Samsung et BlackBerry démentent des rumeurs de rachat

 |   |  256  mots
Le ministre des Finances, Joe Oliver, a dit à la presse que toute tentative de rachat de BlackBerry serait examinée par le gouvernement fédéral.
Le ministre des Finances, Joe Oliver, a dit à la presse que toute tentative de rachat de BlackBerry serait examinée par le gouvernement fédéral. (Crédits : © Mark Blinch / Reuters)
Le numéro 1 des smartphones a estimé que les informations faisant part d'un rachat et de rencontre avec les dirigeants de BlackBerry était "sans fondement". Le constructeur canadien a également nié toute discussion.

Samsung tente-il de racheter BlackBerry ? À en croire un article de Reuters paru le mercredi 14 janvier au soir, une fourchette de prix entre 6 milliards et 7,5 milliards de dollars (entre 5,09 et 6,36 milliards d'euros) aurait été proposé par le constructeur sud-coréen. Selon une source proche de ces discussions et des documents consultés par l'agence britannique, Samsung espérerait mettre la main sur le portefeuille de brevets du fabricant canadien de smartphones.

Lors d'un rencontre la semaine passé entre des dirigeants des deux entreprises, Samsung aurait ainsi proposé une fourchette de prix initiale de 13,35 dollars à 15,49 dollars par action BlackBerry, ce qui représente une prime de 38% à 60% par rapport au cours récent, d'après cette même source.

Des informations "sans fondement"

Le titre BlackBerry coté à New York s'est envolé de près de 30%  à 12,60 dollars dans des volumes nourris après cette information. Une parti de cette hausse a toutefois été effacée après la clôture (+14,41%), BlackBerry ayant déclaré ne pas avoir engagé de discussions avec Samsung sur un possible rachat. La firme coréenne, qui a annoncé en novembre un partenariat dans le domaine de la sécurité avec le Canadien, a également démenti.

"Les informations de presse sur l'acquisition sont sans fondement", a déclaré un porte-parole.

Si les services du Premier ministre canadien Stephen Harper ont refusé de commenter l'information donnée par Reuters, le ministre des Finances, Joe Oliver, a toutefois dit à la presse que toute tentative de rachat de BlackBerry serait examinée par le gouvernement fédéral.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2015 à 16:26 :
Je pense que ce sont les brevets qui font aujourd’hui la valeur de la société, et le démenti est plus la pour dire « ….on n’est pas à vendre mais si vous proposer plus … pourquoi pas ».

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :