Giroptic, pionnier des caméras 360°, met la clé sous la porte

 |   |  503  mots
La startup lilloise Giroptic développait des caméras permettant de filmer à 360° en haute définition.
La startup lilloise Giroptic développait des caméras permettant de filmer à 360° en haute définition. (Crédits : Giroptic)
La startup lilloise, créée il y a dix ans, a annoncé sa fermeture lundi. Pourtant pionnier sur le marché concurrentiel des caméras filmant à 360 degrés, Giroptic a été handicapé par les retards de production lors de son lancement. L'année dernière, malgré un gros coup de pub de la part de Facebook, la jeune pousse a écoulé seulement 20.000 modèles.

Clap de fin pour Giroptic. La startup lilloise, qui développait des caméras 360°, a annoncé lundi sa fermeture sur son site internet. "C'est dur de dire au revoir", écrit Richard Ollier, fondateur de la jeune pousse. "L'aventure a commencé en 2008, avec l'envie de démocratiser les vidéos 360 - à une époque où presque personne n'avait déjà vu une image 360°", poursuit-il. Créée au sein de l'incubateur lillois, EuraTechnologies, Giroptic comptait 45 salariés.

La jeune pousse s'était fait connaître du grand public en 2014 grâce à une campagne de crowdfunding sur Kickstarter. Giroptic avait récolté 1,4 million de dollars en 45 jours - un record alors pour une entreprise française. Mais la startup, qui comptait seulement 10 employés, n'était pas prête pour un tel engouement. Alors que le prototype était finalisé, l'entreprise rencontre des problèmes de production. Son premier modèle, 360cam, était promis pour les fêtes de fin d'années en 2014 à un prix de 499 dollars (environ 400 euros). Ils ne seront livrés qu'en... avril 2016 ! La caméra française se retrouve sur un marché très concurrentiel, face à des mastodontes comme Samsung ou encore LG.

Bataille judiciaire contre la maison-mère de Decathlon

En parallèle, Giroptic se heurte à une nouvelle embûche. Elle fait l'objet d'un conflit judiciaire face à Geonaute, filiale d'Oxylane, maison-mère de Decathlon. Cette dernière reprochait à la jeune pousse de se concentrer sur le développement de ses propres produits, alors qu'elle devait fournir une caméra à vocation sportive pour le groupe Decathlon. Le conflit s'est soldé à l'amiable en janvier 2015.

Cette même année, l'entreprise poursuit son développement avec l'ouverture d'un bureau à San Francisco et une levée de fonds de 4,5 millions de dollars. Parmi les investisseurs, figurent Partech ventures, 360 capital, Pascal Cagni (l'ancien patron d'Apple en Europe et directeur général du fonds londonien C4 Ventures), SOS Venture, Oleg Tscheltzoff (Pdg de Fotolia) et le chanteur Aloe Blacc.

20.000 modèles écoulés en 2017

L'entreprise lilloise développe en décembre 2016 un nouveau format, baptisé Giroptic iO. Cette mini-caméra pouvait se clipser sur les iPhone et les iPad. Après avoir été plébiscité par Apple, Facebook s'y met. Le réseau social a distribué 4.500 caméras Giroptic en avril dernier, lors de sa conférence annuelle pour les développeurs à San José (San Francisco). Même l'astronaute Thomas Pesquet fait de la pub pour la jeune pousse, en amenant un de leur modèle dans l'espace. Insuffisant. En 2017, Giroptic a écoulé seulement 20.000 modèles dans le monde.

"Malheureusement, dans ce marché émergent, cela n'était pas suffisant pour construire une entreprise durable dans le temps, assure Richard Ollier sur le site internet de sa marque. "Durant les 8 derniers mois, nous avons essayé de trouver une nouvelle place pour notre technologie. Nous étions sur le point de conclure un accord avec un grand fabricant de smartphones - ce qui nous aurait aidé à grandir et à nous déployer. Mais à la dernière minute, cela ne s'est pas fait."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2018 à 14:25 :
La grande fumisterie c'est surtout encore une fois l'accompagnement d'Euratechnologie !
Une fois de plus...
a écrit le 07/03/2018 à 19:42 :
Classique, des coût trop élevés, un marché trop petit pour amortir le prix, cela ne signifie pas que dans l'absolu le produit n'est pas nécessaire ou de mauvaise qualité.
Regardez le patron d'amazon, comme tant d'autres sa boîte ne gagnait pas d'argent, pendant des années, mais il a continué à faire grossir jusqu'à ce que l'effet de taille joue pour écraser toute concurrence, le monde marche souvent comme cela à notre époque, l'investissement pour racheter des concurrents ou des produits annexes( on se diversifie) pour grossir et une fois le quasi-monopole obtenu( car les politiciens se font acheter, on leur fait miroiter des emplois ) hop, on monte les prix et on engrange. Le pdg de Microsoft a fait fortune en grugeant IBM avec un soft douteux qui lui a donné un monopole( IBM l'installant sur tous ses PC). Combattre honnêtement en investissant, faisant un bon produit, et attendre qu'il rapporte pour recommencer c'est le chevalier contre l'armée de pillards.
Réponse de le 08/03/2018 à 3:38 :
Tarif trop eleve 400 $. A Seoul, le petite derniere chez LG la G5 360 degres vaut 70$. Mais on peut trouver a bcp moins cher pour une qualite un peu inferieure: 30$, Comment se battre ?
a écrit le 07/03/2018 à 13:55 :
La leçon de l'échec de Giroptic
se presenter sur un marché tres concurrencé n'est qu'une illusion economique et entrepreneuriale quand on ne dispose pas de sérieux avantages à la fois technique et en prix et en plus quand on est pas en mesure de satisfaire les demandes des clients.

On mesure alors la faiblesse des milieux financiers et des organisations de soutien à ne pas savoir réellement identifier tout cela, de ne se fier qu'à des critères et des maniéres de faire trop sequentielles et trop technocratiques et de se contenter d'un aspect pub qui ne fait que flatter le monde politique.

Il est vrai que les procédures informatisée de présentation des projets en ligne ne permettent en général pas d'exprimer des idées à la fois plus réalistes et plus neuves quand le business modèle proposé ne correspond pas encore aux habitudes de faire pas toujours très modernes, ni dans les banques de données.
a écrit le 07/03/2018 à 10:28 :
Comme cela existe dans les entreprises qui cherchent à s'analyser pour s'améliorer, elle est équipée pour faire un 360° sur leur situation !
a écrit le 07/03/2018 à 9:01 :
D'un autre côté déjà que les lunettes google posaient un problème flagrant de vie privée, des caméras à 360° je ne vous dis pas il faut presque faire venir son avocat pour les visualiser hein.

Syndrome "go-pro" également, l'idée était sympa mais quand même réservée aux amateurs de sensations plus ou moins fortes or go-pro s'est mis à vouloir les vendre à tout le monde, outre la concurrence chinoise qui s'est immédiatement installée, le consommateur lambda à qui on a offert une go pro s'en est servi quelques wek-end par curiosité puis l'a délaissé rapidement dans un coin.

LE manque d'innovation du fait du manque d'investissement dramatique de nos actionnaires milliardaires qui préfèrent planquer leur fric dans les paradis fiscaux fait que la moindre innovation est vu comme un futur succès majeur alors que non, seulement une innovation mineur mais dans un système dénué d'innovation, en perspective on prend la moindre évolution comme une révolution à exploiter à fond.
Réponse de le 07/03/2018 à 18:37 :
L échec des start up est plus du à la frilosité des banques que au :non investissement des entrepreneurs qui soutiennent financièrement les start up qu ils soient résidents fiscal français ou non ! Blasé sur aigri aussi !
Réponse de le 07/03/2018 à 19:46 :
J'ai signalé votre diffamation bien entendu ainsi que la médiocrité de vos propos tant qu'à faire.

Si les banques sont frileuses c'est parce que leurs actionnaires sont frileux, vous savez que la personne morale n'existe pas réellement au moins ?

Il y a forcément des gens qui décident derrière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :