[START-UP NEWS] Des sénateurs américains militent pour un crédit d'impôt innovation pour les start-up... et 8 autres actu à lire quand on est entrepreneur

 |   |  1195  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : banniere étoilée)
Un guide entrepreneurial à lire ce week-end... Les convictions de Marie Ekeland... Wikipedia en Afrique... Orange propose un accélérateur aux start-up américaines... La journée de la femme entrepreneure... (et plus encore).

 ? La réforme américaine
Dans une tribune, le sénateur démocrate du Delaware Chris Coons et son homologue républicain du Wyoming Mike Enzi expliquent l?ambition du projet de réforme de la loi sur le crédit innovation start-up (the start-up innovation credit act of 2013). Le texte, qui a donc le mérite d?être porté par les deux grandes couleurs politiques aux Etats-Unis, doit pallier l?insuffisance de l?actuel dispositif de promotion de l?innovation, qui consiste en un crédit d?impôt pour les entreprises qui investissent en recherche et développement. Problème constaté par les sénateurs : les start-up, qui innovent mais qui ne dégagent pas encore suffisamment de bénéfices pour être imposables, ne peuvent pas, par définition, profiter de ce crédit d?impôt. La moitié de cette manne revient en réalité à des entreprises de plus d?un million de dollars de chiffre d?affaires. Ils proposent donc de mettre en place un dispositif nouveau, qui leur permettrait de déduire de leurs charges salariales un montant équivalent au crédit d?impôt R&D. Les deux co-signataires de la tribune soulignent qu?un tel dispositif a été mis en place par le passé ?et avec succès- dans l?Iowa, en Arizona, à New York, dans le Connecticut et en Pennsylvanie. Convaincus que cette mesure permettra de créer de l?emploi ?une des préoccupations majeures du président Barack Obama et de la Fed- les deux sénateurs soulignent qu?entre 1980 et 2005, les emplois nets créés aux Etats-Unis proviennent tous d?entreprises qui ont 5 années d?existence au plus.
(source : Politico.com)

 

? Le tweet (spécial «journée de la femme»)

Michel de Guilhermier est entrepreneur, co-fondateur et président de l'Accélérateur.

 

 

? L'infographie de la Journée de la Femme
A l'occasion de la journée de la Femme, l'association de femmes entrepreneures Girl Power 3.0 dresse un portrait-robot de la créatrice d'entreprise en France : l'entrepreneure française lance son activité plus tôt que ses homologues masculins, entre 25 et 35 ans, avec un capital inférieur à 4000 euros. Elle est diplômée (bac ou plus), vit en couple. Elle plébiscite le secteur de l'enseignement, de la santé, de l'action sociale ou les services aux ménages. En revanche, elle délaisse le secteur de la construction, les transports et l'industrie. Sa motivation principale est l'indépendance. Vous avez dit «clichés» ?
(source : girlpower3.com)
 

? L'accélérateur Orange dans la Silicon Valley
Orange lance Orange Fab, un accélérateur dédié aux start-up américaines. Parmi les mentors présents aux côtés de l'opérateur de téléphonie français figurent Facebook, Justin Kan (Justin.Tv), Alfred Vericel (BestofMedia), ou encore Iris Capital. L'accompagnement durera 12 semaines, et le soutien financier est estimé à 22.000 dollars. 4 à 6 start-up pourront être admises lors de la première session qui débutera en mai. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 7 avril.
(source : rudebaguette.com ; apply : orangefab.com/apply/ )

 

? La vision de Marie Ekeland
Marie Ekeland, co-fondatrice de l?association des start-up et investisseurs du numérique France Digitale, dresse un bilan plutôt alarmiste de la situation du secteur numérique en France, à l?occasion d?un entretien au Journal des Entreprises. Celle qui a découvert Criteo (200.000% de croissance en 2012) rappelle que, selon McKinsey, le numérique devrait peser 7% du PIB en France soit le double de sa part actuelle. Elle estime que le statut de Jeune entreprise innovante n?est pas adapté aux entreprises du numérique, parce que les cycles de développement sont très courts («quatre voire deux ans») et car elles innovent surtout dans le service, et non en R&D. «Chez LinkedIn aux Etats-Unis, par exemple, la ligne R&D n?existe plus dans le compte de résultat», cite-t-elle. Elle plaide donc pour des dispositifs d?accompagnement plus adaptés aux start-up, mais aussi pour une fiscalité plus lisible. Interrogée sur le crowd-funding, elle souligne les difficultés actuelles du capital-investissement «qui serait décimé sans les fonds publics» et, optimiste, prédit que «de nouveaux modèles de financement de start-up vont éclore».
(source : Le Journal des Entreprises)
 

? La levée de fonds
482.000 dollars. C?est le montant levé par iCarsClub, start-up basée à Singapour qui propose depuis trois mois une application mobile reliée à un logiciel, permettant aux utilisateurs de louer leur voiture. Objectif : étendre le service en Chine, notamment à Pékin et Shanghai. Les fonds levés proviennent de Red Dot Ventures, un fonds de venture capital singapourien soutenu par le programme gouvernemental National Research Foundation.
(source : Techcrunch)

? L?initiative africaine de Wikipedia
Wikipedia lance un réseau alternatif au web mondial en Afrique. Afripedia, projet porté par Wikimedia France, l?Institut français et l?Agence universitaire de la Francophonie, qui entendent ainsi donner accès à tous les contenus de la plateforme encyclopédique collaborative dans les lieux mal connectés. Au c?ur du système: «un plug, qui est en fait un ordinateur sans clavier, sur lequel on branche une clé USB contenant la version francophone de Wikipédia, renouvelée tous les trois ou quatre mois», détaille la coordinatrice pour Wikimedia France, Adrienne Allix. L?objet, qui coûte 180 euros, est utilisé par plusieurs universités au Mali et au Niger. Une nouvelle phase de développement doit débuter avant l?été.
(source : Jeuneafrique.com)
 

? Le trophée de l'entrepreneur français à l'étranger
La ministre déléguée chargée des Français de l'étranger, Hélène Conway Mouret, et lepetitjjournal.com, ont remis hier les premiers Trophées des Français de l'étranger. Parmi les six lauréats, Nadine Barbier a reçu le Trophée de l'Entrepreneur français de l'étranger, parrainé par Humanis International. Elle a fondé un cabinet de conseil d'études de marché et d'exports en Egypte qui emploie 750 collaborateurs. Le Trophée Espoir/Jeune, decerné en partenariat avec Ubifrance, est revenu à Laurent Le Pajolec qui, à 27 ans, gère CNT Polska un cabinet d'experts compatbles de 35 personnes en Pologne. Un Trophée Art de vivre récompense Pascal Aussignac, à la tête de 8 restaurants, dont le Club Gascon à Londres, qui promet la cuisine du Sud-Ouest, et qui a reçu une étoile Michelin.

(voir le profil Viadeo de Laurent La Pajolec et son portrait en vidéo par France 24; et le portrait-vidéo de Nadine Barbier par France 24; et une interview de Pascal Aussignac)


? Le guide à télécharger ce week-end
Pour faire le point sur sa motivation entrepreneuriale, pour choisir le statut juridique le plus adapté à son activité, pour s?y retrouver dans les impôts et assurances sociales, ou encore pour choisir son nom d?entreprise, créer son site internet ou recruter les meilleurs commerciaux : «Le guide du débutant : comment démarrer une entreprise en France».
(à télécharger ici)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :