Bruxelles veut pousser les opérateurs à investir plus dans la fibre

 |   |  701  mots
« L’allégement de la régulation des réseaux fibre ouverts au co-investissement peut réellement changer la donne pour améliorer les déploiements de la fibre auprès des citoyens », estimait Pierre Louette, l’ex-directeur général adjoint d’Orange, en septembre 2016.
« L’allégement de la régulation des réseaux fibre ouverts au co-investissement peut réellement changer la donne pour améliorer les déploiements de la fibre auprès des citoyens », estimait Pierre Louette, l’ex-directeur général adjoint d’Orange, en septembre 2016. (Crédits : Rémi Benoit)
Le Parlement européen et les États membres de l’Union européenne se sont entendus, de manière informelle, sur une loi qui permettrait aux opérateurs historiques de bénéficier d’un allègement de la régulation en cas d’investissements dans les réseaux à très haut débit avec leurs concurrents.

Cela fait près de deux ans que le sujet fait l'objet de négociations et de pourparlers. En septembre 2016, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a indiqué qu'il était prêt à assouplir la régulation du déploiement des réseaux à très haut débit, dans la fibre en particulier, pour donner un coup d'accélérateur aux investissements. Pour Bruxelles, ce changement de politique vis-à-vis des télécoms vise à faire en sorte que le Vieux Continent ne prenne pas de retard dans les réseaux à très haut débit, qui coûtent énormément d'argent. Ce lundi, selon l'agence Reuters, le Parlement et les États membres ont finalement conclu un accord informel sur une loi à ce sujet. Celle-ci permettrait aux opérateurs historiques (comme Orange en France, Deutsche Telekom en Allemagne ou Telefonica en Allemagne) de bénéficier d'un assouplissement de la régulation dans le cas où ils investissent dans de nouveaux réseaux à très haut débit avec leurs concurrents.

Selon Reuters, cet accord a été conclu en fin de semaine dernière et serait en cours de finalisation. Plus concrètement, la dérégulation concernerait les opérateurs historiques qui s'entendraient avec un concurrent « pour déployer un nouveau réseau de fibres », ou « le financer sur une longue période en échange de l'accès à certains droits ». De quoi satisfaire, a priori, les Orange, Deutsche Telecom et autres Telefonica. Depuis des années, ceux-ci râlent contre leurs obligations d'ouvrir leurs réseaux fibrés à la concurrence à des prix encadrés. Lesquelles, à les écouter, ne permettraient pas un retour sur investissements suffisant.

Une nouvelle politique pour les télécoms

Ainsi, en septembre 2016, Pierre Louette, l'ex-directeur général adjoint d'Orange, a salué la volonté de la Commission d'assouplir la régulation concernant les réseaux à très haut débit. « L'allégement de la régulation des réseaux fibre ouverts au co-investissement peut réellement changer la donne pour améliorer les déploiements de la fibre auprès des citoyens », a-t-il lancé.

Quoi qu'il en soit, cet accord informel montre que Bruxelles veut franchement revoir sa politique dans le secteur des télécoms. Associé du cabinet d'affaires Jones Day et spécialiste des télécoms, Rémy Fekete estimait il y a près de deux ans, dans nos colonnes, que l'on assistait à « un changement de paradigme ».

Des obligations « handicapantes »

« Jusqu'à présent, la logique de la régulation des télécommunications de l'UE vise essentiellement à accentuer la concurrence dans un but de baisser les prix au profit du consommateur final, jugeait-il. [...] La régulation reposait notamment sur le principe à visée consumériste d'orientation des tarifs vers les coûts, ce qui au final, profite au consommateur. Le problème, c'est qu'il y a un autre enjeu dans les télécoms : il s'agit des liaisons de transmission. Or aujourd'hui, pour accéder au très haut débit, on en a besoin d'un maillage territorial, notamment en fibre optique. [De fait, les autoroutes de câbles en cuivre ou en fibre optique qui parcourent les pays sont indispensables pour accéder à l'Internet fixe. Mais elles le sont aussi pour le mobile car elles permettent de connecter les antennes mobiles au réseau, Ndlr] L'ennui, c'est que déployer de la fibre, c'est  compliqué : cela nécessite de nombreuses autorisations, et le coût des travaux est considérable. Or depuis longtemps, lorsque les opérateurs déploient leur propre réseau en fibre, pour lequel le retour sur investissement est relativement faible et lointain, ils sont encore soumis à des obligations de partage d'infrastructures, lesquelles handicapent l'attractivité de leurs investissements. »

Bruxelles semble, quoi qu'il en soit, faire son possible pour que l'UE ne soit pas trop à la traîne concernant le déploiement des réseaux à très haut débit. Et ce, notamment vis-à-vis des États-Unis et de la Chine, qui se livrent à un bras de fer pour déployer au plus vite la 5G, la prochaine génération de téléphonie mobile, perçue comme un avantage économique essentiel à plus long terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2018 à 13:20 :
voici le bon sens ( d’après moi) :

1) unifier les «  opérateurs » ( fusion des 4 opérateurs)
2) prix à la carte selon ressources des abonnés.
3) sanctionner tous les operateurs qui vendent «  encore » du adsl
4) inviter tous les pays européens de donner pour leur opérateur respectif 1/3 des investissements pour la fibre.
a écrit le 29/05/2018 à 11:08 :
Seul Orange investit dans la Fibre en France et cela n'empêche pas l'ARCEP, l'ADLC, Macron et 90% de la classe politique de continuer à vouloir casser l'ancien opérateur historique FT/Orange.
Les Télécoms en Europe grâce à l'idéologie suicidaire de la concurrence débile et non faussée de L'UE/Euro sont en miettes, avec la situation la plus critique en France où il y a 4 opérateurs, avec les prix les plus bas d'Europe, où l'investissement dans le THD fixe et mobile est à traîne, avec la multiplication des zones blanches, et où FT/orange a vu son CA baisser de 12 milliards d’Euros en 10 ans (je pense que SR a été nommé pour cela et il a parfaitement réussit à affaiblir FT/Orange), et FT Orange est passé en 25 ans de la 3e ou 4e place mondiale à la 12e place.
A l’inverse les USA ont reconcentré leurs opérateurs après la casse d’ATT en 7 ou 8 baby Bell, autour du duopole ATT/Verizon et DT vient de racheter Sprint : il y a donc seulement 3 opérateurs aux USA pour un marché 7 fois plus grand (DT lui a vu son CA progresser en 25 ans, et alors que le CA de DT et FT étaient similaires il y a 10 ans celui de DT fera bientôt le triple de celui d »’Orange).
Idem au Japon et en Corée du Sud où la pression règlementaire est inexistante.
Quant à la Chine communiste devenue N° 1 mondial de l’internet et des télécoms en partant de zéro il y a 20 ans avec seulement 3 opérateurs publics qui ne se font pas concurrence mais qui coopèrent entre eux sous la houlette de l’Etat communiste et des banques toutes publiques qui financent massivement les investissements dans la 5G et la fibre sur le plus grand réseau Internet du monde, full IP V6 et complètement indépendant de l’ICANN US. Que dire de Huawei devenu premier équipementier télécom mondial, dont le capital appartient en totalité à ses salariés et qui produit ses propres composants en Chine (contrairement à ZTE). Enfin cerise sur le gâteau la Chine communiste a ses propres GAFAM qui ont 90% de part de marché en Chine et qui tissent leur toile dans le monde…
En Face il n’y a plus rien en France : on a Macron avec ses opérations de com. qui ne servent strictement à rien (de la poudre de perlimpinpin) en faisant venir les PDG des GAFAM US à Paris (les GAFAM qui ne payent quasiment pas d’impôts en France et en Europe et nous espionnent tous les jours bien plus que pour faire des affaires mais aussi pour transmettre leurs informations à la CIA et à la NSA).
Et Macron fait de même avec les transports publics en cassant la SNCF, EDF, GDF et la Poste, etc…
On va recta à un effondrement économique de la France, de l’Europe et même des USA qui se fera très largement dépassé par la Chine communiste.
McCarthy a tué le cinéma US, Reagan, Thatcher, Blair, Sarkozy, Hollande et maintenant Macron auront eux-mêmes tué le capitalisme occidental par idéologie suicidaire ultralibérale aveugle, et court-termiste.
Je pense même que Macron comme Trump ne finiront pas leur mandat devant le désastre économique auquel ils auront eux-mêmes conduit leur pays.
a écrit le 28/05/2018 à 19:52 :
Le Centralisme bruxellois a besoin de la fibre pour imposer son bon vouloir!
a écrit le 28/05/2018 à 19:26 :
Mais comme les actionnaires milliardaires évadés fiscaux grâce justement à nos dirigeants européens sont habitués à ce que leurs investissements aussi soient payés par le contribuable ben comme d'habitude, ils feront le minimum pendant que notre argent complètera.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :