La mutation de La Poste a-t-elle enfanté un malaise social ?

 |   |  836  mots
A l’AFP, Stéphane Chevet, secrétaire national en charge de La Poste à la CFDT,  il y aurait notamment « un vrai souci sur les accidents du travail au courrier », qui seraient en forte hausse.
A l’AFP, Stéphane Chevet, secrétaire national en charge de La Poste à la CFDT, il y aurait notamment « un vrai souci sur les accidents du travail au courrier », qui seraient en forte hausse. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Alors que les syndicats s'inquiètent de cas de suicides, d’AVC ou d’accidents du travail de postiers, La Poste vient de lancer une "négociation nationale" sur leurs conditions de travail. Sachant que le groupe, qui taille dans ses effectifs dans le sillage du déclin du courrier et cherche son salut dans de nouveaux services, essuie à ce sujet des critiques de plus en plus vives.

Il s'appelait Charles Griffond, il avait 53 ans. Postier pendant 34 ans dans le Haut-Doubs, il a fini par se suicider. Désespéré, miné par des conditions de travail qu'il ne supportait plus, il a laissé derrière lui deux lettres pour dénoncer les pratiques de son employeur. L'une pour sa famille, et l'autre pour L'Est Républicain. Dans cette missive, publiée fin août par le quotidien régional, il accuse La Poste de l'avoir poussé à bout :

"Depuis trente-quatre ans, j'ai exercé mon métier avec l'amour de mon travail et de mes clients. Mais, depuis quelques années, La Poste a petit à petit détruit ses employés, les vrais postiers, ceux qui avaient le contact avec les gens. En ce qui me concerne, ils m'ont totalement détruit. Depuis décembre 2015, je suis en arrêt de travail et je souffre intérieurement le martyre. Personne, ni de mes collègues ou de ma hiérarchie, n'a pris de mes nouvelles. Alors bougeons avec La Poste et mourrons grâce à La Poste".

"Un vrai souci sur les accidents du travail"

D'après les syndicats de La Poste, les conditions de travail se sont dégradées. A l'AFP, Stéphane Chevet, secrétaire national en charge de La Poste à la CFDT, déplore "un vrai souci sur les accidents du travail au courrier", qui seraient en forte hausse. Il cite notamment "l'absentéisme" et "la charge de travail", qui seraient en forte hausse. D'après RTL, des experts indépendants, désignés par les comités d'hygiène et de sécurité de la Poste, se sont récemment alarmés d'une "dégradation de l'état de santé des agents". Et d'après une enquête menée par la radio, "au moins neuf facteurs se sont suicidés ces trois dernières années". Pour autant, ces chiffres n'émanent pas d'une étude scientifique sur les suicides à La Poste. En France, d'après l'Observatoire national du suicide, il y en aurait environ 10.000 par an, soit 16,7 pour 100.000 habitants.

Reste que le suicide de Charles Griffond en rappelle un autre : celui, en 2009, d'un salarié marseillais de France Telecom (aujourd'hui Orange). Dans une lettre, celui-ci mettait en cause l'opérateur historique. "Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom. C'est la seule cause", a-t-il écrit. Avant de dénoncer un "management de la terreur", dans un climat d'"urgence permanente" et de "surcharge de travail".

A l'époque, France Telecom avait connu une vague sans précédent de suicides. L'opérateur, qui a depuis été mis en examen pour harcèlement moral, avait engagé une grande "transformation" pour adapter l'entreprise à l'ère du mobile et de l'Internet. Laquelle visait, notamment, à restructurer le groupe via la suppression de 22.000 postes.

Une négociation à venir au service courrier

Sous ce prisme, on peut se demander si une nouvelle affaire France Télécom n'est pas en train d'émerger. Quoi qu'il en soit, la direction de La Poste a fini par réagir. Ce mardi, elle a annoncé le lancement d'une "négociation nationale avec les organisations syndicales sur les métiers et les conditions de travail des facteurs et des encadrants au sein des activités services-courrier-colis", dit l'AFP. Pour justifier cette décision, le groupe argue qu'il ne s'agit que d'une "suite logique" aux négociations prévues dans le cadre de son actuelle transformation.

Une "suite logique", donc, mais qui intervient pourtant deux petites semaines seulement après une conférence de presse organisée par SUD PTT à Paris. À cette occasion, le syndicat a fait témoigner ses représentants et d'anciens salariés. Leur objectif ? Dénoncer le climat "catastrophique" qui régnerait dans le groupe, relate l'AFP. Lequel serait serait responsable, selon SUD, de plusieurs suicides et graves accidents de santé. Comme cette ancienne salariée de 25 ans en CDD, victime d'un AVC sur son lieu de travail. Éric Talbot, un représentant de SUD PTT, s'en est notamment pris à la "réorganisation" en cours, et aux "méthodes de management de plus en plus contestables".

L'impératif d'une transformation

Une position balayée par la direction, qui affirme "ne pas se reconnaître dans la situation décrite". Et d'ajouter que le groupe est "particulièrement investi dans la santé au travail, et y investit chaque année plus de 30 millions d'euros".

En toile de fond, La Poste s'est engagé dans une profonde réorganisation. Confrontée au déclin inexorable du courrier, son cœur de métier, La Poste taille depuis plusieurs années dans ses forces vives. Rien qu'en 2015, plus de 7.300 postes ont été supprimés, portant ses effectifs à 231.000. Pour se relancer, outre La Banque Postale, le groupe mis gros sur le numérique et tout un éventail de services de proximité. En début de semaine, La Poste a ainsi dévoilé une nouvelle offre de visites aux personnes âgées réalisées par les facteurs pendant leurs tournées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2016 à 11:47 :
A tous ceux qui pensent que travailler à La POSTE, c'est le CLUB-MED. Postulez ! Au menu, ce sera :
- Un salaire sur 12 mois au niveau du SMIC.
- Un intéressement compris entre 200 & 400 euros (par an).
- Du matériel totalement obsolète.
- Un droit social totalement inexistant : Regardez le nombre de condamnations devant les chambres sociales en Cour d'Appel et en Cassation. (Inégalité salariale, heures supplémentaires non payées....).

....Allez y postulez....

Je suis un ex-postier et je suis scandalisé par les propos tenus par certains internautes. Lisez le rapport rendu par Madame Astrid HEBERT-RAVEL en 2012, téléchargeable sur internet comme l'a très bien dit un internaute.

Lisez la lettre rédigée par le député du Morbihan, monsieur Philippe Noguès.

C'est plus un malaise social....c'est un cataclysme social !
a écrit le 30/10/2016 à 11:33 :
La prévention des risques psychosociaux des changements d’organisation du travail est indispensable : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=566
a écrit le 14/10/2016 à 11:12 :
Ces ex-fonctionnaires ont découvert la réalité du monde du travail, tout simplement.
Réponse de le 15/10/2016 à 22:12 :
Tout a fait d'accord
LE stress dans le privé , on connaît tous les jours et on n'est pas mort.
a écrit le 14/10/2016 à 10:39 :
Pour ASKAR et tous les commentateurs:
VERIFER vos Chiffres SVP ou ne postez PAS!

la poste c'est encore 2/3 de fonctionnaires:
https://www.senat.fr/rap/r02-344/r02-34463.html

La poste ne rapporte pas au budget de l’état mais coûte (cf le rapport)
c'est des faits, tout le monde peux avoir un avis mais par rigueur intellectuel basez vous sur des chiffres réels!
a écrit le 14/10/2016 à 10:16 :
Quel que doit le secteur d'activités, on a l'impression que les services publics ne sont pas adaptés au changement. Ce n'est pas qu'une question d'anticipation ou d'organisation, mais aussi de culture. Autre problème, les rapports hiérarchiques, y compris syndicaux. On a l'impression que l'organisation est restée basée sur les méthodes de management issues du taylorisme.
Le climat semble malsain et on l'impression que ce sont les personnels les plus impliqués (ou les plus fragiles) qui en font les frais de cette période de changement. Rapports de force obligent.

On peut aussi se demander si les modèles d'organisation ont réellement été pensés ou si c'est une application bête et méchante de décisions politiques - ou bien pire, de NON décisions ?
Réponse de le 14/10/2016 à 18:34 :
Pour avoir fait un séjour dans une Plate-forme Industrielle du Courrier, en qualité d'intérimaire, je peux attester de tout ce que vous écrivez et qui est 100% vrai.

Le management est strict, il vient directement du chef. Ils ont mis en place des "fiches d'émlioration" mais sur des détails. Ne cherchez pas à innover. La Poste-d'en-haut le fait pour vous."Penser c'est désobeir" ai-je lu parfois sur ce site de la Tribune.

La place est chaude pour les membres des IRP. Les méthodes de promotion, de maintien ou de sortie d'un poste fonctionnent comme autrefois (les capos se portent très bien).
a écrit le 14/10/2016 à 9:46 :
Il y a quelques semaines la Cour des comptes a publié une étude, disponible sur www.ccomptes.fr, sur le manque d'assiduité des postiers au travail...
a écrit le 13/10/2016 à 23:22 :
Pourquoi la baisse du courrier n'entraine-t-elle pas la diminution mécanique du nombre de tournées par semaine ? Par exemple 2 ou 3 livraisons hebdomadaires suffisent pour livrer les lettres. Les colis seraient livrer quotidiennement tout au long de la journée par d'autres facteurs ou livreurs privés.
Réponse de le 14/10/2016 à 10:44 :
Désormais, je reçois désormais au maximum une lettre par semaine.

Pourquoi maintenir de grandes zones de tournées de distribution alors qu'en placant un facteur alernativement sur 2 zones plus réduites le travail pourrait être fait sans douleur ?

Le nombre de lettre distribuées par La Poste n'augmentera pas: c'est fini le courrier "papier". Même l'administration français s'y est mise ( un peu).
a écrit le 13/10/2016 à 15:44 :
La Poste est un service public merveilleux ; collecte, tri, transport, distribution, rapides et fiables, et avec gentillesse ; le maintenir devrait être une priorité nationale.
Comment lorsque les volumes baissent ? augmenter son prix c’est réduire encore plus les volumes.
A qui donc est rendu ce service public ? à l’envoyeur qui paie l’affranchissement, mais aussi au destinataire qui lui reçoit son courrier gratuitement.
Alors faire payer à chacun son adresse postale ne serait pas une utopie ; chacun paie déjà des redevances ou taxes d’ordures ménagères, de balayage, d’assainissement, audio-visuelles, énergétiques… une redevance pour adresse postale serait bien mieux acceptée, à travers par exemple la taxe d’habitation.
Réponse de le 13/10/2016 à 18:34 :
Allez dont ! vous aussi vous en avez besoin comme les agriculteurs , il faut arrêter dans quel monde on vie .
Réponse de le 14/10/2016 à 8:27 :
et si ...! et pourquoi pas une taxe de lait ...pour soutenir les producteurs ? on pourrait aussi la coupler à la redevence télé ? non ?
a écrit le 13/10/2016 à 15:30 :
un ami américain ne comprenait pas à l'époque pourquoi certaisn salariès de FranceTélécom se suicidaient alors qu'il suffisait de démissionner au USA si on n'était pas content de son employeur. Lui répondu se sont des agents publics avec un boulot peinard dans un club med avec pas mal de temps libre pour faire grève pour emmenerder ceux qui se lève tôt le matin pour bosser
a écrit le 13/10/2016 à 15:01 :
merci la poste pour un colis marqué livré et jamais parvenu .
a écrit le 13/10/2016 à 13:14 :
Ayant fait des CDD à la Poste je me suis enfui au bout de deux ans(il n'y a pas d'autres termes possibles) au vu des conditions de travail franchement abusives ! On me refilait des tournées voitures où je devais sortir plus de 300 fois du véhicule , avec obligation de courir entre les boites au lettres pour finir avant 15 heures six jours sur sept ce qui me faisait 42 à 45 heures payées 36. Il m'arrivait même d'avoir 80 colis et recommandés par jour en plus du courrier, avec toujours l'angoisse de perdre un reco ou un colis, ou même de se tromper de boite dans la précipitation. Honnêtement le pire emploi que j'ai jamais fait !
a écrit le 13/10/2016 à 12:25 :
3 suicides d'Agriculteur désespéré chaque 48 h, combien d'AVC et de défaillances cardio vasculaires, chez les ouvriers, employé, cadres du privé, chefs de PME commerçants, déchets du marché du travail de 48 à 62 ans, et bientot de 48 à 65 ans, divorces, maison confisquée, équilibre et études des enfants cassés par le chomage de Papa, qui n'aura pas de retraite à cause de 15 ans de chomage, s'il en survit. Juppé 71 ans perçoit une grosse retraite depuis 57 ans et demi. Pour l'exemple il devrait rembourser ses 14 ans de retraite, et la solliciter à 65 ans, age qu'il veut nous infliger au mépris de notre santé et équilibre. Et s'il est à l'Elysée jusqu'à 76 ans, lui Gaulliste, la solliciter en fin de quinquennat : Le Président Charles De Gaulle avait renoncé de lui-meme, à l'une des deux pensions.
Réponse de le 13/10/2016 à 18:59 :
"La France d'en haut" ne montre pas l'exemple; ça on l'a compris depuis longtemps maintenant ( faites ce que je dis mais ne dites pas ce que je fais). Les efforts c'est pour la France d'en bas.

Venez voir aussi comment fonctionne l'esclavagisme dans les centres d'appels...Zone de non droit, zone de non condition de travail.
a écrit le 13/10/2016 à 12:20 :
A LA BANQUE POSTALE, LE MANAGEMENT DE CERTAINS CARRIERISTES LAISSE A DESIRER PEU IMPORTENT LES CONSEQUENCES SUR LES AGENTS SEULE LEUR AVENIR DANS LA MAISON LES INTERESSE!!!!!
a écrit le 13/10/2016 à 10:58 :
Le management a la francaise. Rien de nouveau, c'est marches ou creve.
Réponse de le 13/10/2016 à 17:22 :
2012 ;
Une ancienne directrice des ressources humaines de La Poste témoigne du climat social délétère qui règne au sein de l'entreprise publique. Dans une interview à Challenges, Astrid Herbert-Ravel, l'une des directrices des services financiers et du réseau grand public d'Ile-de-France en 2002, pointe des méthodes de management par le harcèlement.
Ayant elle-même intenté récemment une action judiciaire pour harcèlement moral contre le PDG de La Poste, Jean-Paul Bailly, elle évoque cette méthode comme «un moyen silencieux et peu coûteux de se débarrasser des personnes gênantes». Une évolution selon elle directement liée aux changements organisationnels mis en œuvre à La Poste ces dernières années. «On a dégraissé à la tronçonneuse, en poussant les salariés au départ. Les congés maladie et les cas d'inaptitude se sont multipliés. [...] Et de nombreuses procédures disciplinaires abusives conduisent sans motif au licenciement», observe-t-elle.
Astrid Herbert-Ravel souligne que dans le cadre de la mutation de l'entreprise publique, de nombreux «managers techniques sont devenus des directeurs à part entière, avec des responsabilités RH». Ces responsables, insuffisamment préparés à mettre en place de tels changements, ont selon elle contribué à opacifier les règles de ressources humaines en vigueur. «Entre les mains de managers peu au fait des RH, c'est devenu le fait du prince», déplore-t-elle.
a écrit le 13/10/2016 à 10:41 :
Contrairement à Orange-FT dont le coeur de métier est loin d'avoir disparu, l'activité "courrier" de la poste (d'ailleurs entre autre à cause de l'explosion des télécoms) est condamnée à 95% (email, dématérialisation des courriers administratifs et des entreprises...). La Poste doit donc se redéployer sur l'activité livraisons, la banque et les services de proximité si elle ne veut pas disparaître, et adapter ses effectifs en conséquence. Il ne pourra plus y avoir de facteurs qui déposent 50 courriers là où il y a quelques années il en déposait 1000 dans le même secteur, sauf à admettre que cette sous-productivité est compensée par un coût très élevé du service (le timbre à 10€).
a écrit le 13/10/2016 à 10:36 :
dur dur pour des salariès du public de se remmettre au travail plus habitués à la farniente
Réponse de le 13/10/2016 à 17:25 :
Et tu fais quoi, comme métier fatiguant ?
Réponse de le 13/10/2016 à 18:29 :
Y a des planqués partout et vu l'heure a laquelle vous réagissez, vous devez en être ...
Réponse de le 13/10/2016 à 18:56 :
dsl mais fait le ce métier la et après tu pourras parler
Réponse de le 14/10/2016 à 17:49 :
@ lachose et à Sce public

pas besoin de chercher ce que je fais comme métier : le même que le vôtre, résidus de 39-45 en Autriche et en Pologne. La place est encore chaude.
a écrit le 13/10/2016 à 9:21 :
Les entreprises publiques comme France Télécom, Air France, SNCM, SNCF, RATP, La Poste, EDF, CPAM,... et ses fonctionnaires ont une trés faible productivité et un absentéisme élevé avec un service calamiteux. Aujourd'hui l'état en faillite, les caisses sont vides, ne peut plus payer à fond perdu. Les entreprises publiques doivent être rentables et doivent fonctionnés comme dans le secteur marchand et le management du privé doit s'imposé dans la fonction publique. Le pantouflage c'est terminé au boulot !!! et ceux qui ne peuvent pas suivre qu'ils démissionnent !!! La société civile a raslebol de trimer avec les impôts pour cette caste de nababs !!!
Réponse de le 13/10/2016 à 10:06 :
Ces entreprises ont été sciemment détruite de même que la notion de service public afin de les revendre à la découpe à des boites privées ou bien de convaincre des personnes dans votre genre que le privé est la solution magique et de les privatiser.

Et apparemment ça marche.
Réponse de le 13/10/2016 à 11:01 :
Renseignez vous , la Poste est privatisée depuis un sacré bout de temps avec la séparation avec France Télécom en EPIC retransformé en +ou- SARL par BAILLY ( LE COPAIN DE RAFFARIN ) qui a supprimé 3 fonctionnaires sur 4 quand son mentor ( sarkosy ) en demandé que 1 sur 2.
Bonne journée.
Réponse de le 13/10/2016 à 11:11 :
Pour votre information : la Poste aujourd'hui ne possède plus que 50 % de ses effectifs fonctionnaires. Ces derniers ne sont pas payés par vos impôts mais par les bénéfices réalisés par l'entreprise : ils ne coûtent donc rien au citoyen. J'ajoute qu'au regard de la qualité de service réalisé par les Postes étrangères, la Poste française ne s'en sort pas mal du tout. Avant de râler, on s'informe.
Réponse de le 13/10/2016 à 11:17 :
ça c 'est une opinion de beauf que vous êtes vous ne savez pas de quoi vous parlez c'est depuis que les colis sont distribués par les sous traitants privés que les réclamations pleuvent ils n'avisent plus les clients ne montent plus aux étages renseignez vous ça n'a jamais été vos impôts qui faisaient vivre la Poste En plus d'être beauf vous êtes ignorant!!!!
Réponse de le 16/10/2016 à 7:10 :
Des fonctionnaires payés par les bénéfices de l'entreprise ...

Dans le contexte de votre post ce n'est pas trop possible , un fonctionnaire relève de l'état pour sa rétribution sinon ce n'est pas un fonctionnaire ...

Mais néanmoins vous avez raison car un fonctionnaire est payé avec les taxes et impôts sur les bénéfices des entreprises et même avec les impôts des particuliers !!!
a écrit le 13/10/2016 à 9:19 :
J'ai un ami qui a postulé pour une boite de sous traitance privée de la poste en ce qui concerne la livraison des colis: 10h de travail par jour sinon impossibilité de remplir son contrat de nombre de paquets à livrer, lâchés avec leurs gps et débrouille toi avec ça. Donc un minimum de 60h par semaine payées 35, et il faut être éveillé pour y parvenir en seulement 10h et ne pas avoir peur de se prendre un PV . On les voit régulièrement d'ailleurs tout ces jeunes livreurs manger dans leur camion tout en conduisant autour de midi.

Pourquoi la poste n'a pas été capable de réorienter son personnel dans le service de livraison ne proposant ce dernier qu'à des boites privées de sous traitance esclavagistes ?

Il y a une volonté manifeste de cette institution de s'attaquer de façon perverse à son personnel, il y a donc un gros problème évident du côté de la direction et du management.

C'est pas en traitant les gens comme des chiens que l'on fait des affaires, si on les traite comme cela c'est qu'à la base on a un sérieux problème psychologique ce qui n'est pas bon du tout pour la gestion d'une entreprise.
Réponse de le 13/10/2016 à 10:48 :
Vous avez raison pour la sous traitance mais les manageurs de la Poste savent trés bien que l'on ne fait pas travaillé des fonctionnaires comme dans le privé qui sont plus habitués à faire grève, à se plaindre, malade imaginaire ou à pantoufler depuis 50 ans. Alors pour augmenter la productivité et la rentabilité la direction de la Poste tape dur dans la sous-traitance du privé dans les conditions que vous dénoncez... Les entreprises publiques doivent devenir privés avec des contrats de droit privés et L'Etat français doit revenir à des fonctions régaliennes tout simplement. Et aussi mettre fin au monopole de la Poste !!!!!!!!
Réponse de le 13/10/2016 à 12:15 :
Votre raisonnement est incohérent.

Les manageurs auraient des croyances et donc des pensées subjectives reposant sur des propagandes néolibérales boiteuses que les gens du public ne pourraient pas s'adapter à quoi ? A l'esclavagisme humain que vous dénoncez vous aussi ???

Vous pensez donc qu'ils sont complètement demeurés et incompétents ? Incapables de s'adapter à la profession pour laquelle ils sont payés ?

Vous avez une bien piètre image de cette profession dites moi, j'espère quand même que nous ne sommes pas tombés aussi bas.
Réponse de le 13/10/2016 à 19:38 :
Il est quant meme incroyable le nombre de personnes qui donnent des avis sans se documenter sachez que la poste possedent des filiales qui distribuent des colis et non pas des louageurs qui peuvent etre eux sous traitants mais ca existe partout de plus la poste n a aucun monopole elle est comme chaque entreprise visee par l arcep la concurrence est ouverte, et dites moi qui s engage aujourd hui a distribuer 6 jours sur 7 dans tous les fins fond des departements cela s appelle l engagement
Réponse de le 14/10/2016 à 3:03 :
àTony : La Poste ne compte plus qu'à peine 30 % de fonctionnaires. Votre facteur s''il a moins de 40 ans a toutes chances d'être un salarié de droit privé. Vous aurez le plaisir d'apprendre que beaucoup connaissent la précarité puisque la Poste fait un usage assez libéral du CDD. La Poste travaille aussi de plus en plus avec les agences intérimaires. On envoie sur le terrain des employés non formés et pas nécessairement très motivés, et c'est compréhensible, vu leur situation précaire dans l'entreprise. Allez demander un service de qualité après ça..

Pour votre information la Poste est une société anonyme. Elle fonctionne dans le cadre du droit privé comme n'importe quelle autre S.A. Elle fait des bénéfices, ne vous coûte rien en impôts, et rapporte à l’État qui est l'unique actionnaire. Mon travail, étant postier, vous rapporte et non l'inverse.

Enfin sachez que La Poste n'a plus aucun monopole depuis des années.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :