Cyber-attaques : Google victime de grandes écoles chinoises

Les enquêteurs américains de l'agence nationale de sécurité informatique sont arrivés à la conclusion que ces attaques proviendraient de deux établissements chinois d'enseignement supérieur réputés pour l'informatique. De quoi tendre encore les relations entre Pékin et Washington après la rencontre, hier, entre Barack Obama et le dalaï-lama.

2 mn

(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Qui a mené les cyber-attaques dont a été victime récemment Google en Chine et qui l'ont amené à envisager un temps de quitter le pays ? On soupçonnait Pékin d'y être pour quelque chose afin de traquer sur le net opposants et dissidents. Le New York Times a mené l'enquête.

Et selon le grand quotidien, les enquêteurs américains de l'agence nationale de sécurité informatique sont arrivés à la conclusion que ces attaques proviendraient de deux établissements d'enseignement réputés pour l'informatique, l'université Jiaotong de Shanghaï, et l'école professionnelle de Lanxiang qui forme des informaticiens pour l'armée chinoise..

D'après leur enquête, les attaques des hackers des universités chinoises remonteraient à une dizaine de mois.  Des comptes mail, hébergés par Google et appartenant notamment à des militants chinois des droits de l'homme, avaient fait l'objet de tentatives de piratages. Des hackers ont essayé de briser les systèmes de cryptage de la compagnie pour parvenir à la correspondance électronique de ces opposants. Le piratage était aussi dirigé contre une trentaine d'entreprises, en profitant d'une faille du logiciel Internet Explorer de Microsoft, reconnu par ce dernier à cette occasion.

Cette révélation ne va pas apaiser les relations entre Washington et Pékin, dégradées depuis plusieurs semaines (voir notre DIAPORAMA) à la suite de cette cyber-attaque, de ventes d'armes américaines à Taiwan et de la rencontre, hier, entre Barack Obama et le dalaï-lama, chef spirituel du Tibet annexé par la Chine. L'ambassadeur américain en Chine a d'ailleurs été convoqué par Pékin ce vendredi suite à cette rencontre - même si elle a été qualifiée de "privée" par la Maison-Blanche et n'a pas eu lieu dans le bureau ovale - et les autorités chinoises ont menacé d'une dégradation les futures relations avec les Etats-Unis.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.