Apple dépasse les attentes et fait taire les sceptiques

Déjouant les pronostics les plus pessimistes, la firme de Cupertino a publié ce mardi soir des résultats très nettement supérieurs aux prévisions des marchés, notamment grâce à ses performances en Chine. 35 millions d'iPhones ont été vendus sur le trimestre. Le groupe promet "des innovations dont seul Apple est capable".

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Apple a balayé mardi soir tous les doutes qui s'étaient répandus ces derniers jours sur les marchés. Le groupe à la pomme a en effet publié des résultats largement supérieurs aux attentes pour le compte du deuxième trimestre de son exercice décalé. Entre janvier et mars, il a ainsi engrangé 11,6 milliards de dollars de profits, un bond de 94% par rapport à l'année précédente. Par action, cela représente 12,30 dollars alors que le consensus des marchés ne s'élevait qu'à 10,04 dollars.

Le chiffre d'affaires d'Apple a grimpé de 59%, pour atteindre 39,2 milliards de dollars. Il est, lui aussi, supérieur aux prévisions des analystes, qui tablaient en moyenne sur 36,9 milliards de dollars. Cette progression s'explique en partie par les performances réalisées hors des Etats-Unis (notamment en Chine), qui ont représenté sur ce trimestre 64% des revenus générés par la firme de Cupertino. Lors des trois mois précédents, seulement 58% du chiffre d'affaires provenait de l'étranger. La marge brute a atteint 47,7%, contre 41,4% il y a un an et 42,8% anticipé. Et la trésorerie s'élève désormais à 110 milliards de dollars.

"Il existe des opportunités formidables pour les entreprises qui comprennent la Chine", a expliqué mardi soir Tim Cook. "Nous faisons de tout notre possible pour comprendre ce pays et pour répondre à ce marché du mieux que nous le pouvons". Le PDG de la firme de Cupertino, qui s'est rendu en Chine le mois dernier, a indiqué que les revenus réalisés dans le pays avaient été multiplés par plus de trois sur le trimestre. Ils se sont élevés à 13 milliards de dollars au cours des six derniers mois, autant que lors des douze mois précédents.  

35 millions d'iPhones

Autre chiffre attendu: les ventes d'iPhones sur lesquelles s'étaient concentrées toutes les inquiétudes. Il faut dire que les chiffres publiés par Verizon et AT&T, les deux premiers opérateurs mobiles américains, n'étaient guère encourageants. Ils avaient fait état d'une chute respective de 24% et de 43% du nombre d'iPhones activés en début d'année, comparé aux trois mois précédents. Les deux opérateurs avaient également indiqué que la part de marché du smartphone vedette d'Apple avait légèrement reculé.

Mais le tassement des ventes aux Etats-Unis a été que compensé par la croissance enregistrée à l'international, notamment grâce au lancement de l'iPhone en Chine chez l'opérateur China Telecom et son arrivée chez l'opérateur japonais KKDI. 35 millions d'iPhones ont ainsi été écoulés sur les trois premiers mois de l'année (+88% sur un an et seulement -5,5% par rapport au trimestre précédent, celui des fêtes de fin d'année). C'est plus que les 32 millions d'unités attendues par les analystes, dont certains avaient revu à la baisse leurs ambitions, estimant que 30 millions d'exemplaires seraient déjà une belle performance.

Dans le même temps, Apple a écoulé 11,8 millions d'exemplaires de l'iPad, 151% de plus que l'année passée. Cependant, cette performance est légèrement décevante, malgré le lancement mi-mars de la troisième version de la tablette. Les analystes attendaient au moins 12 millions d'unités vendues dans le monde. Les ventes d'ordinateurs Mac affichent pour leur part une croissance modérée, en hausse de 7% à 4 millions. En fin de cycle, l'iPod s'est encore vendu à 7,7 millions d'exemplaires. Cela représente une baisse de 15% sur un an.

"Des innovations dont seul Apple est capable"

Rarement ces dernières années, pour ne pas dire jamais, les résultats d'Apple, n'avaient été attendus avec autant de scepticisme. Depuis son record historique touché au cours de la séance du 10 avril (644 dollars), l'action de la firme de Cupertino affiche en effet une chute de 13%. Ce mardi, elle a encore reculé de près de 2%. Mais la tendance haussière devrait reprendre de plus belle. Dans les échanges d'après-Bourse, Apple s'envolait de près de 8%, laissant espérer une ouverture mercredi au-dessus de la barre des 600 dollars.

Fidèle à son habitude, Apple a livré des prévisions prudentes pour le trimestre en cours, le troisième trimestre de son exercice décalé. Le groupe mise sur un chiffre d'affaires de 34 milliards de dollars, soit 19% de plus que l'année dernière, et sur un bénéfice par action de 8,68 dollars. Cela représenterait des profits de 8,1 milliards de dollars, 10% de mieux qu'en 2011. Ces prévisions sont nettement inférieures à celles des investisseurs. Et elles devraient être bien obsolètes dans trois mois.

"Au cours de l'année, vous allez voire beaucoup d'innovations dont Apple est capable", a promis Tim Cook. Des rumeurs persistantes prédisent toujours la sortie d'une "Apple TV" dans les prochains mois. Une version "mini" de l'iPad pourrait également être lancée. Des nouveaux modèles de Mac sont aussi attendus. Surtout, Apple va commercialiser l'iPhone 5 (en fait, la sixième version de son smartphone), certainement à l'automne. Le mois d'octobre revient avec insistance.

Après une glissade continue depuis deux semaines, le titre d'Apple gagnait 9,474% mercredi à l'ouverture de la Bourse de New York et repassait au-dessus du seuil symbolique de 600 dollars (613,14 dollars).

4 mn