Comment e-cinema.com veut imposer une alternative aux salles obscures

 |   |  948  mots
Roland Coutas, Bruno Barde et Frédéric Houzelle, les trois hommes derrière la nouvelle plateforme e-cinema.com, lancée le 8 septembre.
Roland Coutas, Bruno Barde et Frédéric Houzelle, les trois hommes derrière la nouvelle plateforme e-cinema.com, lancée le 8 septembre. (Crédits : E-cinema.com)
Cette nouvelle plateforme française va sortir à partir de la mi-septembre un film par semaine, tous les vendredis, directement sur sa plateforme. Elle compte aussi se lancer dans la production

700 films sortent tous les ans au cinéma, mais les Français en voient en moyenne 3,5. Et la plupart restent en salles à peine une ou deux semaines. Pour Frédéric Houzelle, fondateur du groupe de production Atlantis, numéro un en Europe, un constat s'impose:

"Les Français aiment le cinéma, mais la plupart des films ne trouvent pas leur public. Il faut donc réinventer la manière dont on consomme le cinéma en prenant en compte les nouveaux usages numériques", indique-t-il.

Effectivement, si la sortie au cinéma s'est imposée comme un rituel pour de nombreux Français, leur fréquentation est limitée par trois facteurs: les contraintes personnelles familiales (enfants en bas-âge...), géographiques (inégalité d'accès aux salles obscures hors des grandes villes, distance), et financières (coût des billets et du déplacement). D'un autre côté, l'évolution des usages, notamment sous l'effet d'acteurs du Net comme Netflix et Amazon Prime Video qui produisent et diffusent de nombreux films et séries, popularise un nouveau mode de consommation, connu sous l'acronyme Atawad (AnyTime, AnyWhere, Any Device, c'est-à-dire n'importe quand, n'importe où, sur n'importe quel support).

Un film en VOD tous les vendredis à 14h

Parallèlement à l'ouverture du Festival de Cannes, l'entrepreneur présente donc sa solution: e-cinema.com, une nouvelle plateforme en VOD (vidéo à la demande) qu'il a cofondée avec l'entrepreneur e-commerce Roland Coutas (Travelprice.com, Telemarket.fr).

A partir du 8 septembre, le site tentera d'imposer un nouveau rendez-vous aux cinéphiles: la sortie d'un film en VOD sur son site, tous les vendredi à 14h. "Il s'agit de garder le côté événement avec la sortie d'un film par semaine, mais sans concurrencer le système d'exploitation actuel ni même de remplacer la sortie au cinéma par un modèle low-cost", précise l'entrepreneur.

E-cinema.com sera ainsi une offre alternative, permettant au public de voir davantage de films inédits, jamais sortis en salle mais "de qualité cinéma", hors des salles obscures. De quoi, selon Frédéric Houzelle, favoriser le retour à "une plus grande diversité de l'offre cinématographique".

Un billet à 4,99 euros, le film disponible pendant 12 semaines

Concrètement, l'utilisateur aura le choix entre deux modèles: l'achat d'un billet à l'unité pour 4,99 euros (mais qui peut bénéficier à toute la famille), ou d'un "pass liberté", sur le modèle des cinéma UGC ou Gaumont, à 9,99 euros par mois. A partir du moment où le film est mis en ligne (le vendredi à 14h), celui-ci est disponible pendant 12 semaines 24 heures sur 24, sans horaire de séance.

52 films, tous inédits en salle mais pas forcément inédits sur d'autres plateformes, seront "projetés" chaque année. La ligne éditoriale se veut proche de celle de Netflix: "un élitisme pour tous", d'après Frédéric Houzelle, c'est-à-dire un mélange de films grand public de qualité et de films de genre. La sélection sera assurée par Bruno Garde, le "monsieur cinéma" de la plateforme, ancien d'UGC et ex-directeur artistique de plusieurs festivals prestigieux (Deauville, Beaune, Marrakech, Gérardmer).

La qualité des films sera-t-elle suffisante pour garantir le succès ?

Sur le papier, l'initiative paraît prometteuse. Mais son succès dépendra de la qualité des films diffusés. Or, contrairement à Netflix ou à Amazon, qui investissent plusieurs milliards de dollars par an dans leurs contenus, e-cinema.com ne joue clairement pas dans la même cour. "Nous ne nous situons pas dans l'économie actuelle du cinéma et nous ne pouvons pas mettre 5 milliards d'euros sur la table tous les ans comme Netflix", admet Frédéric Houzelle.

E-cinema.com va en réalité acheter des films qui n'ont pas trouvé preneur au cinéma, à des prix réduits. Mais Frédéric Houzelle se défend de cibler la "deuxième division" du cinéma.

"Contrairement à ce qu'on pourrait penser, de plus en plus d'excellents films, notamment une grande partie de ceux projetés dans des festivals majeurs comme Deauville, Berlin, Toronto et même Cannes, ne trouvent pas de diffuseur cinéma, tout simplement car l'offre de films est largement supérieure au nombre de films que les salles de cinéma peuvent diffuser tous les ans", explique-t-il, tout en promettant de grands noms, devant et derrière la caméra, dans les films que la plateforme a déjà acquis.

La plateforme veut aussi diversifier son offre -des films français, européens, américains, mais aussi sud-américains, moyen-orientaux et asiatiques- et travailler avec des distributeurs spécialisés dans le e-cinéma. Enfin, si, dans un premier temps, e-cinema.com ne fera qu'acheter des droits d'exploitation de films inédits au cinéma, elle compte ensuite co-produire des films. "Il ne faut pas oublier que sur dix projets de films, huit tombent à l'eau. On va en récupérer quelques uns", affirme Frédéric Houzelle.

Une levée de fonds d'environ 5 millions d'euros d'ici à la fin de l'année

E-cinema.com refuse de révéler le montant des sommes investies dans l'achat des films diffusés sur la plateforme. Pour l'heure, l'entreprise fonctionne sur ses fonds propres -elle a déjà acquis une trentaine de films-, et envisage une levée de fonds, d'environ 5 millions d'euros, d'ici à la fin de l'année. Elle mise sur une adoption massive de sa plateforme, grâce à l'attrait des films qu'elle proposera à partir du 8 septembre.

Pour développer sa popularité, la plateforme va aussi diffuser dès son lancement un magazine hebdomadaire de 26 minutes sur le cinéma, ainsi qu'un blog et des chaînes YouTube.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :