Conditions de travail à La Poste : des experts tirent la sonnette d'alarme

 |   |  562  mots
Les cabinets fustigent les réorganisations permanentes qui réduisent les effectifs et soumettent les agents à des cadences accélérées, du courrier au colis, du réseau à la banque
Les cabinets fustigent les "réorganisations permanentes qui réduisent les effectifs et soumettent les agents à des cadences accélérées", du "courrier au colis, du réseau à la banque" (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Dans une lettre ouverte, huit cabinets d’experts évoquent une "aggravation de la pénibilité physique", des "cas de suicides", des "situations de détresse individuelle", de "fréquents conflits ouverts entre agents" et "un climat social délétère" au sein du groupe.

À les entendre, rien ne va plus. Huit cabinets réalisant des expertises pour le compte des CHSCT de La Poste ont adressé une lettre ouverte au président du groupe, Philippe Wahl, pour "sonner l'alarme" sur la dégradation des conditions de travail et de la santé des agents et le "mépris du dialogue social", a-t-on appris de sources concordantes. Dans cette lettre datée de jeudi, dont l'AFP a eu copie, ces cabinets d'experts (Aptéis, Aristée, Cedaet, Eretra, Ergonomnia, Indigo Ergonomie, Social Conseil, Odyssée) dénoncent "la dégradation des conditions de travail et le mépris du dialogue social manifesté dans les différents secteurs et aux différentes échelles du groupe", parlant d'une "situation préoccupante du fait de la rapide dégradation de l'état de santé des agents".

Ils évoquent une "aggravation de la pénibilité physique", des "cas de suicides", des "situations de détresse individuelle", de "fréquents conflits ouverts entre agents" et "un climat social délétère". En cause, selon eux, les "réorganisations permanentes qui réduisent les effectifs et soumettent les agents à des cadences accélérées", du "courrier au colis, du réseau à la banque", malgré les "recommandations du rapport Kaspar de 2012", après le suicide de deux cadres.

Pour prescrire le travail, affirment encore ces experts, "les directions de proximité doivent s'appuyer sur des "modélisations statistiques" ne correspondant pas à la réalité du terrain, "qu'elles-mêmes ne savent pas expliquer". Interrogé par l'AFP, l'un d'entre eux, Nicolas Spire, évoque des "logiciels qui calculent tout à la minute près, sans rapport avec la réalité des tournées des facteurs", qu'il accompagne régulièrement, "une pression permanente, des réprimandes, humiliations".

"Une organisation du travail qui s'est emballée"

Il décrit "une organisation du travail qui s'est emballée dans ses modes de réorganisation et d'encadrement", parle de "situation proche du cataclysme" qu'il compare à la crise sociale de France Telecom en 2008-2009, touchée par une vague de suicides. M. Spire se refuse cependant à avancer des chiffres précis sur les cas de suicide, qui restent pour lui la "pointe de l'iceberg", mais il évoque "un taux d'absence en pleine recrudescence, des maladies et des départs". Les experts accusent aussi la direction de La Poste de refuser le dialogue social, ce qui se traduit par "des grèves dans de nombreux sites", et de faire entrave aux CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et conditions de travail) qui commanditent enquêtes et expertises et "constituent quasiment le seul contre-pouvoir institutionnel".

Interrogée par l'AFP, La Poste dit avoir pris connaissance de cette la lettre "avec beaucoup de sérieux" et vouloir proposer "dès la semaine prochaine" de rencontrer les experts. "La politique de La Poste est de contribuer à la bonne réalisation des expertises votées par les CHSCT et de tenir compte de leurs conclusions", ajoute-t-elle, disant compter "748 CHSCT qui ont demandé la réalisation de 66 expertises en 2015 sur tout le territoire (il y en avait 103 en 2013)".

"Sur les huit cabinets d'expertise signataires de la lettre rendue publique ce jour, quatre d'entre eux n'ont réalisé aucune expertise à La Poste en 2015. Les 4 autres ont réalisé 10 expertises locales à La Poste en 2015", conclut-elle.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2018 à 17:40 :
A votre service que j’ai souhaité un jour dépose une somme d’argent qui vaut 40 000 € et puis, ses jours je voudrais recevoire une justification de la somme déposer sur la a boite email de mon cousin et merci.
Marocaine qui porte le matricul F413529• identité.
a écrit le 28/10/2016 à 17:02 :
Comme chez France Télécom (devenu Orange) les techniques managériales venues en direct des États-Unis font de très gros dégâts. Explication dans : ENCADRER UNE ÉQUIPE livre (160 p) édité à la Chronique Sociale. En vente dans toutes les librairies de France, Belgique et Suisse.
a écrit le 16/10/2016 à 9:03 :
Tout le monde semble ignorer que le but est de privatiser ou liquider la poste!
Réponse de le 16/10/2016 à 18:39 :
Cela serait normal quelle soit privatisée , également établir des règles de concurrence de transport et distributions postales . Car on n'ai jamais sur qu'une lettre ou colis arrivent à bon port , j'en ai fait les frais à mon fort détriment .
a écrit le 16/10/2016 à 8:38 :
Pour éviter de recevoir de la pub débile par courrier du style " vous avez gagné le grand prix de mots-croisés, vous avez gagné 20 000"… que vous ne recevrez jamais.

La Poste a mis en place une liste [liste Robinson] où il suffit de s'inscrire gratuitement et on ne reçoit plus ces pub qui allaient directement au panier.

A bon entendeur…
a écrit le 15/10/2016 à 18:29 :
Si les conditions sont mauvaises à La Postes que devrait dire les salariés du privé du secteur entreposage messagerie transport car eux ne sont pas fonctionnaires et travaillent dur depuis des années. Il vaut mieux dire que l'on demande aujourd'hui aux agents de La Poste d'être productif comme dans le secteur marchand. Il faut dire aujourd'hui au postiers le pantouflages c'est finis l'état ne paye plus à fond perdu malgré un semblant de privatisation puisque La Poste garde un certain monopole
a écrit le 15/10/2016 à 10:45 :
Il ne faut pas rêver: il y aura de moins en moins de lettres à distribuer. Tout ce que nous recevions, il y a peu, chaque mois est désormais envoyé par email ou bien peut être télécharger à partir d'un compte intranet: EDF, GDF, relevé bancaire, Sécurité Sociale, téléphone fixe et mobile, fournisseur d'eau.

La correspondance privée ou professionnelle passe par l'email ou les messageries instantanées. Les messages sont reçus en quelques instants même lorsque le destinataire se trouve à l'autre bout du globe.
Les avocats par exemple - gros et grands rédacteurs de documents - utilisent un Réseau Privé Virtuel.
Même l'Etat s'y est mis avec les impôts.

Que va-t-il rester à terme ?

La question du cout, de l'intérêt d'un passage du facteur chaque jour mérite d'être posée.
Réponse de le 15/10/2016 à 13:36 :
La Poste est confrontée à un pouvoir politique en dehors des réalités qui l'empêche de se réorganiser convenablement en fonction du concret.

La distribution 6 jours sur 7 est une aberration. Qui aujourd'hui attend son courrier le samedi ?

N'y a t-il pas cette journée à supprimer pour permettre aux postiers de souffler un peu et de permettre un redéploiement des effectifs qui satisferaient à la fois les personnels, l'entreprise publique et les usagers qui ne sont plus demandeurs du passage le samedi ?

Cela permettrait un ajustement des effectifs sans surcharger et faire faire un travail inutile aux postiers. Les politiques (droite et gauche) peuvent claironner que le courrier est distribué 6 jours sur 7 et qu'on a un service public formidable sans se soucier de la façon dont la direction de la Poste est obligé de jongler avec des contraintes financières intenable pour leur faire plaisir, mais ce sont eux les principaux responsables qui se défausseront sur la direction de la Poste dès que la situation qu'ils ont créé commencera à faire trop de vagues.
Réponse de le 15/10/2016 à 15:26 :
Si la décision d'une absence de travail le samedi est difficilement envisageable pour la France / La Poste "d'en haut", que peut-il en être d'une tournée 1 jour sur 2 sur un secteur différent ?
Réponse de le 16/10/2016 à 9:50 :
Je boycotte ma B.P le vendredi et le samedi, pour ne pas risquer de me miner jusqu'au lundi, celà peut-etre une réception de problèmes, que je ne pourrai pas traiter avant le lundi : je les laisse jusqu'au lundi pour les considérer efficacement, sans m'abimer la santé, et nuire à la Famille.
Alors 10% AN de hausses des tarifs postaux grand public : 40% !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! en 4 ans, A ANNULER !!!!!!!!!!!!!!!!!!, par fermeture intégrale des postes les vendredi et samedi, et répartir leurs 35H sur 4 jours du lundi au jeudi : travail de 6h à 14H45 non stop.
a écrit le 15/10/2016 à 10:05 :
Cela ressemble plus à une démarche très politique de ces cabinets plutôt qu'à quelque chose d'objectif ! On a vu dans la presse, que le nombre de suicides à la Poste était inférieur à la moyenne nationale. Alors qui croire ???
a écrit le 15/10/2016 à 8:25 :
Si ce n'était qu'à la poste, dans un grand groupe privé où je bosse, c'est pareil !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :