Stanley Kubrick s'invite dans la bataille entre Apple et Samsung

 |   |  343  mots
Copyright Youtube
Copyright Youtube (Crédits : Youtube)
Et si Steve Jobs s'était inspiré du film de Stanley Kubrick "2001, l'Odyssée de l'espace" pour dessiner son iPad? Auquel cas, le brevet qu'il a déposé pour le design de sa tablette, est, selon son concurrent Samsung, nul et non non avenu.

Le cinéaste américain Stanley Kubrick, aurait-il pu imaginer que son film "2001, l'Odyssée de l'espace", se retrouverait, 43 ans après sa sortie, pris à parti dans une querelle de brevets? Outre les effets visuels salués par un Oscar en 1968, ce film de science-fiction met également en scène deux tablettes dont la taille et l'épaisseur sont peu ou prou identiques à l'iPad (voire vidéo ci-dessous).

De quoi apporter de l'eau au plaidoyer de Samsung dans son combat face à Apple. Ce dernier, se protégeant derrière un brevet sur le design de l'iPad, déposé en Europe et aux Etats-Unis menace d'interdiction la commercialisation de la tablette concurrente.

En brandissant le film de Kubrick, le fabricant sud-coréen cherche à démontrer que le concept de tablette tactile est bien antérieur à l'iPad, fragilisant d'un côté le brevet déposé par Apple et  justifiant de l'autre les formes de son propre terminal. 

Régnant depuis un an et demi en maître sur ce marché fructueux avec 30 millions d'Ipad vendus, la firme à la pomme montre les dents à qui pourrait lui grignoter des parts de marché. Or, Samsung menace sérieusement son hégémonie avec la deuxième version de son modèle de tablette, la Galaxy Tab, embarquant Android, le système d'exploitation de Google. Le fabricant américain est donc passé à l'offensive en obtenant d'un tribunal allemand une injonction préliminaire conduisant au blocage de la distribution des tablettes Galaxy Tab en Europe. Blocage ensuite restreint à l'Allemagne.

En revanche, aux Pays-Bas où Apple a également frappé par le biais d'une procédure distincte, les juges ont, dans une décision préliminaire, écarté la violation de brevet des tablettes mais reconnu la violation du brevet sur les smartphones.

Précisons qu'en terme de brevets, il faut distinguer celui lié à la propriété intellectuelle du design d'un produit du brevet technique. Si le premier est protégé à l'échelle communautaire via l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur, la violation du second doit être établie pays par pays.


 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2011 à 16:50 :
Remontons un peu plus dans le temps; souvenez-vous de l'ardoise d'écolier bordée d'un cadre bois arrondi avec une face noire.
Un modèle déposé peut-être mais breveter c'est interdire la forme et le style !!
a écrit le 03/09/2011 à 16:22 :
Ne nous trompons pas : Apple joue le rôle qui lui a été "assigné" de testeur et de bêlier pour toute la communauté IT. Il défend les droits qui lui permettent de poursuivre cette mission difficile. Bien entendu, il n'a pas tout inventé mais les véritables inventeurs touchent les royalities correspondantes y compris les entreprises françaises. Samsung qui est devenu le numéro un mondial si l'on considère toutes les activités fusionnées, joue également son rôle de premier défendeur. Un peu comme le duel Airbus/Boeing dans lequel seules ces deux compagnies gagnent. Neanmoins, il s'agit d'une bataille seconde car au final seuls les opérateurs téléphoniques gagneront la partie puisque maîtres des réseaux. Ils devront définir alors à quel second niveau ils distriburont des royalties, qui aura su édifier un sous ensemble propriétaire et saura le maintenir. Un brevet rappellons le dure 20 ans seulement. L'on peut alors considérer que Apple est un ralentisseur si l'on pense que son pic d'innovation a été atteint, Samsung serait dans ce cas un accélérateur désireux de profiter au maximum de prix encore élevés avant qu'ils ne baissent. Une chose est certaine : Après la banque qui tarde, le pétrole qui traîne, le secteur IT globalisé incorporant les distributeurs (tels Best Buy ou Ingram) les producteurs (tels Disney ou l'empire Murdoch) les réseaux intérieurs ou extérieurs (tels Motorola ou Cisco) les sociétés de service (tels IBM ou HP) de programmes (tels Oracle ou Microsoft) ou de matériel tels (Dell ou Apple) comme tout autant de concept marketing (tels Amazon ou Google) devront rapidement évoluer ... principalement aux USA devant ce qui risque d'être déjà une débâcle annoncée.
a écrit le 03/09/2011 à 11:16 :
ho, la déception! Jobs ne serait qu'un plagiaire et pas un génie. Kubrick s'étant inspiré de A.C. Clarke pour son film, les droits pourraient être étendus.
Réponse de le 04/09/2011 à 14:11 :
Ce n'est évidemment pas un génie !
Il n'y a que les gogos pour croire cela. Il crée de nouveaux produits, de nouveaux concepts : c'est donc un créateur ! Que c'est dur à comprendre !
a écrit le 03/09/2011 à 8:20 :
La société WANG avait également conçue et réalisée une tablette tactile dans les années 80, avec reconnaissance de l'écriture manuscrite. L'erogonomie de LISA, puis du McIntosh (icônes, ...) avait été inventé chez Rank Xerox (mais pas protéée !). Le génie d'Apple n'est souvent que de l'emprunt ... mais bien marketée au bon moment.
a écrit le 02/09/2011 à 15:27 :
Atari avait déjà un concept de tablette tactile dans les années 90, et il me semble que le vivier de génies qu'était le PARC de Xérox avait aussi un concept de tablette dans ses tiroirs, mais la c'est un peu normal car toute la micro informatique que nous connaissons aujourd'hui sort de la grâce à des génies comme Alan Kay.
a écrit le 02/09/2011 à 12:07 :
Ce qui est ridicule c'est le brevetage de tout et de n'importe quoi... exemple : Apple qui dépose un brevet sur un écran rectangulaire aux coins arrondis. C'est vrai qu'il fallait y penser...
a écrit le 02/09/2011 à 7:37 :
on pourrait aussi attaquer la NASA et Ariane en disant que Jules Verne avait tout inventé....
Réponse de le 02/09/2011 à 14:56 :
lol tout à fait !! et Max la Menace à inventé le téléphone portable dans la chaussure, cosmos 1999 la visio-conférence par smartphone...
a écrit le 01/09/2011 à 19:52 :
Et si un roboticien parvenait à créer des robots selon les trois lois de la robotique d'Asimov il n'aurait pas droit à son brevet ?
Honneur à Kubrick, Asimov et les autres...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :