Facebook va-t-il vérifier les pièces d'identité de ses utilisateurs ?

 |   |  498  mots
Facebook est le plus grand réseau social au monde, avec 2,07 milliards d'utilisateurs.
Facebook est le plus grand réseau social au monde, avec 2,07 milliards d'utilisateurs. (Crédits : Dado Ruvic)
Le réseau social vient d'acquérir Confirm.io, une startup américaine spécialisée dans l'authentification de documents d'identité officiels. Facebook n'a pas précisé ses projets en la matière. De quoi nourrir les spéculations...

Facebook vient de mettre la main sur Confirm.io. Lancée en 2015 à Boston (Etats-Unis), cette jeune pousse est spécialisée dans la vérification d'identité sur Internet, comme par exemple les permis de conduire. Son logiciel permet à des entreprises tierces d'extraire des informations des documents d'identité afin de les croiser avec des données biométriques - comme une reconnaissance faciale - pour confirmer l'identité d'une personne sur Internet. Le montant de l'opération n'a pas été dévoilé. L'équipe de 26 personnes, qui a annoncé cesser ses activités, va être entièrement intégrée au personnel du réseau social.

Mais que s'apprête à faire Facebook de cette startup ? Le plus grand réseau social au monde, avec 2,07 milliards d'utilisateurs, botte en touche. "Nous sommes heureux d'accueillir l'équipe de Confirm chez Facebook. Leur technologie et leur expertise soutiendront nos efforts continus pour garder notre communauté en sécurité", assure l'entreprise de Mark Zuckerberg auprès du site spécialisé TechCrunch.

Lutter contre l'usurpation d'identité...

Dans la presse américaine, les spéculations vont bon train. Parmi les options envisageables, le géant américain pourrait utiliser cette technologie pour lutter contre l'usurpation d'identité ou encore, aider les utilisateurs à retrouver l'usage de leur compte en cas de piratage ou de perte de mot de passe. Une question sur laquelle Facebook s'est déjà penchée. Il teste la reconnaissance faciale à cet effet depuis octobre dernier, aux Etats-Unis.

Dans ses politiques d'utilisation, le réseau social incite les usagers à utiliser leur "nom usuel, dans la vie courante". Celui-ci "doit également figurer sur une pièce d'identité ou un document de notre liste de pièces d'identité". En effet, si un utilisateur perd l'usage de son compte, Facebook peut déjà lui demander une copie d'un document officiel indiquant son nom. Une quinzaine de documents peut être exigée - de l'acte de naissance, au certificat de mariage, en passant par la carte d'électeur ou encore un extrait du livret de famille.

... ou contre les fake news ?

En pleine crise des fake news, Facebook pourrait aussi utiliser cette authentification pour limiter la création de faux comptes ou renforcer son contrôle des annonceurs. Pendant la campagne présidentielle américaine, le réseau social a été accusé de "plateforme de manipulation politique". En effet, la Russie est soupçonnée d'avoir mené une campagne de propagande à travers le financement de publicités sur les réseaux sociaux - ce qui a conduit Facebook, Twitter et Google à se justifier devant le Congrès américain début novembre dernier. Lors de cette audition, Facebook a déclaré avoir identifié 3.000 publicités vues par 10 millions d'internautes américains. Actuellement, la création de publicités sur Facebook requiert seulement quelques minutes pour un utilisateur disposant d'une carte bleue et d'une page sur le réseau social... L'authentification de l'identité des annonceurs, au nombre de 5 millions en avril dernier, pourrait permettre de limiter les publicités politiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2018 à 22:14 :
C’est normal «  de contrôler » sur les réseaux publics ... protection publics...
Par contre le stockage de toutes les données sur les populations est contraire à la liberté individuelle sauf si «  les individues » ont accès et peuvent supprimer les données qu’ils veulent selon leur évolution personnelle au cours d’une vie
Peut on juger un «  avis » à l’age D’adolecence Si la personne change d’avis avec la maturité ?

Le fait de «  juger » une personne pour son passé est un acte contraire à la liberté de l’humain
Tout le monde a droit d’evoluer Et de changer.

Les réseaux publics ne sont pas des outils de travail pour juger la vie des gens au contraire leur permettre d’exister en toute liberte et dans le respect d’eux même et des autres.
a écrit le 25/01/2018 à 9:41 :
Mon compte Facebook était anonyme (pseudonyme, adresse mail anonyme également, aucun numéro de téléphone, aucune photo pouvant m'identifier ou identifier mes proches...) j'espère seulement qu'ils ne rendront pas obligatoire de s'identifier via un document d'identité ou son vrai nom.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :