Handicap : le Conseil national du numérique plaide pour l'accessibilité en ligne

 |   |  680  mots
(Crédits : iStock)
Le Conseil national du numérique (CNNum) a remis mercredi un rapport sur l'accessibilité numérique. Il formule 50 recommandations pour améliorer l'accès en ligne aux services publics, à la culture et "au savoir" pour les personnes en situation de handicap.

Accéder aux services publics en deux clics, regarder une série anglaise sous-titrée en français... Autant de gestes banals pour la majorité des Français, mais qui peuvent se transformer en véritable casse-têtes pour certaines personnes en situation de handicap. C'est pourquoi le Conseil national du numérique (CNNum) a remis mercredi un rapport sur l'accessibilité numérique suite à une saisine de Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, et Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du numérique.

Concrètement, la mise en accessibilité numérique doit permettre à une personne handicapée de pouvoir utiliser pleinement Internet, mais aussi toutes sortes de logiciels et d'applications mobiles. Par exemple, les personnes souffrant de déficiences visuelles peuvent recourir à des logiciels de grossissement pour pallier aux difficultés d'accès à Internet. Le rapport ne donne pas de chiffres actualisés, mais il fait état de 9,6 millions de personnes concernées par l'accessibilité numérique en France, en citant une étude de l'Organisation Mondiale de la Santé datant de 2010.

Alors que les démarches administratives - entre autres - ne cessent de se dématérialiser, "les conséquences peuvent être dramatiques pour l'accès aux droits des personnes en situation de handicap", souligne le rapport. Rendre les sites accessibles est déjà "une obligation légale et sanctionnée par la loi", mais dans les faits "cette nécessité n'est pas suffisamment prise en compte par les acteurs publics et privés", déplore le CNNum.

Seuls 4% des sites Internet publics sont conformes

C'est pourquoi l'organisme a formulé 50 recommandations à destination des ministères concernés. Il cible trois secteurs identifiés comme clés : les services publics en ligne, la culture et "le savoir". Selon le CNNum :

"La dématérialisation de l'administration a rendu les services publics numériques essentiels pour les citoyens. Or, seuls 4% des sites internet publics ont publié leur attestation d'accessibilité (conformité RGAA)", en renvoyant à la réglementation française en matière d'accessibilité des sites et des services publics en ligne.

Le CNNum préconise donc de créer une délégation ministérielle de l'accessibilité numérique (DMAN), calqué sur le modèle de la délégation ministérielle de l'accessibilité du bâtiment du ministère de la Transition écologique et Solidaire. Son rôle serait de suivre la mise en oeuvre des obligations en la matière, et de pouvoir sanctionner le cas échéant sur autosaisine et sur plainte des usagers. C'est pourquoi le rapport enjoint à la création d'une plateforme en ligne de signalement pour centraliser les plaintes.

Concernant la culture, le CNNum cible particulièrement les contenus audiovisuels. Il déplore que le recours aux sous-titres ne soit pas "effectif et/ou systématique" sur les plateformes et les applications mobiles. Le document propose que l'Arcom (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, issue de la fusion entre le CSA et Hadopi) soit en charge de "réguler l'accessibilité des sites des services de télévision et médias audiovisuels".

Manque de formation des professionnels du Web

Enfin pour la dernière catégorie désignée comme "le savoir", le CNNum souligne un manque de ressources pédagogiques, mais aussi de plateformes conformes pour y accéder. Le rapport propose la création d'une "agence de l'accessibilité et de l'adaptation du livre numérique, afin de piloter la production de livres numériques accessibles et adaptés". Il souhaite également "développer les compétences d'adaptation et de mise en accessibilité des ressources pédagogiques numériques dans l'Éducation nationale et l'Enseignement supérieur".

De manière transversale, le CNNum souligne un manque cruel de formation des professionnels du numérique en matière d'accessibilité. Selon un sondage cité dans le rapport, 62% d'entre eux déclarent ne pas connaître la réglementation française en la matière (RGAA). Le Conseil préconise donc "d'intégrer l'accessibilité numérique dans la formation initiale et continue des professionnels du numérique".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2020 à 20:25 :
Il y en a quand même des handicapés qui assurent!, j'ai joué des années sur jeu en ligne très connu, on appelle ça des mmorpg, hé bien un mec de mon alliance et un bon était aveugle, de rares fois il fallait lui expliquer ce qui se passait, sinon c'était un joueur.
Pour moi c'est au matériel d'évoluer, mais si les développeurs progressent dans l'érgonomie des appli pour les handicapés ça rendra service à tout le monde.
Enfin c'est un voeux car en général c'est l'inverse, les sites qui étaient agréables et rapides sont devenus inutilisables, je vois ma banque, il faut chercher partout ou sont mes comptes, je n'arrive plus à faire de virements, je comprend les pubs il faut changer de banque tous les ans, faudra que je teste, le développeur qui a saboté ma banque j'y mettrais bien mon pied quelque part.
a écrit le 06/02/2020 à 21:55 :
Monter et descendre quelques marches, autant de gestes encore plus banals pour la majorité des Français, mais qui peuvent se transformer en véritable casse-têtes pour certaines personnes en situation de handicap.
Mais il est préférable de rester allongé sur son lit, c'est aussi excellent pour la santé ! Le principal c'est de pouvoir s'évader en regardant des séries ou quelques bons films...... Les nouvelles du futur : on a trouvé un homme mort chez lui depuis 10 ans, son chien avait commencé à le dévorer ; 2 femmes mortes ont été trouvé chez elles, personne ne s'est inquiété. Un enfant qui a passé la nuit devant son écran, sans dormir, a été trouvé mort, etc.....
Il n'y a rien de plus INHUMAIN qu'internet !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :