Tablettes : comment Amazon tente d'ébranler la suprématie d'Apple

 |   |  479  mots
Le Kindle Fire Copyright Reuters
Le Kindle Fire Copyright Reuters (Crédits : <small>Engadget / CNET News</small>)
Le magasin en ligne a présenté jeudi soir sa nouvelle gamme de Kindle Fire, financé en partie par la publicité. Jeff Bezos promet « 400 dollars d'économie par an » par rapport aux détenteurs d'iPad.

Pour combattre l'iPad d'Apple, Jeff Bezos a dégainé jeudi soir à Los Angeles l'arme de guerre suprême : les prix. Le PDG d'Amazon a présenté trois versions du tout nouveau Kindle Fire HD, dont les écrans vont de 7 à 8,9 pouces, des formats plus petits que l'iPad. La version la plus haut de gamme est compatible avec la 4G. Particularité : les tarifs vont de 199 et 599 dollars. Le modèle doté de la 4G et d'une mémoire de 32 gigabytes de stockage coûtera 499 dollars, soit 230 dollars de moins que la version de l'iPad équivalente. Amazon a également baissé à 159 dollars (une réduction de 20%) le prix du modèle d'entrée de gamme du Kindle Fire. La nouvelle gamme de Kindle Fire arrivera dans le commerce entre la mi-septembre et le mois de novembre. En France, le Kindle Fire HD doté d'un écran 7 pouces, d'une connexion WiFi et de 32 giga de stockage est vendue 199 dollars.

L'abonnement aussi coûte moins cher que celui d'Apple

Amazon ne se contente pas d'une offensive dans les appareils. Le groupe a également raboté les tarifs d'abonnement aux données. Ainsi, le forfait qui inclut 250 mega de stockage de données par mois coûte 49,99 dollars par an. La firme à la Pomme commercialise une offre équivalente à partir de 14,99 dollars par mois, soit 180 dollars par an. Jeff Bezos n'a pu s'empêcher de faire la comparaison, affirmant qu'un détenteur de Kindle Fire économiserait « 400 dollars par an ».

Ces écarts de prix entre Amazon et Apple ne datent pas d'hier. Amazon, qui visiblement perd de l'argent sur les ventes de tablettes, a fait irruption l'an passé sur le marché des tablettes, en commercialisant le Kindle Fire 199 dollars. De son côté, Apple a toujours eu la tradition sur l'ensemble de ses produits des tarifs élevés - le premier prix du nouvel iPad est de 499 dollars aux Etats-Unis (et de 489 euros en France). Pourtant, jusqu'à aujourd'hui, Amazon n'a pas réussi à ébranler l'hégémonie de l'iPad. Au second trimestre, l'iPad s'est octroyé 68% des ventes de tablettes contre 5% seulement pour le Kindle Fire. Il faut dire qu'Apple conserve un avantage crucial par rapport à Amazon : la tablette donne accès à l'immense catalogue de 225.000 applications, tandis que Kindle Fire en contient un nombre limité.

Le Nexus 7 de Google est également attractif
Mais cette guerre des prix se généralise. Google a lancé son Nexus 7 à des tarifs très attractifs. Hors abonnement, la version 8 giga vaut 199 dollars et le modèle 16 giga 249 dollars. Différence notable avec Amazon, la tablette, qui a la taille d'une liseuse, donne accès à Google Play, le magasin d'application du moteur de recherche, qui donne notamment accès à toute une gamme de produits culturels (livres, films, jeux...). Le marché attend maintenant l'arrivée de Surface, la tablette de Microsoft.


> (Re)voir les meilleurs moments de la conférence de presse du Kindle Fire HD

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2012 à 16:14 :
Encore une fois un article qui sonne faux.... La Kindle est une LISEUSE, l'iPad est une tablette numérique qui peut faire office de liseuse. Ce n'est pas la même chose.
Réponse de le 07/09/2012 à 17:02 :
Au commentaire précédent : on parle ici du kindle FIRE qui est bien une tablette (au même titre que l'Ipad), et donc avec écran couleur LCD, processeur double/quad core.
Ipad liseuse, non désolé, du moins tant qu'il n'adoptera pas un écran e-ink comme le Kindle précisément ;)

A noter également car non précisé dans l'article, les autres avantages de la nexus 7 c'est son processeur Tegra 3 (à 4 cores), et les mises à jours android en priorité (nexus oblige).
a écrit le 07/09/2012 à 13:51 :
Tente ? Parvient est plus exact. Amazon dispose du meilleur business model du siècle. L'américain s'est clairement déclaré "épicier" et en conséquance il vend comme un supermarché virtuel avec une quantité d'innovations IT. Il dispose de plusieurs coups d'avance sur l'ensemble de ses poursuivants car beaucoup sont derrière désormais et ceux qui ne le sont pas encore vont s'y retrouver. Il leur faudra faire leur "outing" en se déclarant eux aussi épiciers.. dur pour certains. Sont concernés : Toute la IT, toute la distribution to B&C, les assurances, les banques.... des gens comme IBM, HP, Cisco ou Oracle sont touchés bien qu'un spectre aussi large puisse surprendre. Mais, les services informatiques ne sont-ils pas une distribution particulière spécialisée ? La loi de Moore fait que dans ce domaine les planchers montent alors que les plafonds stagnent. Quelqu'un l'a compris avant tout le monde : Amazon.
a écrit le 07/09/2012 à 13:37 :
Quelque chose a dû m'échapper : faut-il payer un abonnement mensuel ou annuel en sus de s'acquitter du prix des ouvrages numériques ?
Réponse de le 07/09/2012 à 14:56 :
Non aucun.
Réponse de le 08/09/2012 à 10:07 :
Non, vous vous contentez de louer ces livres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :