Nantes : la Fleuriaye, le plus grand quartier passif de France, montre l'exemple

 |  | 946 mots
Lecture 5 min.
Sur une zone de 37 hectares située près de l'Erdre, les 650 logements collectifs et individuels ont un impact neutre sur l'environnement.
Sur une zone de 37 hectares située près de l'Erdre, les 650 logements collectifs et individuels ont un impact neutre sur l'environnement. (Crédits : LAD)
SPÉCIAL MIPIM. Auréolé du Grand prix de la ville durable à l'occasion des Green Solutions Awards 2018, l'écoquartier situé à Carquefou, près de Nantes, est devenu un étendard de l'habitat passif.

De par sa taille - 37 hectares, 650 logements collectifs et individuels, 5.000 m² de tertiaire, un institut médico-éducatif, un centre équestre -, c'est le plus important chantier français d'habitat passif. Lancé dès 2011, le projet orchestré par la société d'économie mixte Loire-Atlantique Développement-Sela a été pensé très en amont pour avoir un impact neutre sur l'énergie et l'environnement. Situé non loin de l'Erdre, affluent de la Loire considéré comme la plus belle rivière de France par François Ier, l'écoquartier s'est greffé sur un site déjà doté d'équipements sportifs et culturels (Musée de l'Erdre, théâtre, école de musique, base nautique...).

« Une attractivité qui se vend bien et constituait le lieu idéal pour faire avancer les questions énergétiques et environnementales », explique Hugues Delplanque, le responsable énergie-environnement de Loire-Atlantique Développement-Sela.

La réflexion de l'aménageur a d'emblée porté sur l'ensemble du quartier plutôt que sur la seule question de l'habitat.

« Nous sommes allés beaucoup plus loin que d'habitude sur la biodiversité. Les haies et les systèmes racineux ont été préservés....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :