L’Institut Pi-Psy marie neurosciences et psychothérapie

Associer recherche fondamentale et pratiques de psychothérapie, c’est le pari de la deeptech Institut Pi-Psy fondée par un couple d’enseignants-chercheurs. Une avancée bienvenue alors que le nombre de troubles psychiques a explosé depuis l’arrivée de la pandémie.

4 mn

(Crédits : DR)

À la fois ingénieur-docteur en sciences cognitives et psychologue clinicien, François-Benoît Vialatte a fondé en 2019 l'Institut Pi-Psy (Institut pour la Pratique et l'Innovation en Psychologie appliquée) avec son épouse Aurore, elle-même ingénieure-docteure en ingénierie biomédicale et art-thérapeute. Le couple a fait le constat que la France était en retard en matière de recherches en psychothérapie par rapport aux pays anglo-saxons, ce qui prive le grand public des avancées des neurosciences. François-Benoît Vialatte est spécialisé dans les mécanismes d'apprentissage avec le neurofeedback et le biofeedback : « l'idée du neurofeedback est de présenter à une personne son activité cérébrale pour qu'elle perçoive ce qui se passe dans son cerveau en temps réel, par exemple via un jeu vidéo. Le biofeedback, c'est la même chose, mais avec des signaux qui proviennent du corps, comme l'activité cardiaque ».

Grâce à ces recherches, l'Institut a pu déterminer que certains profils sont plus sensibles que d'autres aux bénéfices du neurofeedback. Parallèlement à son poste à l'Université Paris Sciences et Lettres, François-Benoît Vialatte exerce depuis 2015 en tant que psychothérapeute en thérapies comportementales et cognitives à Draveil, dans l'Essonne. « Je me suis aperçu qu'il existait un écart significatif entre la littérature scientifique et ce que les patients vivent au quotidien dans leur prise en charge » évoque le docteur en sciences cognitives. C'est cette alliance de la deeptech et de l'expérience professionnelle qui lui permet aujourd'hui de faciliter l'accès aux TCC (thérapies cognitives et comportementales) et ainsi à moderniser les soins. L'institut Pi-Psy s'est associé à l'Université Paris Sciences et Lettres qui a autorisé le couple à exploiter un brevet qu'il avait déposé et lui a apporté un peu de capital. Récemment, la deeptech a obtenu auprès de Bpifrance une bourse French Tech Emergence de 90 000 euros sous forme de subvention.

Lire aussi 4 mn« Le digital doit apporter une forte contribution à l'environnement », David Godest, PDG de Dolmen, à l'origine de l'application Treebal

L'IA au service de la psychologie

Entreprise de l'économie sociale et solidaire (ESS), l'Institut Pi-Psy veut aussi mieux modéliser les psychothérapies : « théoriquement, un thérapeute devrait appliquer les protocoles mis en place dans le domaine de la recherche. Sauf que ces critères sont inapplicables dans la pratique courante. Exemple : on a des protocoles pour traiter la dépression qui sont testés sur des patients dépressifs mais pas anxieux. En réalité, dans la plupart des cas, ils sont à la fois dépressifs et anxieux. Résultat : les psychothérapeutes improvisent ».

L'Institut Pi-Psy a aussi entrepris de modéliser les problématiques de prise en charge des patients avec beaucoup de comorbidités en utilisant l'approche de l'apprentissage statistique. Cette branche de l'intelligence artificielle permet de construire des prédictions depuis une base de données avec beaucoup d'inconnues, de variables et peu de datas. « C'est une méthode utilisée en sciences de l'ingénieur mais très peu en psychologie » rappelle le cofondateur de l'Institut Pi-Psy. Aux entrepreneurs désireux de créer leur start-up deeptech, il conseille de « se préparer à faire preuve de ténacité et à beaucoup de surprises ».

Le couple Vialatte a par exemple découvert que la remédiation cognitive (rééducation des fonctions cognitives altérées) apporte un mieux-être au patient, de manière plus ludique et rapide. « Ce n'est pas une formule magique, mais ça aide beaucoup les patients » estime François-Benoît Vialatte. Cette pratique fait partie de l'arsenal proposé par l'institut : formations courtes et longues pour les professionnels de santé, ateliers et outils de self-help pour les particuliers. Le couple veut ouvrir dans les deux ans qui viennent plusieurs centres de consultation pour établir un réseau de recherche, une ambition qui passe par une levée de fonds. C'est pourquoi la société va s'inscrire sur la plateforme Euroquity de Bpifrance.  Avant la crise sanitaire, la prévalence de la dépression était de 10 % de la population. En 2020, on est passé à 22 %. Les travaux de l'Institut Pi-Psy qui veut améliorer les soins psychologiques sont plus que jamais d'actualité.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L'Institut Pi-Psy est membre de la communauté Les Deeptech, la communauté de confiance et de développement des startups deeptech françaises. Pour la rejoindre c'est par ici

Cet article vous a donné envie de créer votre startup deeptech ? Sur LesDeeptech.fr vous trouverez différents outils et services pour vous lancer.

Participez au Deeptech Tour, une tournée organisée par Bpifrance et ses partenaires dans près de 20 campus universitaires français pour sensibiliser étudiants, doctorants, chercheurs et laboratoires à la création de startups deeptech, porteuses d'innovation de rupture et à fort impact sociétal.



4 mn

En direct I Forum agri innovation de Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 09/11/2021 à 10:54
Signaler
Il y avait un super doc sur arte il me semble montrant que l'on commence à se servir des neurones stomacales afin de comprendre les cérébrales notamment sur Alzheimer il me semble, rechercher cette maladie en passant par l'estomac s'avérant plus effi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.