Comment la maquette numérique facilite la construction des bâtiments (étude)

 |   |  630  mots
Le BIM sera généralisé dans les cinq ans, estiment les professionnels.
Le BIM sera généralisé dans les cinq ans, estiment les professionnels. (Crédits : DR)
Selon une étude de Sia Partners sur les performances du BIM, l'utilisation de la maquette numérique optimise la productivité des entreprises du BTP, en réduisant les temps de chantier et les dépenses énergétiques.

Une réduction de 10% de temps de chantier voire de 12% des coûts totaux sur le cycle de vie. Selon une étude de Sia Partners sur le BIM (Building Information Modeling), la maquette numérique permettra, d'ici cinq à sept ans, de réaliser des économies significatives en termes de construction et d'exploitation d'un bâtiment.

« Dans l'ensemble, les acteurs sont pour la promotion du BIM. Aujourd'hui, ils sont en phase d'apprentissage et d'expérimentation, mais déjà le BIM leur apparaît incontournable pour gagner en productivité, se différencier et trouver une dynamique de croissance avec un avantage compétitif », analyse Charlotte de Lorgeril de chez Sia Partners.

« Ceux qui sont dans la posture "on y va parce qu'on n'a pas le choix" sont très marginaux, ajoute-t-elle. Tous font a minima de la veille et y voient une innovation incontournable à court-terme. Selon nos estimations, ce sera généralisé dans cinq ans. »

15 à 50% d'économies sur les chantiers

Les professionnels qui l'utilisent déjà estiment que la productivité liée à la phase de construction peut augmenter significativement. « Les erreurs ont un coût énorme sur les chantiers. Avec le BIM, elles vont drastiquement baisser, générant des économies potentielles de l'ordre de 15% », estime Samuel Taillandier, co-fondateur de la startup Bim My Project. Roland Le Roux, président de Citae, parle, lui, « de 40 à 50% » : « Les autres industries nous ont montré la voie. Ce n'est donc pas délirant de dire que le BTP va y parvenir dans les prochaines années. »

Pour atteindre de tels résultats, encore faudra-t-il que toutes les parties prenantes jouent le jeu.

« Cela va demander du temps et une réelle mobilisation des acteurs pour mettre en place de nouvelles méthodes de travail, mais ceux qui seront matures avec des premiers retours d'expérience pourront se positionner comme avant-gardistes », analyse Charlotte de Lorgeril.

"Des niveaux hétérogènes dans l'appréhension du BIM"


Roland Le Roux de Citae ne dit pas autre chose : « Le BIM permet entre autres de mieux coordonner un grand nombre d'acteurs. C'est une méthodologie avant d'être une gestion de données. »

En revanche, Samuel Taillandier souligne que « beaucoup encore ne font pas de l'innovation une priorité. Il y a encore des niveaux hétérogènes dans l'appréhension du BIM » rappelant que « tous travaux réels entraînent également des modifications dans le jumeau numérique ».

En matière de réhabilitation énergétique, les gains sont déjà là. « Le BIM permet d'avoir accès à la documentation très directement plutôt que de fouiller dans des gros dossiers. Aujourd'hui, le coût de la recherche d'informations sur les matériaux utilisés est non-négligeable. Avec le BIM, nous allons pouvoir calculer précisément l'énergie consommée par un bâtiment. Mis bout à bout, cela peut donc générer des bénéfices économiques et environnementaux », assure ainsi le startupper Samuel Taillandier.

La rénovation de l'existant est pour après-demain

Roland Le Roux nuance cependant cette affirmation :

« Sur la rénovation et l'exploitation du neuf à moindre coût, les prix du BIM demeurent encore trop élevés pour les gestionnaires de parcs. Des progrès ont été faits avec l'avènement de l'IA mais toute la complexité réside dans le renseignement des données. Demain, nous pourrons les utiliser pour faire davantage de préventif et de prédictif que de curatif. »

Quant à la refonte écologique de l'existant, qui représente 90% de l'immobilier actuel, ce sera pour après-demain, assurent ces deux spécialistes. Et si des professionnels en viennent à faire de la déconstruction avant de rebâtir, le BIM, écrivent les auteurs de l'étude Sia Partners, « renforce significativement la sécurité et réduit l'empreinte environnementale ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2018 à 11:55 :
Une journée entière dédiée au BIM est organisée par la Mêlée Numérique le mercredi 26/09 au Quai des Savoirs à Toulouse sur la thématique "Gagner avec le BIM" : une programmation de tables rondes, ateliers et démonstrateurs animés par des professionnels de la construction et du bâtiment.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :