Appels vidéo : Tribe va-t-il ringardiser Skype et Facetime ?

 |   |  1185  mots
Pour le serial-entrepreneur français Cyril Paglino, Tribe est un Skype qui marche bien et un Facetime que tout le monde peut utiliser, mais en beaucoup mieux car pensé pour les usages des Millennials et doté de jeux.
Pour le serial-entrepreneur français Cyril Paglino, Tribe est "un Skype qui marche bien" et "un Facetime que tout le monde peut utiliser", mais en "beaucoup mieux" car pensé pour les usages des Millennials et doté de jeux. (Crédits : Tribe)
Créée en Californie par le jeune serial entrepreneur français Cyril Paglino, également ancien vice-champion du monde de breakdance et star de l’émission de télé-réalité Secret Story 2, cette appli de messagerie vidéo destinée aux Millennials vit une croissance éclair et a déjà séduit le prestigieux fonds américain Sequoia Capital. Jusqu’à un rachat par l’un des géants de la tech ?

Agé de 31 ans à peine, Cyril Paglino a déjà eu plusieurs vies. Celle d'un sportif professionnel, tout d'abord. Passionné de danse et de hip-hop, ce natif du Mans a été trois fois champion de France de break-dance de 2006 à 2008, et vice-champion du monde en 2007, avec son groupe Legiteam Obstruxion. Celle de star de la télé-réalité, ensuite. En 2008, le jeune homme s'est hissé jusqu'à la finale de l'émission de TF1 Secret Story. Celle d'entrepreneur, surtout, sa « vraie passion ». Depuis 2010, Cyril Paglino a fondé et revendu plusieurs entreprises, notamment l'agence de communication digitale Wizee. « Mon credo, c'est d'y aller à fond, d'être ambitieux et de faire les choses qui me font vibrer », raconte l'entrepreneur insomniaque au débit mitraillette.

Sa dernière passion ? Tribe, un service d'appels vidéos à plusieurs et entre amis, conçu pour les usages mobiles en priorité, qui sert également de plateforme de jeux en groupe.

"Tribe, c'est un Skype qui marche bien et un Facetime [le service d'appels vidéo réservé aux utilisateurs des iPhones d'Apple, Ndlr] que tout le monde peut utiliser. Mais c'est beaucoup mieux car il y a des jeux en plus et Tribe a été pensé pour les usages des nouvelles générations",  résume-t-il dans un éclat de rire.

Ringardiser Skype et Facetime auprès des Millennials

Concrètement, Tribe permet à huit personnes au maximum de communiquer en même temps, où qu'elles se trouvent dans le monde, gratuitement et par vidéo, avec une qualité d'image et de son optimale. Multicanale, la plateforme se décline sur iOS, Android et également sur PC et tablette. Il n'est pas nécessaire de télécharger l'application pour l'utiliser, puisque le partage d'un simple lien qu'on peut s'envoyer par SMS, tchat ou courriel, suffit pour lancer ou rejoindre un appel en visioconférence.

Techniquement, ce "Facetime pour groupe" a été rendu possible par l'acquisition de la startup française Nomadcast, qui a mis au point une technologie concurrente de celle de Periscope dans la vidéo "live".

La cible de Tribe est très claire : les Millennials. Autrement dit, la génération qui a grandi avec le mobile, qui consomme énormément de vidéos (et de plus en plus), et à qui Skype, la référence grand public pour les appels vidéo en ligne, parle peu.

D'après Cyril Paglino, 90% des 500.000 utilisateurs actifs mensuels de Tribe ont moins de 25 ans. L'appli cartonne surtout auprès des 13-18 ans. Cette cible correspond aussi aux fans de Snapchat, un autre réseau social qui a réussi à ringardiser Facebook auprès des plus jeunes grâce à un esprit "cool" et des fonctionnalités inédites. Tribe revendique la référence et ambitionne aussi de créer une nouvelle habitude chez cette population que s'arrachent les marques.

"Les collégiens, lycéens et étudiants rentrent chez eux vers 18 heures et ils s'ennuient. Ils veulent discuter en live vidéo avec leurs amis et jouer à des jeux. Avant, ils allaient sur Snapchat, discutaient sur Twitter ou WhatsApp, mais ce ne sont pas des plateformes conçues spécialement pour leurs usages de plus en plus vidéo. Tribe réinvente la réunion entre amis, de manière tout aussi conviviale, mais en virtuel", explique Cyril Paglino.

Des filtres et des jeux pour pimenter l'expérience de la conversation vidéo

Quelques mois après son lancement en version beta, en 2016, Tribe a levé 3 millions de dollars. Pas auprès de n'importe qui : le fonds qui a mené l'opération n'est ni plus ni moins que Sequoia Capital, l'un des plus grands VC américains. La firme, qui fait rêver tous les entrepreneurs de la Silicon Valley, est connue, entre autres, pour avoir "flairé" à leurs débuts des futurs géants de la tech comme Apple, Google ou encore Airbnb.

Depuis, Tribe n'a cessé de "pivoter" pour adapter son offre aux usages des Millennials. Au début "asynchrone" (les messages vidéos pouvaient êtres lus plus tard par le destinataire), l'appli a basculé dans le 100% live pour devenir une véritable plateforme de discussion en direct.

