Amazon lance sa tablette Fire à moins de 50 dollars

 |   |  391  mots
Amazon réitère l'expérience de l'high tech low cost, quelques mois après l'échec de son smartphone Fire.
Amazon réitère l'expérience de l'high tech low cost, quelques mois après l'échec de son smartphone Fire. (Crédits : REUTERS/Beck Diefenbach)
Le 30 septembre prochain, le géant de l'e-commerce lance la tablette tactile low cost Fire, quelques mois après l'échec cuisant de son smartphone à bas prix.

Chez Amazon, les tablettes tactiles pourront désormais s'acheter "par pack de six" ! Tel est la promesse faite jeudi par le patron du géant américain du e-commerce, Jeff Bezos, avec la présentation d'une batterie de nouveaux produits électroniques discount, au premier rang desquels une tablette tactile à ... 49,99 dollars.

"Aujourd'hui nous effectuons un pas supplémentaire dans notre volonté d'offrir des produits premium à des prix compétitifs", a-t-il commenté. La tablette, qui opère avec la dernière version du logiciel Fire OS, basé sur Android, est avec son écran de 7 pouces (18 centimètres de diagonale) "une nouvelle référence au regard de ce que les consommateurs sont en droit d'attendre d'une tablette low cost", selon Jeff Bezos.

Un moyen de fidéliser la clientèle

C'est aussi un moyen pour le géant du commerce en ligne de se différencier du concurrent Apple, qui vient également de présenter ses nouveautés au public dans un positionnement haut de gamme, et de fidéliser sa clientèle. Car si ses nouvelles tablettes risquent d'apporter peu de bénéfices à Amazon, la firme garde l'espoir de se rattraper ensuite avec des ventes de produits en ligne (musique, vidéos et autres services). Pour Roger Kay, de Endpoint Technologies Associates cela va même plus loin. "Chaque appareil est un peu de publicité", a-t-il expliqué.  "Ils gagnent beaucoup de points pour leurs innovations", note-t-il, mais "la stratégie ne fonctionne que s'ils peuvent transformer ces ventes en bénéfices, et ils ne le font pas de manière systématique".

Une stratégie à double tranchant

Une tentative d'incursion l'an dernier dans les smartphones s'est soldée par un échec particulièrement douloureux: le Fire Phone, désormais "indisponible", a causé de lourdes pertes au groupe en juin dernier. A l'époque, Jeff Bezos avait reconnu avoir fait perdre "des milliards de dollars à Amazon" tout en réaffirmant sa volonté de mettre en place une stratégie à long terme, rappelant aussi qu'Amazon "est une collection de plusieurs activités et initiatives", certaines "très importantes, très profitables, plus établies", et d'autres émergentes. Et d'ajouter:

"Nous sommes une grosse entreprise, mais de beaucoup de façons, à cause de nos activités émergentes, nous sommes aussi une startup. Il y a toujours beaucoup de volatilité chez les startups".

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2015 à 17:42 :
Si ses concurrents doivent devenir des "épiciers", rude conversion, Amazon qui a déjà franchi ce pas continue dans son évolution vers la IT. Son avantage est qu'il peut donner gratuitement (contre un certain volume d'achats de produits divers) ces lecteurs ultra-terminaux tandis que d'autres les vendent. Sa tablette fait trembler Microsoft qui sait bien qu'elle sera bientôt l'équivalent de son produit phare tablette/ordinateur portable. l'inventeur de Windows se doute qu'un pas vers les logiciels va être fait par tous ceux qui restent, l'obligeant à élargir son audience par d'autres moyens. Amazon s'est déjà rendu maître du cloud dont la loi de Moore (en résumé : doublement des capacités tous les deux ans) le fait se transformer pour lui en cash-machine. La société progresse en effet moins que les capacités technologiques, elle vend donc le solde de plus en plus important à d'autres compagnies à prix avantageux, de telle sorte que cet équipement est rendu gratuit pour elle même. La valorisation Amazon cassera dès cette année le plafond des 200 milliards tandis que la baisse des tarifs ainsi imposée sur les produits tire ses quelques grands concurrents de la IT vers le bas. Inutile de dire que ces nouvelles offres poussent aussi à devenir opérateur télécom comme complément. Le meilleur business model de la planète sera-t-il assez rapide pour ne jamais se laisser rattrapper ?
Réponse de le 19/09/2015 à 7:31 :
Vous le saurez en lisant les prochains commentaires de Corso qui se charge de recopier les articles qui l'intéresse sur le forum de LT;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :