Jeff Bezos : "J'ai fait perdre des milliards de dollars à Amazon"

Jeff Bezos, le PDG du géant Amazon a relativisé les récentes pertes de son groupe liées à l'échec de son premier smartphone: le Fire Phone, dans intervention publiée sur le site Business Insider mardi.
Jeff Bezos estime qu'il est trop tôt, pour jauger les résultats du Fire Phone.
Jeff Bezos estime qu'il est trop tôt, pour jauger les résultats du Fire Phone. (Crédits : Reuters)

"Mes échecs ont coûté des milliards de dollars à Amazon [...] Si on fait des paris audacieux, on va avoir des expérimentations" dont le résultat est incertain, mais qui "sont par nature souvent vouées à l'échec".

Jeff Bezos, le PDG d'Amazon, s'est montré philosophe au cours d'une intervention lors d'une conférence sectorielle organisée à New York par le site d'informations en ligne Business Insider, mardi 2 décembre. Pourtant, son groupe a connu un échec récent, avec le lancement de son premier smartphone, le Fire Phone. Lancé cet été, l'appareil n'a pas connu le succès escompté auprès des consommateurs. Ainsi, des dépréciations de stocks restés sur les bras d'Amazon ont largement contribué à une lourde perte nette de 437 millions de dollars au troisième trimestre.

Mais, selon le patron d'Amazon, il est trop tôt, pour jauger les résultats du Fire Phone. Il a fait valoir qu'il avait aussi fallu par le passé plusieurs essais avant que d'autres initiatives ne fonctionnent, comme par exemple la place de marché établie par le groupe pour des vendeurs tiers.

Une vision à long terme

Interrogé pour savoir si son groupe était capable de dégager des bénéfices, Jeff Bezos a assuré que "oui. En fait nous l'avons fait dans le passé".

Le PDG a toutefois réaffirmé sa volonté d'avoir une vision à long terme, qui selon lui permet "des meilleurs résultats", rappelant aussi qu'Amazon "est une collection de plusieurs activités et initiatives", certaines "très importantes, très profitables, plus établies", et d'autres émergentes. Et de renchérir:

"Nous sommes une grosse entreprise, mais de beaucoup de façons, à cause de nos activités émergentes, nous sommes aussi une startup. Il y a toujours beaucoup de volatilité chez les startups".

  Lire aussi >> "Ceux qui comparent le business à un évènement sportif n'y connaissent pas grand-chose" (PDG Amazon)

Précision: Jeff Bezos est actionnaire de Business Insider par le biais de sa compagnie Bezos Expeditions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 03/12/2014 à 14:42
Signaler
Il y a comme une incohérence entre le prix du téléphone et l'image "low cost" que véhicule Amazon... n'est pas Apple qui le désire!

le 03/12/2014 à 17:11
Signaler
Low cost ? Pas obligé. J'ai acheté des CD(13) de V. Horowitz l'autre jour, 174€ à la F***, 380 chez Amazon. Ai pas hésité. Ne pas prendre une réputation pour argent comptant, toujours COMPARER. Nokia a bien eu des ennuis car une fois équipés, les g...

à écrit le 03/12/2014 à 12:37
Signaler
Trop d'entrepreneurs de startup pensent qu'il ne faut surtout pas gagner d argent au debut, mais cramer l argent des investisseurs. C est dommage car une startup devrait faire de l argent des le depart. Ce serait beaucoup plus sain. Et dites vous bie...

le 03/12/2014 à 14:03
Signaler
si une start up gagne de l argent dest le depart, c est soit qu elle est sur une mine d or (mais alors pourquoi personne ne la trouvee avant) ou alors que la barriere a l entree est tres tres faible (c ets pour ca qu elle a peu depensee) et a de gros...

le 03/12/2014 à 14:59
Signaler
c'est une vision qui élimine la possibilité qu'il y ait un entrepreneur lucide, intelligent et plus astucieux dans le créneau choisi... Or l'histoire fourmille d'exemples (certes peu nombreux) de ce type d'hommes et femmes.

le 03/12/2014 à 16:26
Signaler
Amazon a gagné plusieurs milliards de $ certaines années. Il faut relativiser ces pertes qui sont mineures finalement. Et surtout, Amazon investit des milliards d'euros en R&D tous les ans.

à écrit le 03/12/2014 à 11:55
Signaler
je ne suis pas du tout un adepte d'Amazone, bien au contraire... mais je peux reconnaître une chose à ce type... c'est sa capacité à investir le futur, et quoiqu'on en pense, à gagner..... il manque essentiellement ça en France...... le goût du r...

le 03/12/2014 à 15:05
Signaler
c'est plus compliqué ou plus idéologique... A la différence des syndicats allemands, nos syndicats ont du mal à avoir une vision positive de l'entreprise. Pour beaucoup, l'entrepreneur est un exploiteur pas loin du trafiquant d'esclaves. Si en plu...

le 17/12/2014 à 7:19
Signaler
A la différence des entreprises allemandes, nos entreprises ont du mal à avoir une vision positive des syndicats.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.