Autre exemple : lorsque Cyril Paglino et son équipe de 14 employés se sont rendus compte que leurs utilisateurs finissaient par se lasser de la conversation après une vingtaine de minutes, ils ont commencé à ajouter des fonctionnalités : des filtres "pour apporter du fun", des cartes interactives, et surtout des jeux (arcade, dessin, musique...). Six sont pour l'instant disponibles. Jackpot :

"Les jeux font exploser le temps moyen passé sur la plateforme, surtout le soir", se réjouit Cyril Paglino.

La croissance avant les revenus

Un peu plus d'an après son lancement, Tribe mise tout sur la viralité. La startup revendique entre 20% et 25% de croissance organique par mois, et espère passer à 50% d'ici à la fin de l'automne. Son objectif : devenir incontournable auprès des Millennials. Pour cela, Tribe entretient soigneusement son image "cool" et branchée. La référence est encore une fois Snapchat, que Cyril Paglino considère comme la "première marque pop culture".

Encore confidentielle, Tribe a néanmoins réussi quelques jolis coups. Rihanna et Taylor Swift, icônes des ados, ou encore le footballeur Paul Pogba, font partie de ses ambassadeurs. La startup mise aussi sur un design moderne et soigné pour ringardiser définitivement Skype (qui appartient à Microsoft), WhatsApp et Messenger (propriété de Facebook) ainsi que Periscope (Twitter) et ainsi se faire une place dans l'univers très concurrentiel des réseaux sociaux.

Dans cette optique, dégager des revenus n'est donc pas la priorité de Cyril Paglino. La startup n'envisage pas faire payer son service, mais éventuellement de monétiser ses jeux en créant un magasin applicatif. Tribe ne se ferme pas non plus la porte du marché professionnel. "Sans aucun effort de marketing", 8% des utilisateurs de Tribe seraient des personnes de plus de 30 ans utilisant l'application dans le cadre du travail pour organiser des conférences de groupe.

Un rachat à l'horizon par un géant du Net ?

Pour l'heure, Tribe est en avance d'un point de vue technologique et performe sur sa cible des Millennials. Mais il ne fait aucun doute que les concurrents, notamment Apple avec Facetime, et Google avec ses smartphones Android, vont rapidement se mettre au niveau, voire, pourquoi pas, intégrer nativement dans leurs smartphones une fonction d'appels vidéo de groupe.

Tribe est donc engagée dans une course contre la montre. La startup doit croître très vite pour devenir incontournable, afin de pouvoir se faire racheter à prix d'or par un "gros", c'est-à-dire un géant du Net comme Apple, Google, Facebook, Microsoft ou Twitter. Cyril Paglino ne s'en cache pas.

"C'est une stratégie logique car notre technologie est unique au monde. Deux de ces cinq géants du Net sont déjà entrés en contact avec nous, mais c'est encore un peu tôt", affirme l'entrepreneur.

Qui poursuit :

"Si Apple ou Google arrive sur notre marché, les autres devront se mettre au niveau, ce qui nous ouvre des portes si on tient la cadence."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2017 à 22:34 :
Skype est déjà ringard. Depuis que MIcrosoft a mis la main dessus, c'est devenu une solution lourde et lente, peu fiable. Plus grand monde ne l'utilise dans la silicon valley.
a écrit le 08/11/2017 à 9:11 :
Les jeunes collégiens et lycéens rentrent chez eux, de l'école et s'ennuient. Donc on leur donne une nouvelle application pour s'occuper et dans le même temps on pleure sur la baisse de niveau scolaire. Autant la fonction d'appels video de groupe est utile pour une app de communication, autant là on est dans la voie de l'abrutissement. Sa pub d'ailleurs dit "jouer à des jeux faciles et débiles". Les parents ne seront pas forcément fan de cette application.
Réponse de le 09/11/2017 à 16:52 :
@Eric: c'est l'aboutissement de la stratégie du bac pour tous, merci Jospin. Il est en effet plus facile de manipuler des ignorants. Et je te dis pas si on va vers le revenu universel, car on aura alors des légumes parfaits :-)
a écrit le 08/11/2017 à 5:37 :
Lisez les commentaires sur cette application
Cela bug tout le temps
Aucun appel sans plantage
L'appareil chauffe au bout de quelques minutes
Pour cela allez sur plat store... et vous constatez
App daube
a écrit le 07/11/2017 à 22:52 :
"Technologie unique au monde"

lol l'argument bidon, ça s'appelle le WebRTC et de nombreux services utilisent le multi vidéos / cams depuis 3 ans et + (dont Google dans Hangout, Appear.in, ...)
a écrit le 07/11/2017 à 14:21 :
Comme c'est rafraichissant de trouver ce genre de prose. Un frenchie en train de tailler des croupieres aux US.
Un grand bravo.
Réponse de le 07/11/2017 à 15:14 :
@matins calmes: je suis du même avis, mais de toute évidence, ça ne plait pas aux mélanchonistes qui par ailleurs n'offrent aucune idée pour faire avancer le schmilblick :-)
a écrit le 07/11/2017 à 13:09 :
On ne dit pas "digital" mais "numérique" en français. Vous êtes lourds à utiliser 45 anglicismes par article, sérieusement.
a écrit le 07/11/2017 à 11:55 :
Soit rachetée soit écrasée, en effet on voit mal comment une bonne idée peut aboutir en néolibéralisme, dictature des très gros et difficile de reprocher du coup aux patrons de vendre hein ils n'ont pas vraiment le choix au final.
Réponse de le 08/11/2017 à 9:05 :
@ potdecolle: Comme d'habitude ton trollage est signalé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :