Victime de la pénurie de puces, Apple doit réduire la production d'iPhone 13

Si le patron Tim Cook a expliqué que la demande était sensiblement supérieure à ce que l'entreprise avait prévu, la firme à la pomme n'en reste pas moins dépendante des usines de production asiatiques. Dans la course aux parts de marché, Apple devrait pouvoir amortir ces retards qui touche tout le secteur.

2 mn

La demande a été forte dans le monde, surtout en Chine et aux Etats-Unis, a commenté mardi Dan Ives, analyste de Wedbush.
"La demande a été forte dans le monde, surtout en Chine et aux Etats-Unis", a commenté mardi Dan Ives, analyste de Wedbush. (Crédits : YVES HERMAN)

La pénurie de composants électroniques se fait sentir, y compris chez les entreprises les mieux valorisées au monde. En plein démarrage des ventes de son nouveau modèle, l'Iphone 13, Apple n'atteindra pas ses objectifs de production avant les fêtes de Noël, selon un article de Bloomberg paru mardi. Le géant de l'électronique avait prévu de fabriquer 90 millions d'iPhone d'ici la fin de l'année, mais il devra se contenter de 80 millions, ses fournisseurs Broadcom et Texas Instruments ne pouvant répondre à la demande, selon les sources de l'agence de presse.

De quoi faire reculer le cours de la marque dont la capitalisation atteint plus de 2 trillions de dollars. A la clôture du Nasdasq mardi, Apple perdait 1,30%, à 141,5 dollars l'action.

La marque à la pomme a présenté mi-septembre une nouvelle gamme de smartphones, qui comprend quatre modèles, de la version "iPhone 13 Mini", commercialisée à partir de 700 dollars, à l'iPhone 13 Pro Max, à partir de 1.100 dollars.

"La demande a été forte dans le monde, surtout en Chine et aux Etats-Unis", a commenté mardi Dan Ives, analyste de Wedbush.

"Apple va manquer d'au moins 5 millions d'iPhone 13 pour la saison des fêtes si la demande continue à ce rythme", a-t-il ajouté.

La dépendance américaine en question

Tout comme l'Europe, les Etats-Unis sont en effet très dépendants des usines de production asiatiques. Aujourd'hui, plus de 80% de la production de semi-conducteurs est localisée en Asie, Taiwan étant le principal pays producteur.

Une dépendance à laquelle le président Joe Biden veut d'ailleurs remédier à l'aide d'un plan de plusieurs milliards pour soutenir la production aux Etats-Unis. De fait, les entreprises américaines de semi-conducteurs contrôlent près de la moitié du marché mondial de puces mais n'en produisent que 12% sur le territoire américain, contre 37% en 1990, car elles ont externalisé une grande partie de la fabrication à l'étranger, selon la Semiconductor Industry Association.

Fin juillet, lors de la publication des résultats trimestriels, le patron du groupe Tim Cook avait expliqué s'attendre à ce que les "contraintes d'approvisionnement soient plus importantes" sur le trimestre en cours que pour les trois mois précédents.

Il avait rappelé que ces contraintes étaient communes aux entreprises du secteur et pas spécifiques à Apple, et précisé que le problème provenait, pour partie, du fait que la demande était sensiblement supérieure à ce que l'entreprise avait prévu.

Dans la course aux parts de marché, Apple reste aussi mieux positionnée que ses concurrents qui sont également sous la pression des pénuries de composants.

(Avec AFP)

Lire aussi 3 mnApple: pourquoi les planètes sont alignées pour l'iPhone 13

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 13/10/2021 à 13:16
Signaler
C'est plutôt un bon point pour la planète, et on ne va pas plaindre Apple...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.