Clap de fin pour le porte-monnaie électronique Moneo

 |   |  478  mots
Toutefois, il reste à Moneo son activité dans la restauration avec Moneo Resto. Il annonce 45.000 porteurs de cartes à puces dotées de ce service et se revendique numéro des cartes titres-restaurant.
Toutefois, il reste à Moneo son activité dans la restauration avec Moneo Resto. Il annonce 45.000 porteurs de cartes à puces dotées de ce service et se revendique numéro des cartes titres-restaurant. (Crédits : Reuters)
Créé en 1999, ce système de paiement intégré dans une carte bancaire sera inutilisable dans quelques semaines. Jugé complexe d'utilisation, le service a également subi une concurrence rude.

Après sa création, il y a quinze ans, le service de porte-monnaie électronique Moneo va disparaître. Le Crédit agricole et HSBC ont prévenu leurs clients que le service ne serait plus disponible. La filiale française de l''établissement britannique a annoncé qu'il serait impossible de recharger les cartes aux bornes ou guichets le 10 juin, encourageant ses clients à retirer les sommes placées.

Au début du mois, les caisses régionales du Crédit Mutuel Massif Central, Sud Ouest et de Bretagne avait déjà indiqué qu'elles mettaient fin à leur collaboration avec Moneo pour ce service.

Moneo, qui avait déjà perdu ses activités parcmètres et celles liées à la carte étudiant (encore utilisé par les étudiants, le service prendra fin dans quelques mois), a lui-même annoncé sur son site la fin du porte-monnaie électronique. "Il n'y plus de chargement possible après le 30 juin 2015", pour les particuliers et que le remboursement du du solde "sera possible sur les bornes ou sur tout dispositif affichant le logo Moneo et proposant ce service jusqu'au 28 juillet 2015".

La fin du marché des étudiants est fatale

Le porte-monnaie électronique a notamment pâti de l'arrivée du système de paiement Izly, qui sera d'ailleurs adopté à la rentrée 2016 dans les universités par les 28 Crous (centre régional des œuvres universitaires).

Serge Ragozin, directeur général de Moneo Payment solutions explique à La Tribune:

"Comme le marché des étudiants représente plus de 90% des transactions du porte-monnaie électronique Moneo, il est clair qu'il n'est pas viable de continuer cette carte pour les 10% des transactions restantes qui concernent des petits achats dans les commerces notamment. Nous avons dû prendre la décision d'arrêter ce système, au début de l'année. Nous avons informé nos clients de cette décision le 2 mars dernier."

Un service jugé complexe d'utilisation

En outre, l'utilisation du porte-monnaie était jugée complexe :

"D'une part, les utilisateurs devaient charger leur carte, ce qui est moins pratique que le paiement sans contact, et d'autre part, les commerçants devaient acquitter une commission supplémentaire", explique Maxime Chipoy, responsable du service des études chez UFC-Que Choisir, sur le site du Parisien.

En effet, le paiement sans contact progresse lentement mais sûrement en France. Au total, 70 millions de transactions "sans contact" ont été réalisées dans l'Hexagone l'an dernier, essentiellement avec des cartes bancaires compatibles.

Moneo Resto, un pari gagnant ?

Toutefois, il reste à Moneo son activité dans la restauration avec Moneo Resto. La société avance 45.000 porteurs de cartes à puces dotées de ce service et se revendique numéro un des cartes titres-restaurant.

"Ce marché est beaucoup plus important en terme de taille, il concerne 3,5 millions de salariés", assure Serge Ragozin.

    Lire aussi >> Du papier à la carte à puce : la nouvelle vie du ticket resto

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2015 à 18:58 :
Les banques ont réussi le tour de force de faire payer celui qui reçoit le paiement et celui qui le réalise!
On comprend pourquoi, il y a quelques années, elles ont "capitulé" lorsque l'Etat exigeait la gratuité des chèques! Elles, elles savaient que ce moyen de paiement été voué à diminuer fortement.
Dans l'aviation de combat, cela s'appelle des leurres!
Réponse de le 22/04/2015 à 14:04 :
"faire payer" ben oui, c'est un service ! Éviter à la banque de brasser des pièces, c'est un service moderne "offert" aux clients donc payant.
Les commissions de CB versées au groupement CB par les commerçants lors des achats (négociées par les grands vu les volumes et les sommes) sont partagées avec la banque émettrice. Faire payer la CB chaque année assure quand même une rente à la banque si jamais on ne l'utilise pas (ma banque en ligne exige que la CB Gold gratuite serve, sinon, trois mois sans achats et elle peut être supprimée). Service, service.
a écrit le 21/04/2015 à 14:56 :
Quel est l’intérêt de ces nouveaux moyens de paiement ? Se faire mieux tracer ? Pouvoir se faire hacker sa carte ? Payer plus cher ?
Ces « services » ne sont utiles qu’à ceux qui les proposent et qui se gavent en commissions toutes plus injustifiées les unes que les autres.

Un bon vieux porte-monnaie avec des pièces et des billets, il n’y a que ça de vrai.
a écrit le 21/04/2015 à 7:03 :
Attention paiement par carte =trassage vous étés tous surveillés Rappel de Charras qui explique qu il faut toujours payer en liquide (Charras ancien ministre socialiste)
a écrit le 21/04/2015 à 2:48 :
Et allez! Encore un petit coup de pouce pour le sans contact. Ah, il n'y a pas à dire, ils ont le bras long et veulent à tout prix nous l'imposer. Même si on n'en veut pas. Pour témoin ces CB qui intègrent automatiquement ce petit plus... Vérifiez la vôtre.
Réponse de le 21/04/2015 à 15:46 :
Je crois que certaines banques fournissent la CB qui peut fonctionner sans contact mais le service est désactivé par défaut, à vous de l'activer si vous voulez, c'est au moins disponible par "construction". Comme la clim dans une voiture, si elle sait le faire, à vous de l'activer ou non.
a écrit le 20/04/2015 à 17:54 :
encore une pseudo-modernité pour e.pigeon.....
a écrit le 20/04/2015 à 14:11 :
Dommage, cette petite carte bleue était bien pratique pour payer son pain, son carnet de timbres, son journal ou son parcmètre. Je sélectionnais même "mes" commerçants grâce à ça. Mais avec le temps, de moins en moins de commerçants l'ont proposé : trop cher, car ils paient une commission. L'avantage était pourtant l'assurance d'être payé, et pas de monnaie à compter. Quant au paiement sans contact, en 1999, quand la Moneo a été mise en place, je pense que le "paiement sans contact" n'était pas effectif. On va retourner au bon vieux porte monnaie et aux pièces jaunes...
Réponse de le 21/04/2015 à 15:48 :
Si le boulanger doit augmenter le prix du pain de 5cts pour payer la commission de la banque, pourquoi pas... Ils ont faim, les banquiers.
a écrit le 20/04/2015 à 14:02 :
Pour Monéo comme pour le paiement sans contact, le principal frein n'est pas technologique mais économique. Tant que les banques continueront à se gaver en commissions sur les paiements, les petits commerçants continueront à privilégier l'argent liquide. Et les Français aussi!
Réponse de le 21/04/2015 à 11:28 :
l'argent liquide a aussi ce bel avantage d’être utilisable... sans avoir une banque (outre le fait d’être anonyme).
Je me souviens d'un passage à Londres où les banques me disaient qu'elles ne traitaient qu'exclusivement avec .... leur clients.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :