Numérique : le gouvernement étend le label French Tech à 21 territoires

 |   |  439  mots
Le stand de la French Tech lors de l'événement Viva Technology à Paris, le 30 juin 2016.
Le stand de la French Tech lors de l'événement Viva Technology à Paris, le 30 juin 2016. (Crédits : REUTERS/Benoit Tessier)
Ces pôles, qui s'étendent de Saint-Jean-de-Luz à la Lorraine, vont intégrer des réseaux thématiques avec les 13 autres métropoles labellisées pour une durée de deux ans.

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, et la secrétaire d'Etat au Numérique, Axelle Lemaire, ont annoncé lundi à Laval que de nouveaux territoires allaient bénéficier du label French Tech, en plus des 13 métropoles qui profitent déjà de ce dispositif de soutien aux jeunes entreprises numériques.

Des "réseaux thématiques", qui concerneront la e-santé, les objets connectés, l'e-éducation, les technologies vertes, les fintechs (technologies en matière de paiement et de banque), la cybersécurité, le e-commerce, le sport ou encore l'alimentation, permettront à des territoires ne bénéficiant pas du label "métropole French Tech" d'être intégrés au dispositif.

"Nous souhaitons dynamiser les secteurs sur différentes thématiques, en y intégrant des territoires plus petits qui intègrent ces réseaux pour une durée de deux ans, afin d'amener au développement des écosystèmes de 'territoires émergents'", a-t-on expliqué au ministère de l'Economie.

Intégration aux réseaux thématiques

En plus des 13 métropoles labellisées "French Tech" qui ont été confirmées à cette occasion, 21 territoires ont été sélectionnés après appel à candidature afin d'intégrer ces réseaux thématiques. Par exemple, la thématique "sport" regroupe au sein d'un même réseau la Normandie, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier et Saint-Jean-de-Luz/Hossegor.

"Certains territoires avaient postulé à l'obtention du label 'métropole French Tech', d'autres non, a-t-on précisé au ministère. Ils rejoignent ces réseaux pour deux ans puis seront remis en concurrence via un nouvel appel à candidature, les cartes seront rebattues."

Valider les écosystèmes existants

Concernant les métropoles, Bercy a estimé que "les différents éléments de structuration sont en place et bien posés, d'où notre volonté de valider ces 13 métropoles".

Lancé en 2013, le label "French Tech" doit permettre un accompagnement et une accélération du développement du tissu de jeunes pousses en France, tout en l'aidant à gagner en visibilité à l'international.

L'objectif affiché a également été de valider les écosystèmes existants dans les régions, via l'attribution il y a 18 mois d'un label "métropole French Tech" à 13 villes ou groupements hors Paris : Aix-Marseille, Montpellier, la Côte d'Azur, Toulouse, Bordeaux, Grenoble, Lyon, la Lorraine, Lille, la Normandie, Nantes, Rennes-Saint Malo et Brest.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :