Google va supprimer 1.200 emplois de plus chez Motorola

Le moteur de recherche, qui avait déjà annoncé 4.000 suppressions de postes cet été, réduit à nouveau de 10% les effectifs de sa filiale de téléphonie mobile, aux Etats-Unis, en Chine et en Inde, mais aussi en France.

2 mn

Eric Schmidt, le président exécutif de Google, à un événement Motorola. Copyright Reuters
Eric Schmidt, le président exécutif de Google, à un événement Motorola. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

« Nos coûts sont trop élevés, nous opérons sur des marchés où nous ne sommes pas compétitifs et nous perdons de l?argent. » C?est par un email de la direction que les salariés de Motorola ont appris cette semaine que le fabricant de smartphones avait décidé de procéder à de nouvelles réductions d?effectifs. En effet, selon le « Wall Street Journal », la filiale de Google va licencier 1.200 personnes, environ 10% du total, principalement aux Etats-Unis, en Chine et en Inde, en plus des 4.000 suppressions de postes annoncées en août dernier. A la fin de 2012, Motorola Mobility, racheté à l?été 2011 pour 12,5 milliards de dollars, comptait 11.113 salariés. En France aussi, Motorola a annoncé fin février la fermeture du site de Toulouse, qui emploie 170 personnes, le 31 mai prochain. Le groupe américain est également implanté à Saclay, en région parisienne, où travaillent une cinquantaine de personnes. Les smartphones Motorola ont fait leur retour dans les rayons des opérateurs français dernièrement, notamment avec le Razr HD qui est 4G.

Un milliard de pertes en 2012
C?est la première fois de son histoire que Google est confronté à un plan social d?une telle ampleur. Mais Motorola continue de perdre des parts de marché dans le mobile (il est 9e mondial devant HTC et derrière BlackBerry avec 1,9% sur l?année 2012 selon Gartner) et de l?argent : 353 millions de dollars au quatrième trimestre et un peu plus de 1 milliard en 2012 sur trois trimestres de consolidation de la filiale, qui a représenté 9% du chiffre d?affaires de Google en 2012 (voir les résultats). Depuis plusieurs mois, le géant de Mountain View a envoyé au chevet de Motorola plusieurs de ses cadres dirigeants, comme Lior Ron, qui travaillait dans l'équipe de Google Maps, dans l?espoir de sortir un appareil enfin à même de rivaliser avec l?iPhone d?Apple ou les Galaxy de Samsung c?est le fameux projet baptisé « X-phone. » Selon le « Wall Street Journal », certains dirigeants de Google considèrent le rachat de Motorola comme « une police d?assurance » au cas où le moteur de recherche perdrait le contrôle d?Android au profit de Samsung, qui représente plus de 40% des volumes de smartphones équipés de l?OS de Google?
 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.