Vienne remporte sa guerre contre les vélos partagés sans borne d'attache

 |   |  342  mots
(Crédits : DR)
La ville de Vienne a estimé mardi avoir remporté la guerre qu'elle a engagée au printemps contre les vélos en libre-service sans borne d'attache, qu'elle a accusés d'encombrer de façon anarchique l'espace public.

Entrée en vigueur le 1er août, une nouvelle réglementation bannissant de facto ces vélos s'est soldée par la saisie 780 bicyclettes, soit la quasi-totalité de la flotte qui restait encore dans la capitale autrichienne, a indiqué la municipalité.

Lancés à Vienne en 2017 par le chinois Ofo et par le singapourien oBike, les vélos sans borne d'attache ("free floating"), utilisables avec une application, ont rencontré d'emblée le succès, amenant leurs exploitants à porter leur flottes à 1.800 et 700 exemplaires chacun.

La municipalité a toutefois rapidement reproché aux opérateurs le nombre important de bicyclettes vandalisées ou simplement déposées n'importe où, les accusant d'encombrer et d'enlaidir l'espace public.

Vienne avait lancé en mars une hotline pour signaler tout vélo importun et prévu une amende de 700 euros pour chaque bicyclette qui ne serait pas immédiatement enlevée, à compter du 1er août.

En réaction, la société Ofo, qui exploitait encore un millier de vélos, a annoncé en juillet se retirer de la ville. La majorité des vélos saisis appartiennent à oBike, une entreprise en difficultés économiques et désormais aux abonnés absents, a précisé la municipalité.

En croissance exponentielle en Asie depuis 2016, les vélos sans borne d'attache ont débarqué dans plusieurs villes d'Europe l'an passé, non sans créer des difficultés liées aux incivilités et au vandalisme.

Pour encadrer ces pratiques, la ville de Paris a édicté fin juin des chartes de bonne conduite avec les services de vélos et de scooters en "free floating", destinées à fixer "des règles de vie en société".

La ville de New-York a pour sa part lancé mi-juillet une phase de test en vue du déploiement éventuel de telles flottes.

Les vélos "free floating" sont débloqués à l'aide d'une application et ne nécessitent pas de borne d'attache, ce qui offre une grande souplesse d'utilisation pour les utilisateurs mais complique considérablement la gestion des flottes pour les opérateurs.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :