Les opérateurs télécoms ont investi près de 10 milliards en 2017, record absolu

 |   |  591  mots
L'Arcep se félicite de ce niveau d'investissement.  Il y a deux ans, j'invitais les opérateurs à  casser leur tirelire  pour répondre aux enjeux de couverture du territoire et au retard de connectivité pris par la France. Avec 9,6 milliards d'euros d'investissements, une réponse du secteur se présente pour résorber le retard, et se mettre au niveau des besoins du pays en infrastructures  déclare Sébastien Soriano, président de l'Arcep.
L'Arcep se félicite de ce niveau d'investissement. " Il y a deux ans, j'invitais les opérateurs à " casser leur tirelire " pour répondre aux enjeux de couverture du territoire et au retard de connectivité pris par la France. Avec 9,6 milliards d'euros d'investissements, une réponse du secteur se présente pour résorber le retard, et se mettre au niveau des besoins du pays en infrastructures " déclare Sébastien Soriano, président de l'Arcep. (Crédits : Arcep)
Les quatre opérateurs de réseaux fixe et mobile français ont investi près de 10 milliards d'euros (9,6 milliards d'euros) en 2017 dans le déploiement de leurs réseaux, hors rémunération des fréquences, un montant record, selon l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep). La fibre (réseau fixe très haut débit) en est la principale bénéficiaire. Les abonnements progressent particulièrement dans le mobile. Seul l'emploi est en berne, l'année ayant été marquée par un plan de départs chez SFR d'environ 5.000 personnes.

L'an dernier, à la même période, l'Autorité de régulation des télécoms (l'Arcep) sermonnait les opérateurs de téléphonie mobile, les exortant à poursuivre le déploiement de la 4G, aucun d'entre eux ne couvrant plus des deux tiers du territoire avec cette technologie.

Lire aussi : Couverture 4G : les investissements de SFR paient, Free bon dernier

Cette année, l'Arcep salue le montant record des investissements réalisés par les quatre opérateurs de réseaux fixe et mobile français. Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ont investi près de 10 milliards d'euros (9,6 milliards d'euros) en 2017 dans le déploiement de leurs réseaux, hors rémunération des fréquences, un montant record, selon l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep).

télécoms, investissement, opérateurs, couverture, Arcep, 4G, fixe, mobile, réseau très haut débit, SFR, Orange, Bouygues Telecom, Free

[Cliquer sur le graphique pour l'agrandir. Source: Arcep]

Les 4 opérateurs ont augmenté de 7,5% leurs investissements

Durant l'année écoulée, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ont augmenté de 7,5% leurs investissements, pour près de 40% dans la boucle locale fixe et mobile, la partie de ligne allant du répartiteur à la terminaison chez le client ou jusqu'à l'antenne mobile, selon les chiffres publiés par l'Autorité dans son observatoire annuel des marchés fixes et mobiles.

"Il y a deux ans, j'invitais les opérateurs à +casser leur tirelire+ pour répondre aux enjeux de couverture du territoire. Une réponse du secteur se profile pour résorber le retard et se mettre au niveau des besoins du pays en infrastructures", a commenté le président de l'Arcep, Sébastien Soriano, cité dans un communiqué.

Le déploiement de la fibre (réseau fixe) principal bénéficiaire

Dans le détail, les opérateurs ont investi 6,6 milliards d'euros dans les réseaux fixe, en particulier dans le déploiement de la fibre (FttH), et 3 milliards d'euros dans les réseaux mobiles.

Sur l'année écoulée, le marché des télécoms est quasi stable (-0,4%) après plusieurs années de décroissance, 36,16 milliards d'euros, grâce notamment à une légère progression du marché mobile (+0,2%) qui compense partiellement la baisse du marché fixe.

"Le cycle de la baisse s'achève, les fondamentaux sont positifs et le secteur a tourné la page de la décroissance", a souligné M. Soriano.

Un retour à la croissance porté à la fois par une accélération de l'adoption du très haut débit, fixe (FttH) comme mobile (4G), et avec des usages sur internet mobile qui se développent rapidement.

Hausse des abonnements au très haut débit et à la 4G

Le nombre d'abonnements sur très haut débit fixe, via le FttH, ont en effet progressé de 1,1 million d'unités en 2017, pour représenter désormais 3,3 millions d'abonnés soit 12% des accès internet fixe en France.

Sur le mobile, le nombre de clients 4G a progressé de près de 10 millions en un an, pour atteindre 41,6 millions d'abonnements, soit plus de 60% du nombre total de cartes SIM.

L'emploi en berne

Une adoption qui entraîne une forte augmentation de l'usage de données sur mobile: 2,7 Gigaoctets (Go), contre 1,2 Go en 2016, par client et par mois et même 4,8 Go en moyenne pour les clients 4G chaque mois, contre 2,8 Go un an plus tôt.

L'emploi dans le secteur poursuit en revanche sa décrue, avec une baisse de 2,5% des effectifs, qui atteignent 112.675 salariés, alors que l'année a été marquée par un plan de départs volontaires chez SFR qui a concerné environ 5.000 personnes.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2018 à 23:57 :
Et ils auraient pu investir encore davantage s’ils ne faisaient pas des gaspillages industriels comme Orange au lieu de traiter correctement leurs salariés et ainsi améliorer leurs performances économiques et sociales
a écrit le 22/05/2018 à 12:24 :
On ne peut que déplorer une baisse drastique de la qualité des infrastructures qui font que vous payez le même prix de l'abonnement internet à la campagne qu'à la ville pour un débit 100 fois moindre à la campagne.

Du temps du service public ces disparités de services n'existaient pa, les multinationales investissent là ou ça rapporte beaucoup de fric oubliant la moitié de la population française.

Parce que la 4g de bouygues pour 30 euros pour 200 gigas max c'est de l'arnaque, 200g c'est minable.

Bref, les idéologues néolibéraux sont à la barre croyant en des concepts n'ayant fait que prouver leur nuisance citoyenne.
a écrit le 22/05/2018 à 11:22 :
L'ARCEP et donc Macron sont dans de sales draps pour les télécoms en France.
Un marché à 4 opérateurs et même à 3 je pense, n'est plus tenable en France justement parce que cela ne permet pas l'investissement sur le THD contrairement à ce qu'avance les ultralibéraux Soriano et Macron.
Résultat : seul Orange investi sur la Fibre en France avec un impact sur sa rentabilité tout en reconstituant un monopole de fait (indispensable pour les réseaux à mon avis).
Et en plus les 4 opérateurs se font la course aux baisses de prix sans fin concurrence débile et non faussée oblige.
En Allemagne et aux UK il n'y a plus que 3 opérateurs.
Aux USA bientôt plus que 3 opérateurs dans un marché 7 fois plus grand idem au Japon.
En Chine 3 opérateurs publics qui ne font pas réellement concurrence (plus de la coopération sous la houlette de l'Etat communiste qui pilote et finance massivement les investissements sur un seul réseau (c'est beaucoup plus efficace, et cela se voit en 20 ans la Chine communiste partie de rien est aujourd'hui N°1 des télécoms avec Huawei, le premier réseau Internet complètement indépendant de l'ICANN US, et ses propres GAFAM Chinois donc).
Et je pense que les USA vont encore reconcentrer leurs opérateurs (réseaux, TV et médias) pour faire face à la montée en flèche des géants Chinois. Pour l’Europe et plus particulièrement la France, je pense que la partie est déjà perdue.
La seule question est de savoir si grâce à Macron ce sera un géant Chinois, US ou nippon qui nous croquera).
Et je pense que cela est vrai dans tous les domaines industriels (Energie, Transports, automobile, etc..) surtout après la casse programmée de la SNCF et d’EDF.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :