Des millers d'écoles connectées au très haut débit dès septembre

 |   |  440  mots
16.000 écoles primaires seront raccordées à la rentrée.
16.000 écoles primaires seront raccordées à la rentrée. (Crédits : Décideurs en région)
Le gouvernement financera le raccordement, essentiellement par satellite, de 16.000 écoles primaires pour la rentrée. Un budget de 5 millions d'euros est dégagé dans le cadre du plan France Très haut débit, qui prévoit une couverture intégrale du pays en 2022.

« Ecoles connectées » c'est le nom d'un programme annoncé ce jeudi par la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin. L'Etat va financer le raccordement au très haut débit de 16.000 écoles primaires qui ne disposent pas aujourd'hui d'un bon débit (moins de 8 mégabits) et ce dès la rentrée de septembre. Un budget de 5 millions d'euros a été dégagé du Fonds national pour la société numérique (FSN), dans le cadre du programme des investissements d'avenir, pour couvrir les frais d'installation et d'équipement - de l'ordre de 500 euros par établissement. La connexion devrait se faire essentiellement par satellite, avec un débit minimum de 20 Mégabits (le très haut débit démarre officiellement à 30 mégas) : les communes auront la charge de l'abonnement de l'école au service d'accès Internet - de l'ordre de 100 euros par mois. Le français Eutelsat, qui commercialise de l'Internet par satellite sous la marque Tooway, devrait être le principal fournisseur.

Lutter contre la fracture numérique

Cette solution présentée comme temporaire fait grincer des dents du côté des apôtres de la fibre qui jugent préférables la montée en débit (rapprocher la fibre de l'abonné jusqu'au un central téléphonique du village) ou la fibre tout de suite. L'initiative s'inscrit dans le cadre du plan France Très haut débit dont l'objectif ambitieux est une couverture intégrale du pays en 2022, principalement en fibre optique, mais à l'aide d'autres technologies dans les zones les plus rurales ou difficiles d'accès. « L'originalité de cette initiative est de pouvoir avancer très concrètement dans les territoires sur le volet scolaire sans attendre que des projets de Très haut débit complets soient prêts » a souligné la ministre ce jeudi lors de la première conférence annuelle consacrée à ce plan qui se tenait à Bercy. Les écoles sont prioritaires dans les schémas directeurs d'aménagement du territoire des départements ou des régions mais le raccordement effectif risque de prendre encore plusieurs années dans ces localités déjà victimes de la fracture numérique. Concrètement, les collectivités portant des projets de réseaux publics « pourront accéder à un guichet d'accompagnement spécifique, dédié au raccordement des écoles, avec les mêmes modalités financières que le plan France THD » a expliqué la ministre. Le seul critère sera que l'école concernée ne dispose pas actuellement d'un débit correct. Une première liste d'établissements éligibles sera publiée début mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2014 à 12:55 :
Mouais, pourquoi pas, mais avant, il faudrait surtout leur apprendre à lire/écrire, compter, réfléchir ... et se méfier de toutes ces nouvelles technologies !
Réponse de le 23/11/2015 à 15:27 :
Plutôt que de donner l'habitude a nos enfants d évoluer dans un monde que nous , adultes ne maîtrisons pas. Il me semblerait plus utile et sécurisant de connecter les Parents a l école , que nous puissions conserver notre autorité parentale et constater l attitude de nos enfants et de leur professeurs. Cela réglerait sûrement beaucoup de problèmes de comportements .quel bénéfice pour des professeurs qui n auraient plus qu a enseigner!
a écrit le 07/02/2014 à 21:44 :
C'est beau tous ces enfants déjà dépendant de l'informatique. Les cours d'histoire il découvre la seconde guerre avec Call of Duty?
a écrit le 07/02/2014 à 7:56 :
En primaire, le but est d'apprendre à lire, écrire et compter. On voit au collège des jeunes qui n'ont pas ces bases. C'est plutôt au collège que l'on devrait investir. Le manque de moyen est affligeant alors qu'ils doivent faire des recherches, préparer de nombreux exposés et aller sur les sites éducatifs (technologie, géométrie...)
A 11 ans, les enfants qui n'ont pas eu d'ordinateurs en primaire s'habituent très vite aux nouvelles technologies.
a écrit le 06/02/2014 à 20:41 :
"lutter contre la fracture numérique !"
Ils ont distribué de PC et des tablettes à tous les collégiens du département ... et depuis les profs ont constaté une baisse de niveau qui part en vrille.
On suppose que les gamins ont mieux à faire désormais que de faire leurs devoirs !
a écrit le 06/02/2014 à 18:47 :
Enfin une bonne initiative !!! mais quid des collèges et lycées?
Réponse de le 06/02/2014 à 21:55 :
Et quand leur offrirons nous leur portable? Comme ça ils seront vraiment dépendant de la technologie. En plus ça les habituera pour plus tard quand l'écran aura les aura remplacer dans leur futur travail qu'ils n'auront pas. Ils pourront toujours s'occuper avec leur écran quand ils seront au chômage... Put... de technologie a tous va qui nous enterre. Perso je préfère largement les cours de sciences naturelles de ma jeunesse où on allait au parc municipal a la recherche de plante et d'animaux que l'on ne connaissait pas... Mais bon apparemment il est plus "moderne" de les voir virtuellement. On verra bien dans l'avenir si ils se souviendrons aussi bien de leurs cours que ceux qu'on a eu...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :