Dazn, le "Netflix du sport", peut-il s'imposer en France ?

 |  | 860 mots
Lecture 4 min.
Les locaux de Dazn, plateforme de streaming vidéo spécialisée dans le sport, à Tokyo (Japon).
Les locaux de Dazn, plateforme de streaming vidéo spécialisée dans le sport, à Tokyo (Japon). (Crédits : Reuters)
Dazn, plateforme de streaming vidéo spécialisée dans le sport, se lance discrètement en France ce mardi avec un abonnement mensuel de 1,99 euro. Jusqu'ici présent dans seulement 9 pays, ce service entame la deuxième phase de son internationalisation. Créée en 2016 au Royaume-Uni, la plateforme déploie une stratégie atypique en misant sur les sports de combats pour son internationalisation.

Et un acteur supplémentaire sur le marché ultra-concurrentiel du streaming et des droits sportifs en France. Dazn, plateforme de streaming vidéo surnommée le "Netflix du sport", débarque discrètement dans l'Hexagone ce mardi. Le service, qui se prononce "Da Zone", a été contraint de repousser son déploiement massif à l'international -initialement prévu le 2 mai- en raison de la pandémie mondiale du coronavirus.

Dazn propose un abonnement mensuel sans engagement à 1,99 euro, permettant d'accéder aux contenus via application mobile (disponible sur les systèmes d'exploitation iOS et Android), mais aussi tablettes, ordinateurs et télévisions connectées. Au programme : un catalogue extrêmement réduit, centré sur la diffusion à la demande et en direct des compétitions de boxe - exclusivement accessibles et commentées en anglais. Des documentaires, des archives de combats et des émissions hebdomadaires sont également prévus.

8 millions d'abonnés dans le monde

Lancé au Royaume-Uni en 2016, Dazn est détenu par le milliardaire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :