmenté de 50%

Le retour d'expérience de Châteauroux, dont les bus sont en accès libre depuis 2001, est très parlant : la gratuité totalise 900.000 euros de déficit par an mais la fréquentation a triplé entre 2001 et 2017, atteignant 5 millions de voyageurs par an. Gil Avérous, le maire, d'ajouter : « Ce que l'on ne chiffre pas, ce sont les nouvelles recettes ou les coûts évités par cette politique », citant notamment l'installation prochaine d'une maroquinerie de luxe dans son centre-ville, bien heureuse de capter une main d'œuvre féminine ne possédant pas forcément le permis de conduire.

En tout cas, à Dunkerque, le résultat est déjà au rendez-vous : l'expérience de gratuité le week-end lancée depuis 2015 montre que la fréquentation du bus a augmenté de 50%, sans la moindre amélioration du service. Le raisonnement de l'élu est simple : plus la fréquentation augmente, plus le coût par voyageur diminue. « Mieux vaut des bus coûtant un peu plus chers mais remplis que des bus à moitié vides ». L'objectif de 10% de voyages en bus est bien parti pour être atteint et même dépassé d'ici l'année prochaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2018 à 16:37 :
Les transports dits gratuits,mais qui sont payés par tout le monde (les particuliers et les entreprises),c'est une mesure intelligente de redistribution de la richesse. En plus ,ça pénalise ceux qui utilisent la voiture et qui nous polluent à longueur de journée. Saviez- vous que le coût additionnel du transport public non payant intégral serait récupéré en quelques années par la collectivité , grâce à la diminution des hospitalisations,traitements et arrêts maladies ( maladies respiratoires et cardiaques),provoquées par la pollution?.Mais,il faut interdire la circulation des voitures thermiques dans les villes.
Il faut arrêter de parler d'assistés et la jouer collectif!.Personnellement,je suis disposé à payer plus d'impôts pour avoir les transports publics non payants.
a écrit le 10/09/2018 à 10:08 :
Il est anormal et mensonger de présenter cela comme des transports en commun gratuits. Ils n'ont rien de gratuits : ils sont à charge de tous les contribuables de Dunkerke qui casquent de plus en plus d'impôts. Il est tout aussi anormal que ces transports soient "gratuits". Dans ce cas, pourquoi ne pas assurer la "gratuité" des trains, par exemple ? En outre, ces transports dunkerkois ne sont destinés qu'à quelques utilisateurs. Nombre d'entre eux ne les prendront jamais (ou si rarement...) parce que les liaisons proposées, les horaires... ne leur conviennent pas, notamment pour des raisons professionnelles. mais ils casquent quand même pour que d'autres en profitent grassement. faisons pour les trains, les trams, les cars, les bus... comme pour l'avion : celui qui ne l'utilise pas ne paye rien. Celui qui l'utilise paye le juste prix de liaison, et non pas un tarif tronqué (voire une fausse gratuité) qui est aux dépens de tous. ce genre de fausse "gratuité" totalement mensongère est l'un des combles de l'injustice sociale et fiscale. Qui utilise paye le prix plein, point barre. Et assez avec ces politiques d'assistés chroniques et de petits profiteurs qui font de la france ce qu'elle est
Réponse de le 10/09/2018 à 14:19 :
La communauté urbaine n'a pas fais peser le cout des transports par les contribuables, le cout de la gratuité des transports a été porté par une taxe pour les entreprises
a écrit le 10/09/2018 à 10:06 :
Il est anormal et mensonger de présenter cela comme des transports en commun gratuits. Ils n'ont rien de gratuits : ils sont à charge de tous les contribuables de Dunkerke qui casquent de plus en plus d'impôts. Il est tout aussi anormal que ces transports soient "gratuits". Dans ce cas, pourquoi ne pas assurer la "gratuité" des trains, par exemple ? En outre, ces transports dunkerkois ne sont destinés qu'à quelques utilisateurs. Nombre d'entre eux ne les prendront jamais (ou si rarement...) parce que les liaisons proposées, les horaires... ne leur conviennent pas, notamment pour des raisons professionnelles. mais ils casquent quand même pour que d'autres en profitent grassement. faisons pour les trains, les trams, les cars, les bus... comme pour l'avion : celui qui ne l'utilise pas ne paye rien. Celui qui l'utilise paye le juste prix de liaison, et non pas un tarif tronqué (voire une fausse gratuité) qui est aux dépens de tous. ce genre de fausse "gratuité" totalement mensongère est l'un des combles de l'injustice sociale et fiscale. Qui utilise paye le prix plein, point barre. Et assez avec ces politiques d'assistés chroniques et de petits profiteurs qui font de la france ce qu'elle est
a écrit le 09/09/2018 à 16:33 :
Il est vrai que le Maire de Dunkerque a très bien ficelé son projet et que ça marchera, c'est sûr. Mais, la gratuité totale ou si vous préférez ,le financement intégrale du système par les impôts et les taxes(elles financent déjà 85-90% du budget actuel)devrait s'appliquer partout en France.C'est une simple mesure de bon sens. Pour les esprits chagrins,qui disent que l'argent des tickets n'aidera plus à financer l'investissement en infrastructure et que les transports publics se dététioreront,on peut répondre qu'au contraire,l'augmentation de l'affluence,obligera les pouvoirs publics à investir dans les transports pour les améliorer et les développer (appliquer la COP 21).C'est beaucoup plus rentable pour la collectivité (et pour le climat aussi),que les bus, métros et trains circulent plutôt bien remplis que vides. Cela diminuera l'utilisation de la voiture et c'est bon pour lutter contre la pollution, contre le réchauffement climatique et pour diminuer nos importations de pétrole et améliorer notre balance commerciale.
a écrit le 09/09/2018 à 9:09 :
Parce qu'il existe encore quelques élus intelligents dénoncés de suite par les soldats stupides néolibéraux comme on le voit.

Quand le progressisme est sans arrêt taclé par la bêtise rentière...

Vite un frexit, coupons l'herbe sous les pieds des crétins.
Réponse de le 10/09/2018 à 17:30 :
L'appartenance de la France à l'UE n'empèche pas de faire des transports en communs "gratuits" (enfin payés par les impots et taxes et pas par les passagers).
Il y a d'ailleurs des précédents, comme les routes qui sont gratuites (mais payées par les impôts).
Gageons par ailleurs que si la France quittait l'UE, Dunkerque qui bénéficie aujourd'hui de sa proximité avec la Belgique, UK, et Hollande, se retrouverait dans un cul de sac économique tel que l'économie locale serait particulièrement impactée.
Donc avec un Frexit, Dunkerque serait une ville morte, sans aucun transport en commun. (Et Dunkerque souffrira du Brexit).
a écrit le 09/09/2018 à 8:19 :
Transports gratuits ? Et puis quoi encore ? Ils ne sont pas du tout gratuits, mais payés par la collectivité. C'est à dire par chaque habitant de Dunkerke... qu'il prenne ces bus ou pas. C'est un scandale ! Faire gober aux demeurés que les transports sont gratiuits alors qu'ils le paient - cher en plus - dans leurs impôts locaux. Autre scandale : faire payer (tout aussi cher) ceux qui, pour l'une ou l'autre raison, ne les utilisent pas. Que l'on fasse payer les trams, les trains, les trajets en avion... au juste prix mais uniquement à leurs utilisateurs. Tu prends le tram ? Tu pays le prix que cela coûte vraiment. Tu ne le prends pas ? Tu ne le payes pas ! Ca, ce serait de lavraie justice fiscale. Mais bon... on est dans la france macronienne...
Réponse de le 09/09/2018 à 10:18 :
Comme c'est profondément injuste de vivre en collectivité, on va compenser en te facturant ta portion de rue dès que tu marches, parce que sinon tu coutes à ceux qui n'empruntent pas ton trottoir...
Faut arrêter les arguments à deux balles coco, et retourner dans ta forêt, là au moins, tu ne paieras pas pour les autres :-)
Réponse de le 09/09/2018 à 10:43 :
C'est justement l'idée : Puisque vous le payez déjà, vous n'avez qu'à l'utiliser, c'est le but de la manœuvre : inciter à l'usage. N'y a t'il pas des tas de choses qu'on paye sans même pouvoir en jouir ? La garde républicaine, la buvette de l'assemblée nationale, le taxi d'agnès Saal, l'arme nucléaire et la piscine de Macron. Et là, je ne peux pas l'utiliser mais c'est normal de le payer ? Au moins un bus, c'est utile et ça réduit la pollution.
a écrit le 08/09/2018 à 23:44 :
C'est pour des raisons pratiques ! En cas de retour des allemands si les futurs évacués doivent acheter un billet on n'est pas sortie de DUNKIRK douglas...
a écrit le 08/09/2018 à 18:56 :
Il faut être sérieux dans les commentaires. Les transports publics en France,sont financés ,en moyenne,à moins de 20%,par la billettique. De 20% (et encore) en IDF à moins de 8% à Aubagne,12% à Niort ou 10% à Dunkerque avant la gratuité, pour ne citer que les 3 plus grosses agglomérations qui appliquent la gratuité totale dans les transports. Le reste est payé par la redevance transport acquittée par les entreprises et les subventions des collectivités locales. La participation de l'état est résiduelle et l'état récupére même de l'argent,grâce aux 10% de TVA,prélevés sur la vente des billets de transport.
Donc,il suffit de mettre un peu plus de financement collectif et on a la" gratuité" totale. En plus,en augmentant un peu les impôts,on fait payer aussi les utilisateurs de la voiture particulière,qui polluent nos rues. Cela peut les pousser à utiliser des transports publics qui seraien devenus gratuits



Réponse de le 10/09/2018 à 17:33 :
Oui oui, c'est très bien tout cela dans un monde où ceux qui prennent les transports collectifs résident/travaillent sur place.
Mais prenez le métro, et comptez les touristes, qui, eux, ne paieront jamais rien.
a écrit le 08/09/2018 à 16:29 :
en france, tout est gratuit: la secu, les retraites les bus l'internet le logement social, tout.......
c'est paye par personne, l'argent ne vient de nulle part, vu qu'il pousse sous le pied d'un cheval.....
il suffirait que la banque centrale alimente genereusement avec de la bonne monnaie ( de singe) pour que la france puisse financer encore plus de trucs payes par personne..........
ou alternativement qu' l'allemagne accepte de faire pot commun avec la france, dans le cadre d'un genereux openbar paye par personne.......
on devrait suggere aux fonctionnaires d'etre payes par personne juste pour voir la limite du raisonnement..........
Réponse de le 08/09/2018 à 17:49 :
Effectivement, on devrait confier aux élus dunkerquois la gestion de toute la France, où tout serait gratuit. Mais en réalité, le contribuable paie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :