Apple cherche de nouveaux relais de croissance

 |   |  800  mots
Le groupe dirigé par Tim Cook (photo) vend de moins en moins d'iPhone. Et il en va de même pour les iPad ou les Apple Watch.
Le groupe dirigé par Tim Cook (photo) vend de moins en moins d'iPhone. Et il en va de même pour les iPad ou les Apple Watch. (Crédits : REUTERS/Lucy Nicholson)
La marque à la pomme affiche des résultats trimestriels en baisse, dans le sillage de la chute des ventes d’iPhone. Pour retrouver une croissance « stellaire », comme disent certains spécialistes, Apple fonde notamment de grands espoirs dans la réalité augmentée ou l'automobile.

Ce mardi, la marque à la pomme a publié des résultats trimestriels confirmant "l'urgence" de trouver un nouveau relais de croissance. Le groupe se mobilise pour préparer l'après-iPhone - dans un contexte d'arrivée à maturité de nombreux grands marchés comme la Chine -, dont la baisse des ventes entraîne de fortes chutes des bénéfices et des revenus. Le groupe informatique américain a écoulé 40 millions d'unités de son appareil vedette sur les trois mois achevés fin juin, troisième trimestre de son exercice décalé. C'est 15% de moins qu'un an plus tôt, et le second trimestre d'affilée de recul.

Le prix moyen de vente a aussi baissé, un signe selon les analystes que les consommateurs privilégient les modèles moins haut de gamme de la marque à la pomme, comme le plus petit et moins cher iPhone SE dont le patron du groupe, Tim Cook, a d'ailleurs salué le "lancement très réussi" fin mars. Résultat : le bénéfice net trimestriel a plongé de 27%, mais demeure faramineux, à 7,8 milliards de dollars. Idem pour le chiffre d'affaires, qui baisse de 15% à 42,4 milliards.

Vers un changement radical ?

L'iPhone n'est pas le seul appareil en vue d'Apple à montrer des signes de faiblesse. Les ventes trimestrielles de la tablette iPad sont également en baisse de 9% sur un an à 9,95 millions d'unités, et celles des ordinateurs Mac de 11% à 4,25 millions. Pour Neil Saunders de la société de recherche Conlumino, ces baisses généralisées sont "caractéristiques d'une entreprise qui, tout en ayant toujours beaucoup de succès, a simplement perdu l'avantage qui persuadait autrefois les consommateurs de renouveler en permanence leurs appareils pour d'autres plus coûteux".

"S'il veut revenir à une croissance stellaire, Apple a besoin soit d'un changement radical dans sa ligne de produits existants, soit de sortir un appareil totalement nouveau qui crée un tout nouveau marché", ajoute-t-il, évoquant "des créneaux technologiques émergents --comme la réalité virtuelle-- où Apple pourrait être à la pointe des développements".

Réalité augmentée et automobile

"La réalité augmentée peut être quelque chose d'énorme", a d'ailleurs assuré Tim Cook mardi aux analystes, indiquant qu'Apple y investissait "beaucoup". "Nous pensons qu'il y a des choses super pour les consommateurs et une très bonne opportunité commerciale", a-t-il expliqué, relevant que l'aspect primordial était de s'assurer que les produits de la marque à la pomme fonctionnaient bien avec ceux d'autres développeurs: "C'est la raison pour laquelle vous voyez tant d'iPhone dans la nature actuellement en train de chasser des Pokémons".

Tim Cook a aussi fait des commentaires de nature à alimenter les spéculations récurrentes sur un projet dans l'automobile ("Titan") en revenant sur l'investissement d'un milliard de dollars réalisé au printemps dans la société chinoise Didi, rivale du service américain de réservation de voiture avec chauffeur Uber.

Chute des ventes d'Apple Watch

"C'était un investissement inhabituel" pour Apple, a-t-il reconnu. Il a évoqué "un très bon investissement financier", mais aussi noté: "nous pensons qu'il y a des choses stratégiques que les deux entreprises peuvent faire ensemble sur la durée". En attendant, Apple n'a sorti récemment qu'une seule vraie nouveauté: sa montre connectée Apple Watch l'an dernier.

Il n'a jamais divulgué les chiffres de ventes, mais le cabinet de recherche IDC a estimé qu'elles avaient plongé de 55% sur le trimestre achevé fin juin, et la division à laquelle l'appareil est intégré a vu ses revenus diminuer de 16% sur un an. Faute de mieux, la direction d'Apple vante donc beaucoup ces derniers mois ses services comme Apple Pay (paiements) ou Apple Music, son offre de musique en ligne qui a justement annoncé mardi avoir commandé une série de 16 épisodes basée sur le populaire programme de CBS "Carpool Karaoke", où des célébrités allant d'Adele à Michelle Obama chantent dans un véhicule en train de rouler.

Des résultats supérieures aux prévisions

Apple peut en effet se féliciter d'une croissance de 19% ce trimestre dans les services. Avec seulement 6 milliards de dollars de chiffre d'affaires, c'est toutefois encore trop peu pour compenser le recul de tout le reste. L'action Apple gagnait malgré tout presque 7% vers 23h10 dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street. Les investisseurs applaudissaient le fait que les principaux résultats financiers soient supérieurs aux attentes des analystes.

Le bénéfice par action, qui sert de référence aux Etats-Unis, a notamment dépassé leur prévision moyenne de 4 cents, à 1,42 dollar. Et la prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours est également plus optimiste que prévu: Apple vise 45,5 à 47,5 milliards, quand les analystes tablaient jusqu'ici sur le bas de cette fourchette.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2016 à 12:34 :
Oui les chinois explosent les prix et ça fait très mal, ça ne va pas être simple pour eux, mais vu l'argent qu'ils ont en caisse et le peu de capacité d'innovation technologique qu'ils ont ils devraient ouvrir une banque plutôt.

C'est la fin de la grosse marge bénéficiaire dans la téléphonie, les chinois en ont sonné le glas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :