Pour se lancer à l'international, les startups françaises auront Fleur Pellerin

 |   |  529  mots
Axelle Lemaire, récupère le portefeuille de Fleur Pellerin au ministère de l'Economie, et sera désormais en charge du numérique.
Axelle Lemaire, récupère le portefeuille de Fleur Pellerin au ministère de l'Economie, et sera désormais en charge du numérique. (Crédits : Reuters)
Maddyness revient tous les vendredis pour La Tribune sur les actualités startups qu’il ne fallait pas manquer cette semaine. Une semaine marquée par de nombreuses questions posées aux entrepreneurs (internationalisation, levée de fonds, nouveau programme politique, nouvelle représentant, etc.) dans un secteur avec toujours autant de disparités. Envie d’en savoir plus ? C’est dans la semaine des startups.

Maddyness


A quel moment doit se poser la question de l'international pour une startup?

A quel moment une startup doit-elle chercher à partir à l'international? A cette question, la réponse semble claire: il est nécessaire pour une entreprise de d'abord détenir une équipe de talents et ses premiers clients sur son marché national, avec un produit et une offre de service finalisés. En fonction des pays, cette phase n'est pas abordée au même moment. Par exemple, pour une entreprise américaine, la question se pose plutôt tardivement, soit 3 à 4 ans après le lancement, tandis que pour une entreprise française, la question peut se poser au bout de 2 ans seulement. Pour témoigner sur le sujet, Eva Clerc et Margaux Derhy ont invité Philippe Colombel, Partner chez Partech Ventures pour le huitième épisode de la série « Ainsi Font, Font les Fonds ».

 

Et si les clauses d'une levée de fonds importaient plus que la valorisation?

Pour une startup, une levée de fonds implique pour au moins une personne de l'équipe fondatrice (principalement le CEO) de se consacrer à l'étude des différentes modalités et des contraintes juridiques. Si les 3 principaux documents à préparer sont le Business Plan, la lettre d'intention et le pacte d'actionnaires, ce nouvel épisode de l'émission Startup, en partenariat avec DECIDEURSTV et La Tribune, rappelle que les clauses peuvent importer plus que la valorisation.

 

Dans un univers qui reste encore trop peu féminin

Dans le cadre d'une enquête sur l'entrepreneuriat féminin auprès de 400 femmes entrepreneurs, l'éditeur de logiciel de gestion d'entreprise CIEL et Fédération Pionnières, qui anime un réseau d'incubateurs innovants en France, ont eu pour objectif de dresser un état des lieux sur ce sujet. Le panel compte 52% de femmes de moins de 40 ans, et 62 d'entre elles ont au moins un enfant.

 

En dehors de sa représentante gouvernementale

A la suite des résultats des élections Municipales, le président de la République Française François Hollande a décidé d'un remaniement ministériel. Sur Twitter, une partie de l'écosystème entrepreneurial français (voire international) avait apporté son soutien à Fleur Pellerin, ministre en charge des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique, en lançant le hashtag #keepfleur (à l'initiative de Stéphane Soumier). Mais c'est finalement Axelle Lemaire, députée des Français d'Europe du Nord, qui récupère son portefeuille. Fleur Pellerin, elle, sera en charge du commerce extérieur. Nous la reverrons donc très vite. 

 

Et dont certains pans manquent encore cruellement de financement

La Silver Valley, un pôle industriel et scientifique qui rassemble les acteurs de la chaîne de valeur de "l'autonomie des personnes âgées", vient de dévoiler les résultats de son enquête qui avait pour but de comprendre les moyens qu'il faut débloquer pour lever certains freins liés au développement de ce marché en France. Un secteur qui aurait notamment un besoin criant de financement et qui n'arriverait pas à attirer les investisseurs

 

Louis Carle

 

>> Plus d'actualités startup sur Maddyness.com 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :